Découvrez, Vivez, Partagez!

Monthly Archives: mars 2016

De retour d’un voyage merveilleux ! Passons sur les nombreux superlatifs et voici un petit résumé de nos découvertes. Nous sommes parties à 3 copines pendant une grosse quinzaine de jours (du 27 février au 15 mars).
- Arrivée à Quito. Hôtel Léon Colonial au coeur du vieux centre. Top – avec super terrasse pour le petit dej. Journée de balade dans le centre historique. De grandes places, églises, vues sur les montagnes autour, petit tour dans un parc dans les hauteurs… Ca monte et ça descend bien ! Déjeuner au mercado central bien sympa..Diner dans la petite rue de la Ronda.. Parfait pour une journée [nous sommes plus nature que ville !]

blog-Equateur-Camille-tout-equateur (1 of 5)
- Départ à Quilotoa. Nous sommes en mode « bus » pour la semaine ». Hyper pratique en Equateur, même en parlant un espagnol catastrophique. Horaires tjs approximatives mais ça a tout son charme. Très belle route avec des paysages impressionnants. Arrivée à Quilotoa : cratère époustouflant. Marche sportive pour y descendre… et remonter ! Mais petit coup de froid le soir ! Hotel Cabanas Quilotoa avec poêle qui ne marche pas… [négocier les prix ! Ce que nous n'avons pas fait bien sûr... c'est plutôt 13 dollars la nuit par personne que... 25 :)]

blog-Equateur-Camille-tout-equateur (2 of 5)
- Résultat le lendemain à la recherche de la chaleur ! Passage à chugchillan (en taxi camionnette). Deux petits hotels supers mignons (pour petit dej et dégustation de jus), plus sympas qu’à Quilotoa. Paysages superbes. Puis descente à Latacunga et attrapage du bus pour Banos sur l’autoroute #normal
- Arrivée à Banos, petite ville touristique entourée de montagnes et de cascades. Magnifique. Et surtout le volcan (dont j’ai oublié le nom) qui crache sa fumée ! Top. Hotel génial et très raisonnable (50 dollars la nuit pour 3 Plantas y blanco) terrasse de dingue sur le toit et petit déjeuner (non compris) à tomber. L’un des meilleurs restau du voyage [nous aimons bien les repas !!] : Casa Hood, juste à côté. Canyoning dans la jungle, inoubliable ! Descente en vélo jusqu’à Puyo, au rythme des cascades… pareil ! On a aussi profité des nombreux salons de massage … Vraiment le luxe ! [3 nuits]

blog-Equateur-Camille-tout-equateur (3 of 5)
- Départ pour Tena (3-4h de bus environ). Les portes de l’amazonie. Ville moins jolie mais un malecon agréable. Avec des déco en mode « disneyland » plus qu’étonnantes :) Hotel très bien (en mode old school) Las Yutzos – juste à côté du malecon. Session de rafting super sympa grâce à une agence d’activités dirigée par une Française (juste au début du malecon) // Une journée à cheval dans une propriété privée bien sauvage, pour finir au bord d’une très belle rivière. Café sympa : La Tortuga / Pour boire des verres le soir : Aragna [2 nuits]
- Retour vers Quito (4-5 heures de bus) cette fois-ci chez Léon Mariscal. Hotel toujours très bien, au coeur de ce coin touristique rempli de bar. On a plus l’impression d’être dans le même Quito qu’au début ! Restau absolument génial avec l’équipe de tout équateur #immenseMERCI
- Départ pour la côte. On a loué une voiture pour cette dernière partie de voyage. C’est cher mais vraiment pratique dans ce coin. 6h de route jusqu’à Canoa. Route absolument fabuleuse entre Quito et Santo Domingo ! La plus belle qu’on ait faite en Equateur. Puis descente vers la mer.. changement de paysage… Passage par des petites bourgades avec des espèces de touk-touk improbables ! Canoà : mignon, pas mal touristique, gros rouleaux d’écumes… Petit hôtel très défraichi qu’on avait booké via internet et bien plus cher que les prix des autres en fait… (Posada Olmito – mais très bien situé et super accueil !! ptêt éviter de passer par Internet et prendre une chambre en arrivant dans la ville – les trois quarts des hotels où l’on a dormi étaient quasi-vides !). [1 nuit]
On découvre à côté la ferme Rio Muchacho qui a l’air top : on est allées y faire un tour pendant deux jours (une nuit sur place dans un lodge magnifique au milieu de la jungle). Avec tout plein d’activités au programme : on a fait du café, du chocolat, on est allées ramasser les légumes et les fruits.. cheval… cascades… Le tout en mode méga relax dans la nature avec un guide adorable… A ne rater sous aucun prétexte !

