Allez, parce que je sens que vous avez besoin d’un petit peu de motivation pour découvrir l’Équateur, je me lance dans la rédaction de chroniques. Et oui, chaque semaine, vous pourrez retrouver un article sur un trésor équatorien. Vous avez une idée ? Partagez-là moi, j’y réfléchirai.

Après avoir pris 2-3 kilos grâce à ma chronique précédente, je vous aide maintenant à retrouver la forme !

Oui, il était grand temps que je rédige une chronique sur la boucle de Quilotoa, la randonnée la plus célèbre d’Équateur ! Que vous soyez grand sportif ou marcheur du dimanche, de 7 ans à 77 ans, c’est fait pour vous si vous aimez les grands espaces.

Comme la lagune de Quilotoa est la cerise sur le gâteau après 3 jours d’effort, je vous conseille de commencer à Sigchos. Cependant, si vous doutez de vos capacités physiques en altitude (entre 2800 et 4000 mètres), c’est bien sûr possible dans l’autre sens – un poil plus simple – ou d’éviter une étape.  Vous pouvez aussi réserver les services d’une mule pour porter vos bagages. Ne vous inquiétez pas, si vous avez un peu de temps devant vous et une grande envie de nature, vous pourrez le faire.

Bien sûr, il faudra attaquer ce trek après quelques jours d’acclimatation à l’altitude et être bien équipé. Comme vous êtes dans les Andes, prévoyez quelques affaires chaudes et imperméables comme il peut faire froid et surtout pleuvoir. Bon et aussi de la crème solaire et une casquette comme il peut faire très beau et chaud. Emportez aussi environ 3 litres d’eau par jour, un sandwich (disponible à chaque étape) et des fruits, il est important de bien s’hydrater et bien manger pour profiter de cette aventure. Une tenue sportive est indispensable, notamment des chaussures de randonnée ou de trail. Des bâtons peuvent vous aider. Et quelques barres de céréale et gâteaux pour des petits plaisirs lors des pauses !

Petite astuce, les hôtels à Quito ou Latacunga offrent des services de consigne. Il faut compter au maximum 2 US$ par jour et c’est parfois gratuit si vous y dormez une nuit. Laissez donc votre gros sac au chaud pour voyager le plus léger possible !

Vous êtes équipé ? Acclimaté ? Allez, c’est parti :

  • Étape 1 : de Sigchos à Isinlivi !

Depuis Latacunga, du lundi au vendredi, les bus partent à 5h00, 6h00, 9h30, 10h00, 10h30 et 12h00. Le samedi, c’est à 9h30, 10h00,  10h30, 11h00 et 12h00 et le dimanche c’est à 9h30 et 12h00. Pensez à vérifier la veille si vous pouvez auprès de votre hébergement à Latacunga ou Isinlivi. Il faut compter 2 bonnes heures de trajet.

Les bus de l’après-midi ne vous permettent pas de réaliser la première étape le jour-même. Si vous êtes un peu en retard (ou voulez faire 2 étapes en 1 journée), vous pouvez dormir à Sigchos, il y a quelques hôtels basiques qui feront l’affaire pour une nuit.

Pour cette première étape, vous avez environ 12 kilomètres à parcourir (300 mètres de dénivelé négatif, 400 mètres de dénivelé positif). Il faut compter 3 à 4 heures en marchant. Pensez à m’écrire pour les indications ! Ou à demander à votre hébergement à Isinlivi. Les 2 hôtels du village sont des partenaires du Réseau Solidaire, vous les retrouvez dans la liste des hébergements. Il est assez facile de se perdre. Vous pouvez utiliser aussi l’application gratuite MAPS.ME, ça aide beaucoup à rester sur le bon chemin.

Petite astuce ? Quand vous croisez un arbre peint de toutes les couleurs, il faut peut-être tourner. Oui, je sais, ça paraît insolite mais c’est vrai !

Isinlivi Pierre Gauthier

Information pratique : vous pouvez rejoindre Isinlivi depuis Latacunga en transport public. Si vous ne pouvez pas faire toute la boucle, c’est une solution pour éviter l’étape 1 et quand même profiter des superbes paysages andins.

  • Étape 2 : d’Isinlivi à Chugchilan !

Après un petit-déjeuner matinal et avoir pris vos sandwichs, c’est reparti pour l’aventure ! Je vous conseille de décoller au plus tard vers 7h30 pour avoir le temps de profiter tranquillement des paysages. Et aussi maximiser les chances d’éviter les averses, souvent dans l’après-midi dans la région. Votre hébergement peut vous remettre une carte, ça peut aider à se repérer même si c’est plutôt bien indiqué sur cette étape.

Aujourd’hui, vous longez presque tout le temps une rivière, c’est très pittoresque ! Je vous conseille d’ailleurs de faire votre pique-nique au bord de celle-ci, c’est tellement charmant. Et de m’envoyer vos plus belles photos pour donner aux autres voyageurs envie de faire cette randonnée.

Boucle de Quilotoa Pierre Gauthier 2

Sans se perdre (oui oui, c’est quand même possible !), il faut compter 14 kilomètres (300 mètres de dénivelé négatif, 600 mètres de dénivelé positif), soit environ 5 à 6 heures de marche. Petite astuce, au niveau du hameau avec l’église, il ne faut plus traverser la propriété d’une locale mais la contourner un peu plus loin sur la droite. Ne vous inquiétez pas, ça ne rallonge pas beaucoup et le plus dur est dans tous les cas la montée suivante (qui vous offre une superbe vue sur la vallée).