blog-Equateur-Camille-tout-equateur (4 of 5)
Retour à Canoa le soir pour une nuit [hôtel Amalur - très bien]
- Départ pour Puerto Lopez (à 2-3h). La petite ville et la plage de la côte qu’on a préférées ! Un peu délabrée, plage interminable… personne… au top ! Et notre hôtel coup de coeur : Mandala, tout au bout du malecon. Au bord de la plage, dans un jardin luxuriant chambres superbes… Et un restau muy muy bien ! Plus cher que d’habitude par contre (90 dollars la nuit pour 3), avec desayuno. Mais ça vaut le coup !!! Magnifique coucher de soleil. On est allé faire un tour sur l’Isla del plata une journée ! Bien sympa ! Petite marche sportive (avec une chaleur de plomb !), quelques oiseaux aux pieds bleus :) (on est pas trop passionnées d’oiseaux donc bon…) de beaux paysages et surtout : totalement sauvage (inhabitée). Petite session snorkeling avant de reprendre le bateau… bon, on a vu une étoile de mer et 3 poissons :) mais ça rafraichit !

blog-Equateur-Camille-tout-equateur (5 of 5)
- Dernière étape : direction Olon, à une petite heure de voiture. Jolie plage, des sessions surf super pour les débutantes que nous sommes. Hotel Samai Lodge [super hôtel, perdu dans la pampa.. très belle vue sur la jungle et la mer... petite piscine ... jacuzzi :) mais un peu cher quand même, on s'attendait à un truc plus ouf !] – Une soirée à Montanita ! Marrant !!! Mais un peu étonnée de voir tant de monde et de revenir en « ville » :) Restau Papillon très bon ! (avec des crêpes pour les fans)
- Direction l’aéroport :( Guayaquil (3h de route), décollage et retour à 8 degrés !

Voilà… quelques petits conseils anecdotiques qui peuvent être utiles :
- tout se paie en cash, la carte bleue c’est vraiment l’exception
- la conduite équatorienne est… sportive :) en ville en tous cas, ça va dans tous les sens. Mais les routes sont vraiment belles et praticables
- Le réseau de bus est top, faut juste se laisser porter par les horaires du coin et ne pas être pressé
- le soleil attaque bien violemment

… Voilà, et si vous lisez ce billet c’est que vous avez la chance de partir bientôt en Equateur donc enjoy !!!!

Et surtout un grand merci à Tout Equateur, qui s’est plié en quatre pour que notre voyage soit parfait !

Prochain voyage : la Colombie (on a eu tellement d’échos positifs sur ce pays qu’on est obligées d’y aller). Et on essaiera de monter « Tout Colombie » pour pouvoir y rester plus que deux semaines !

Ce matin, réveil à l’aurore pour la préparation des sacs. Nous laissons un sac avec nos graines, nos coquillages et tout ce que nous avons d’organique à l’hôtel, car cela est interdit sur les îles Galápagos, puis nous nous dirigeons vers l’aéroport pour 2 heures d’avion vers San Cristobal, l’île la plus ancienne de l’archipel. La création de cet archipel est due à l’association d’une activité volcanique sous-marine et au mouvement des plaques, donnant lieu à des îles qui sont en fait des volcans plus ou moins récents (le plus récent, toujours en activité, est sur l’île d’Isabella et a 400 000 ans).

blog-galapagos-chapiteam-tout-equateur (1 of 19)

A l’atterrissage, nous voici dans un mini aéroport. En sortant du building, une rue nous mène rapidement à la ville, à pied. Nous faisons le tour et, sur conseil d’une personne de l’aéroport, nous présentons à l’hôtel San Francisco qui propose de belles chambres pour 25$, c’est bien plus cher que sur le continent, mais c’est bon marché pour les iles !

Chachou sautille dans tous les sens, et dès que nous avons posé nos sacs dans la chambre, nous sautons dans nos maillots et nous précipitons à l’extérieur pour nous diriger vers la mer avec nos tubas ! Nous n’avons pas fait 50 mètres qu’une toux roque raisonne vers le bord de l’eau, ce qui attire notre attention. Ouf !! Mais qu’elle est cette bête énorme !

blog-galapagos-chapiteam-tout-equateur (2 of 19)

Un lion de mer est là, mais non attendez, il y a aussi ses petits à côté, ah non, en fait, il y a toute une colonie d’au moins 100 individus éparpillés entre plage et rochers! Ouaaaahou ! Nous faisons donc connaissance avec ces magnifiques saucissons sur pattes à moustaches ! Tout en faisant attention à ne pas leur marcher dessus car ils se confondent facilement avec les rochers. Il y en a partout et la plupart sont avachis, sans bouger, comme de gros saucissons sur une planche à découper ! Oula… on dirait que le manque de charcuterie se fait ressentir en écrivant ces lignes !

blog-galapagos-chapiteam-tout-equateur (3 of 19)

Ils ne sont pas farouches, se laissent approcher. Cependant, on nous a déconseillé de les toucher, ils n’aiment pas ça et les femelles peuvent rejeter leurs petits pour cette raison. Au milieu de tout ce petit monde, se baladent les fameux crabes rouges et bleus, superbes, et même des gros iguanes ! Les Galapapa commencent bien !

blog-galapagos-chapiteam-tout-equateur (4 of 19)

blog-galapagos-chapiteam-tout-equateur (5 of 19)

blog-galapagos-chapiteam-tout-equateur (6 of 19)

blog-galapagos-chapiteam-tout-equateur (7 of 19)

Après une bonne heure de contemplation, nous décidons de continuer notre route vers la plage Playa Man. En route, nous achetons un sandwich 4 fois le prix que nous l’aurions payé sur le continent. Aaouch, il va falloir bien sélectionner nos bouisbouis !

Arrivés sur la plage, nous nous jetons à l’eau sous une pluie fine ! Eh oui, le temps ici n’est pas paradisiaque. Pour une fois, nous sommes dans un paradis qui ne ressemble pas à un paradis. Les Galapapa, comment dire … c’est autre chose ! C’est marcher sur les traces de Darwin, la découverte d’espèces uniques et une aventure sur des iles magiques…

Enfin, reprenons, nous nous jetons donc à l’eau, qui, comme nous le faisions remarquer plus tôt sur le caractère non paradisiaque des îles, n’est pas chaude. Enfin, elle n’est pas glacée non plus, elle est comme à Marseille en été, entre 18 et 20°C à la période où nous y sommes (août, la saison sèche). Donc, nous sommes sous la pluie dans une eau froide et pourtant c’est le TOP du TOP ! Nous voici à nager avec les lions de mer, de la fuzzz ! Sous l’eau, il y a pas mal de sédiments mais la visibilité est, somme toute, correcte et de beaux spécimens de poissons se présentent à nous. Il y a le gros poisson perroquets, des poissons de type napoléon et même des poissons aux yeux bleus et lèvres jaunes.

blog-galapagos-chapiteam-tout-equateur (8 of 19)

blog-galapagos-chapiteam-tout-equateur (9 of 19)

blog-galapagos-chapiteam-tout-equateur (10 of 19)

Super départ pour le snorkeling ici, nous tripons avec les lions de mer.

Après 15-30mn de baignade, l’esprit en veut encore mais le corps ne peut pas aller plus loin ! Nous reprenons la marche sous une petite bruine légère pour nous réchauffer, puis, le soleil fait son apparition.