Boucle de Quilotoa Pierre Gauthier 4

Boucle de Quilotoa Pierre Gauthier 3

Au village de Chugchilan, vous avez l’embarras du choix concernant l’hébergement. Pensez aux partenaires du Réseau Solidaire pour bénéficier d’avantages et de réductions !

  • Étape 3 : de Chugchilan à Quilotoa !

Voilà l’étape reine de la boucle, celle qui vous mène jusqu’à la magique lagune de Quilotoa. Et pour profiter de ce trésor, il vous faudra marcher environ 20 kilomètres (200 mètres de dénivelé négatif, 1000 mètres de dénivelé positif), soit 5 à 7 heures selon votre rythme. Oui oui, ça se mérite !

Boucle de Quilotoa Pierre Gauthier 5

Les paysages sont encore différents de l’étape précédente. Encore une fois, partez tôt le matin, ça peut aussi vous éviter d’être dans la dernière montée en plein soleil.  D’ailleurs, lentement mais sûrement, c’est la meilleure façon de grimper ! Évitez tant que possible les pauses en pleine ascension, c’est très dur de s’y remettre.

Boucle de Quilotoa Pierre Gauthier 6

Quand vous êtes arrivés au sommet, vous avez 2 options, par la droite (sens anti-horaire) ou par la gauche (sens horaire). Le premier chemin est plus court. Si vous êtes déjà bien fatigués, privilégiez-le ! Si vous en voulez encore (et que vous n’avez pas prévu de faire tout le tour de la lagune le lendemain), partez de l’autre côté.

Quilotoa est un village très touristique et peu authentique. Vous trouverez beaucoup d’auberges pour tous les prix et toutes les envies. Si vous préférez une option plus charmante, pensez à me consulter !

  • Étape 4 : le tour la lagune de Quilotoa !

Boucle de Quilotoa Pierre Gauthier 7

Selon la motivation après 3 jours de randonnée, vous pouvez juste descendre au bord de la lagune, remonter à dos de mule (10 US$ par personne) ou décider d’aussi faire le grand tour. Et là, il faut compter environ 5 heures de marche.

Pour rejoindre Latacunga depuis Quilotoa, c’est 2 US$ par personne en bus direct (5h30, 6h30, 7h00, 8h45, 10h45, 12h15, 13h45, 14h45, 15h30, 16h15 et 17h00). Si les horaires ne vous conviennent pas, vous pouvez sinon rejoindre Zumbahua en taxi collectif et prendre de là un bus.

  • Étapes additionnelles :

Une étape classique est Quilotoa – Tigua. C’est presque que de la descente sur 16 kilomètres, ça soulage après la journée précédente ! Et vous pouvez faire des rencontres insolites avec des bergers ou agriculteurs sur la route. Le chemin n’est pas très bien indiqué mais je suis sûr que vous le trouverez en demandant un peu d’aide à des locaux.

Vous avez une option peu connue via Malinga Pamba.  Le jour 2, vous partez pour ce village depuis Isinlivi et rejoignez la lagune le jour 3. Après avoir fait le tour de Quilotoa le jour 4, vous vous dirigez vers Chugchilan le jour 5 où vous terminez votre trek. À Malinga Pamba, vous devez dormir chez l’habitant.

Depuis Isinlivi, si ça colle avec vos jours, vous pouvez rester une journée supplémentaire pour découvrir le marché aux animaux de Guantualo le lundi. Sinon, il y a aussi des possibilités de randonnée à la journée comme depuis Chugchilan d’ailleurs.

  • Petits conseils en vrac :

Tout au long de la boucle, c’est très sûr. Vous pouvez rencontrer des chiens peu aimables qui « protègent » la propriété. Ce sont en fait plutôt des alarmes que des animaux de compagnie. Si vous vous baissez pour ramasser un caillou, ils s’enfuient généralement très rapidement comme ils ont malheureusement l’habitude d’être maltraités. Sinon, vous pouvez faire un petit détour, ça fonctionne aussi.

Parfois, des enfants vous aborderont peut-être pour échanger quelques mots avec vous les gringos. Si certains vous demandent de l’argent, il ne faut bien sûr pas accepter.

Vous n’avez pas de distributeur sur la boucle, pensez donc à prendre avec vous suffisamment d’argent en espèces pour vos étapes (environ 20-30 USD/nuit entre l’hébergement et les repas). Certains hôtels acceptent le paiement par carte avec un supplément de 8% correspondant aux frais bancaires.

 

Voilà, je crois que vous savez tout. Si vous avez encore des questions, je suis à votre disposition. Pour une fois, je demanderai peut-être de l’aide aux p’tits jeunes de l’équipe qui sont bien plus sportifs que moi !

J’attends vos plus belles photos avec plaisir pour les partager avec toute la communauté de voyageurs sur Facebook et Instagram.

À très bientôt,

Léon de Quito

Un road-trip dans les Andes ? Un séjour en Amazonie ? Une croisière aux Galapagos ? Je vous aide avec plaisir à profiter des trésors de l’Équateur aux meilleures conditions grâce aux partenaires du Réseau Solidaire ! Dès maintenant, vous pouvez aussi me poser toutes vos questions sur le Forum en commençant une nouvelle discussion. Allez, je vous attends !!!

Commentaires

Laissez un commentaire