Nous arrivons dans une autre crique (Crique Tijeretas, parfaite pour le snorkeling) et faisons une pause au milieu des lionceaux.

blog-galapagos-chapiteam-tout-equateur (11 of 19)

L’un d’entre eux n’est pas farouche et veut jouer. Il vient nous titiller avec ses moustaches où nous sentir les mains. On ne sait jamais s’il va nous croquer ou nous léchouiller et régulièrement, ils se mettent à tousser ou rugir (gentiment), ce qui nous fait sursauter !!

blog-galapagos-chapiteam-tout-equateur (13 of 19)

Des snorkelers sortent de l’eau ravis. Du coup Chachou n’a pas le choix que d’aller voir ce que renferme cette petite crique à l’eau cristalline. Il ne sera pas déçu, ce sont 2 tortues aquatiques qui l’accueillent. Elles sont énormes et font la sieste au fond de l’eau. Quel moment magique, le rêve. Chachou décide de se renseigner sur l’adoption d’une tortue de mer et les liens de compatibilité pour une cohabitation avec un petit chat (Maojah on va te ramener une copine ! A moins que tu ne préfères un lionceau ?) . A la sortie de l’eau, Chapichette qui voit le sourire figé de Chachou décide d’aller à l’eau également malgré les tremblements de celui-ci. Une autre voyageuse Française a fait son apparition, les 2 aventurières se jettent à l’eau pour aller chercher l’ovipare. Elles ne sont pas déçues, elles rencontrent les magnifiques tortues et en plus une multitude de poissons de grandes tailles colorés ou rapides ! Un régal.

blog-galapagos-chapiteam-tout-equateur (14 of 19)

Après tout cela, nous observons quelques oiseaux …

blog-galapagos-chapiteam-tout-equateur (15 of 19)

blog-galapagos-chapiteam-tout-equateur (16 of 19)

blog-galapagos-chapiteam-tout-equateur (17 of 19)

… puis rentrons à l’hôtel pour une bonne douche CHAUDE, eh oui magique car nous n’avons pas eu d’eau chaude depuis des semaines, mais aujourd’hui alors que nous en avions vraiment besoin, il y en a ! Nous ressortons pour le diner avec notre nouvelle amie, nous trouvons un bouiboui qui fait un menu pour 3.5$. Cool, il parait possible de se nourrir pour un prix correct, nous sommes sauvés !

Première journée 5 Etoiles ! Ca va être difficile de faire mieux pour demain mais on va quand même essayer !

Allez, nous ne résistons pas à remettre quelques photos de nos lionceaux préférés !

Et pour suivre le reste de nos aventures autour du monde (en photos et vidéos) c’est ICI !

blog-galapagos-chapiteam-tout-equateur (18 of 19)

blog-galapagos-chapiteam-tout-equateur (19 of 19)

 

 

 

Nous sommes le Lundi 22 février 2016, et c’est aujourd’hui que commence notre séjour en EQUATEUR. Notre séjour durera 12 jours, je vais essayer d’être bref et précis pour le raconter.

Nous partons donc de l’aéroport de Marseille Provence à 12 h nous arriverons dans la nuit du 23 Février à l’aéroport Mariscal Sucre de Quito à 00H30 (heure de l’équateur) en ayant fait escale à Madrid et Bogota . Notre vol aller durera au total 18 heures en comptant les escales. Nous avons fait plutôt bon voyage . Nous décidons donc de nous rendre à notre point de rendez-vous qui est l’hôtel POSADA DEL MAPLE situé dans le quartier touristique de la Mariscal . La meilleure solution, pour éviter toutes confusions et pour des raisons de sécurité est de prendre un taxi moyennant un coût de 25 dollars. L’aéroport est assez éloigné du centre ville, nous mettrons donc un peu plus d’une demi heure pour rejoindre notre hôtel. Nous arrivons donc à l’hôtel sur le coup des 01H30 du matin, nous étions attendus à la réception par une charmante dame, à première vue l’hôtel est plutôt chouette, bien situé et ressemble a une auberge avec sa grande salle à manger, son salon et sa petite cuisine. Notre chambre est plutôt sympa aussi pas très grande, mais possède sa douche privative et sa petite terrasse surplombant la rue principale. Nous sommes ravis, le seul petit bémol est que le lit grince quelque peu lorsque l’on bouge. C’est pas grave cela fera l’affaire on ne fera pas les difficiles après tout ce périple, nous allons recharger nos batteries et l’aventure commencera demain .

itineraire-Equateur-Bruno-tout-equateur (22 of 25)

Jour 1 QUITO

Nous nous réveillons, il est à peu près 9 heure du matin, la nuit fut bonne, bien revigorante, nous décidons donc de prendre le petit déjeuner , au menu des oeufs et des fruits , une des spécialités équatorienne nous nous en rendrons compte au fil du séjour puisque nous aurons mangé quasiment que de ça. Le petit déjeuner prit, nous décidons de nous lancer à visiter le vieux Quito colonial. C’est un très bel endroit bien gardé, ou chaque rues sont colorées et certaines pavées et passantes. Nous flânerons et marcherons deux ou trois bonnes heures avant de nous rendre au Mercado central manger notre premier almuerzo. L’almuerzo c’est le plat du jour version équatorienne, une formule très simple, économique et très nutritive puisqu’elle combine la soupe du jour, le plat principal (viande ou poisson) accompagné de son riz sa petite salade et ses patates et son jus de fruit frais, moyennant un prix de 2 dollars, soit, comment manger bien pour vraiment pas cher. Nous reprenons notre chemin et décidons de remonter cette longue rue Guayaquil pour ainsi nous rendre à la Plaza Grande ou Plaza de la Indepandencia qui est absolument superbe avec son petit espace vert au centre et ou il fait bon s’y reposer quelques minutes avant de reprendre notre marche.

itineraire-Equateur-Bruno-tout-equateur (25 of 25)

Après quelques heures dans le centre colonial nous décidons de nous rendre en taxi sur El Panecillo qui est une petite colline situé en plein centre de Quito qui culmine à 3000 mètres d’altitude et qui offre un panorama sur la partie Sud et Nord de la capitale, il est donc bon d’y monter pour se rendre compte à quel point cette ville est étendue et pour y prendre quelques photos.

itineraire-Equateur-Bruno-tout-equateur (23 of 25)

Sur le chemin du retour nous décidons de nous rendre dans le plus vieux glacier de la ville y gouter ses fameuses glaces puis continuer notre chemin jusqu’à l’hôtel à pied tout en passant par le parc El Ejido. Le soir venu, nous dinerons dans le quartier de la Mariscal puis , la fatigue et le décalage horaire aura raison de nous , nous nous endormirons vers 21 heures.

itineraire-Equateur-Bruno-tout-equateur (24 of 25)

Jour 2 QUITO - OTAVALO

Nous nous réveillons vers les 6 h 30 motivés et bien rechargés, aujourd’hui nous décidons de nous rendre à Otavalo notamment connu pour son marché et sa place des Ponchos. Nous partirons donc à 7 heures du matin de l’hôtel pour nous rendre en taxi au terminal terrestre nord de Quito (CARCELEN) la course coûte 10 euros et dure à peu près une demi-heure. Arrivés au terminal nous prendrons le bus direct pour Otavalo (2 dollars) durée du trajet : 1H30 voire 2h .
La route est longue et sinueuse et mieux vaut ne pas être malade sur les routes car les chauffeurs y vont de bon coeur. Nous arrivons au terminal terrestre d’ Otavalo vers les 10 h nous marchons donc jusqu’au marché qui se trouve à cinq rues non loin de là. Le marché se trouve sur une grande place entourée de commerces et de petits restaurants. Effectivement il est bon de se rendre dans le marché entre 9 h et 12 h lorsque l’activité bat son plein, nous flânerons bien près de 3 heures sans y faire de véritables acquisitions, il y a beaucoup de choix pour les textiles (écharpes, panchos, sacs, coussins …) et pour les souvenirs c’est la que nous achèterons tout nos souvenirs et petits présents pour les amis et la famille. Nous déciderons de prendre notre pause déjeuner dans un restaurant qui surplombe la place, puis la pluie s’invita et vint bouleverser nos plans pour l’après-midi qui étaient de nous rendre dans le village de Cotacachi pour visiter la lagune de Cuicocha. Tampis, nous reprendrons le bus d’ Otavalo vers Quito sur le coup des 15 heures et rentrons à l’hôtel en fin d’après-midi (17 h). Le soir nous mangerons dans un restaurant mexicain dans le quartier de la Floresta, puis rentrons à l’hôtel vers 22 heures. Nous aurons besoin de repos pour affronter notre journée de demain.

Jour 3 QUITO - MANTA - MONTANITA

Levés à 03H30 sur le pied de guerre, notre paquetage prêt, on sent que cette journée va être difficile mais on se console en se disant qu’à la clef, la mer et le soleil nous attendent . Un taxi nous attends devant l’hotel à 4 heures direction l’aéroport car aujourd’hui nous allons sur la côte et plus précisément à Montanita . Notre vol est prévu pour 06 h du matin direction Manta . Arrivés sur place une quarantaine de minutes plus tard, dans un aéroport minuscule, nous prenons un autre taxi jusqu’au terminal terrestre de Manta situé non loin de là. Nous arrivons enfin au terminal de Manta , nous trouvions cet endroit pas top , assez stressant avec toutes ces personnes qui gesticulaient tout autour de nous. Dans tout ce tumulte nous ferions quand meme la connaissance d’un français qui nous fit partager son expérience de la côte équatorienne.

itineraire-Equateur-Bruno-tout-equateur (18 of 25)Nous prendrons alors tout les trois le bus de Manta direction Montanita via Puerto Lopez puisque le bus direct ne passe qu ‘une fois toutes les trois heures à ce que j’ai cru comprendre. Le Bus mettra donc 2 heures jusqu’à Puerto Lopez puis encore une heure de Puerto Lopez à Montanita pour un prix de 5 dollars par personne. Une route encore sinueuse qui alterne jungle hostile et bords de mer, nous ne verrons pas les heures passées tellement le paysage est bluffant. Nous arriverons donc à destination de Montanita à 12 h, nous étions donc dans les temps pour récupérer notre hôtel qui était situé un peu plus loin de la rue principale à peut-être 300m plus éloigné sur la côte pour pouvoir profiter du calme de la plage.

itineraire-Equateur-Bruno-tout-equateur (20 of 25)

Nous avons réservé à la Gondola, une petite payotte cosy avec terrasse et moustiquaires, dans laquelle nous nous sentions bien .Cet après-midi là, le programme fut simple: almuerzo, plage, farniente , quoique quelque peu gâché par un temps capricieux entre pluies fines et éclaircies, mais bon nous passions outre. Nous étions émerveillés tout de même par cette plage qui s’étend jusqu’à perte de vue et qui a pour délimitation un immense rocher ou viennent s’écraser les déferlantes. Nous décidons donc de nous reposer sur l’immense plage et profiter du soleil qui se fait rare.

itineraire-Equateur-Bruno-tout-equateur (21 of 25)

Le soir venu nous décidons d’aller boire un verre et de profiter de l’ambiance de ce petit village, inutile de vous préciser que deux ou trois mojitos auront raison de nous après cette journée assez éreintante , allez hop au dodo et profitons enfin d’une vraie nuit de sommeil sans avoir à se soucier du lendemain.

Jour 4 MONTANITA

Reveil à 09 heures du matin les batteries rechargées à fond , nous prendrons le petit déjeuner au sein de l’hôtel, huevos revueltos et jus frais seront de la partie comme d’habitude. Le programme de la journée est simple; profiter à fond de la plage et ne pas trop se fatiguer pour pouvoir profiter de la vie nocturne qu’offre cette mini station balnéaire. Il y a un superbe soleil aujourd’hui, l’eau est à une température parfaite, il y a peu de vent et de jolis rouleaux, les conditions sont parfaites et on est heureux, on s’allonge donc sur la plage au niveau de la rue principale, il y a des jeunes qui jouent au foot d’autres qui surfent et y’ a nous, qui brulons au soleil comme sur un barbecue, si il y’a une chose en équateur à laquelle on doit faire attention, c’est le soleil, car il est extrêmement violent.

itineraire-Equateur-Bruno-tout-equateur (17 of 25)

Nous prendrons le déjeuner dans un restaurant dans le coeur de montanita, pas si terrible que ça, mais ça fera l’affaire. A la fin de la journée nous déciderons d’aller faire un tour dans le centre, car il s’y tient toute la journée un marché ambulant, ou on y vend de tout . Des la tombée de la nuit, ces petits stands de marché se transformeront en bar à cocktails, il est donc important de savoir qu’il vaut mieux faire le marché quand il fait encore jour, vous aurez plus de choix. Cette nuit la nous boirons quelque coups et nous irons manger dans un restaurant un peu en dehors du centre . Une journée simple, pas trop fatigante qui fait du bien.

Jour 5 OLON - MONTANITA

Réveillés à 09 h, aujourd’hui on décide de se rendre à Olon, un petit village dont on nous a dit le plus grand bien, situé juste derrière ce grand rocher lequel j’ai déjà évoqué un peu plus haut. Autrement dit, Olon se situe à seulement 3 km de Montanita et nous décidons pour ce fait de prendre un taxi pour nous y rendre . Nous arrivons à Olon, il est 10 heures du matin, le soleil est de plomb et nous nous dirigeons vers l’une de ces innombrables payottes présentes sur la plage pour y prendre le petit- déjeuner. Au menu des oeufs, mais aussi un bolon de verde , un plat typique équatorien, constitué de banane plantain et de fromage, c’est très bon, mais ça à l’air très gras aussi. Une fois rassasiés, nous rejoignons la plage, semblable à celle de Montanita, du sable à perte de vue, une houle un peu moins forte, mais beaucoup plus de monde. On y prendra quelques photos et un petit bain, nous y resterons juste une petite heure, nous préférons de loin notre Montanita à nous ou il y règne une autre ambiance plus prospère à la détente.

itineraire-Equateur-Bruno-tout-equateur (16 of 25)
De retour à Montanita, nous mangerons dans une payotte sur la plage, puis nous profiterons de ce grand soleil encore une fois jusqu’à la fin de la journée pour enfin admirer un coucher du soleil splendide. Pour ce qui est de la soirée, nous sortirons et nous veillerons un peu plus tard que les précédentes fois , nous boirons un peu plus de cocktails aussi, nous commençons à nous faire au rythme équatorien, malheureusement demain matin nous devrons quitter ce petit coin de paradis, une dure journée nous attends.

JOUR 6 MONTANITA - MANTA - QUITO

Aujourd’hui nous prendrons notre dernier petit déjeuner à Montanita, une dure journée nous attends car nous devons rentrer à Manta, prendre notre vol retour pour Quito. Un temps pluvieux à souhait et pourtant la plage est noire de monde, surement parce que ça doit être Dimanche. Bref je décide donc de me lancer à l’aventure sous la pluie battante pour connaître les horaires des bus qui partent de Montanita pour rejoindre Manta, sans succès, puisqu’en fait en Equateur il n’y a pas vraiment d’horaires précises, vous attendez à l’arret et des bus passent, une personne est tout le temps la pour vous indiquez quel bus vous devez prendre, donc au final c’est assez facile. Nous prendrons donc le bus de Montanita pour Puerto Lopez puis un autre jusqu’à Manta similaire à l’aller, le voyage se passera bien et nous arriverons à l’aéroport avec 3 heures d’avance. De retour à Quito, nous avons réservé un hôtel proche de l’aéroport pour y passer seulement une nuit, puisque le lendemain nous partons pour Lago agrio et plus précisément en Amazonie. Nous arrivons donc à l’hotel COLIBRI AEROPUERTO, ou un homme nous y attends pour nous présenter la chambre dans laquelle nous passerons la nuit. Il nous montre la chambre, nous passe les clefs, et la stupéfaction pour nous : des araignées à chaque coins des cafards sous le lit, pas de moustiquaire,il n’y à pas de radiateur et il y fait vraiment très froid. Nous n’avons même pas oser ouvrir les draps par peur de tomber sur autre chose. Nous ne voulions pas passer la nuit ici et nous décidons clairement de le faire comprendre au propriétaire qui essaya en vain de nous convaincre en nous montrant une autre habitation, mais bon nous préférions opter pour une chambre bétonnée. Nous irons donc dormir à Casa Maria, c’est un hôtel non loin de là dans le même quartier, mais déjà beaucoup plus propre, nous pouvons enfin nous reposer. Demain, c’est l’Amazonie nous savons que cela risque d’être pire mais bon, nous voulions quand même passer une dernière douce nuit avant d’être plongés dans la jungle hostile.

JOUR 7-8-9-10 CUYABENO

Il est 09 heure du matin, nous sommes à l’aéroport Mariscal Sucre et nous allons nous envoler vers Lago Agrio via la compagnie TAME qui propose des billets à prix attractifs (environ 80 dollars aller-retour) que nous avons pris deux mois à l’avance en France. Le vol fut bref, une trentaine de minutes d’avion séparent Quito de la Jungle équatorienne. Nous arrivons à l’aéroport de Lago Agrio, ou nous attend notre Guide « Elvis » qui va nous accompagner durant nos 4 jours d’immersion. Nous avons pris une formule de 4 jours et 3 nuits dans le GUACAMAYO LODGE, qui comprend donc la pension complète (Petit déjeuner, déjeuner, diner), des excursions variées et un guide bilingue. Une formule qui nous coutera 270 dollars par personne payable directement à une agence spécialisée, à Quito.
Et c’est parti, un bus nous attend pour rallier la ville de Lago Agrio à Cuyabeno bridge. Nous mettrons 2 heures durant lesquelles des paysages fous s’offrent à nous, nous sommes vraiment au fin fond de la jungle.

itineraire-Equateur-Bruno-tout-equateur (10 of 25)

Nous arrivons donc au pont de Cuyabeno, prenons place dans une pirogue pour destination le GUACAMAYO LODGE, il nous faudra encore 2 heures pour rallier le lodge, un trajet durant lequel notre guide nous montrera différentes espèces d’oiseaux et de singes.

itineraire-Equateur-Bruno-tout-equateur (15 of 25)

Nous arriverons donc au lodge vers 14 heures pour prendre notre déjeuner, et voir à quoi va ressembler notre couchette durant ces 4 jours .Le Lodge est très beau, respectueux de la nature, tout est en bois, ici on utilise l’électricité qu‘à certaines heures de la journée, la faune et la flore y est bien présente aussi (nous nous serons fait copain avec plusieurs tarentules et autres espèces comme l’araignée banane).

itineraire-Equateur-Bruno-tout-equateur (12 of 25)

itineraire-Equateur-Bruno-tout-equateur (11 of 25)

On va essayer d’être bref car pour raconter ces quatre jours car il nous faudrait des heures et des heures par écrit. Ces 4 jours furent notre coup de coeur du voyage, l’Amazonie offre des paysages à couper le souffle.

itineraire-Equateur-Bruno-tout-equateur (14 of 25)

itineraire-Equateur-Bruno-tout-equateur (9 of 25)

Les activités seront diverses et variées, passant du simple trek de 3 heures dans la forêt jusqu’à la rencontre d’un shaman et de villageois qui vous apprendront à cuisiner la yucca (manioc).

itineraire-Equateur-Bruno-tout-equateur (8 of 25)

 

itineraire-Equateur-Bruno-tout-equateur (7 of 25)

Un lodge sublime ou il règne une bonne ambiance, un guide génial, passionné en la personne d’Elvis, et un staff toujours à nos petits soins. Nous avons donc été ravis de cette escapade dans la jungle. Le retour à la civilisation 4 jours plus tard fut difficile .

itineraire-Equateur-Bruno-tout-equateur (6 of 25)

Jour 10 PARC COTOPAXI

Nous sommes de retour à la civilisation, à Quito plus précisément, il est 18 heures et nous avons planifié d’aller nous rendre en bas du parc du Cotopaxi pour finir ce séjour en beauté. Pour se faire, nous décidons de prendre un taxi pour descendre au terminal sud de la ville (QUITUMBE), prendre un bus jusqu’à Machachi puis attraper un des nombreux pickups sur la place principale du village. Vu les circonstances et du fait qu’il fasse nuit, le taxi réussira sans trop forcer à nous convaincre de nous amener directement au point de rendez vous , qui est l HACIENDA PORVENIR nichée à 3700 mètres d’altitude en face du volcan Cotopaxi. On vous conseillera surtout de prendre un pickup de Machachi puisque la route se transforme en chemin de campagne. Nous arriverons donc très tard à l’hacienda vers 22 heures , le taxi s’étant complètement trompé de route … Nous étions dépité, nous qui voulions manger et profiter de notre première nuit à l’hacienda … c’est raté.
Tampis, nous nous rattraperons le lendemain.

itineraire-Equateur-Bruno-tout-equateur (4 of 25)

Jour 11 PARC COTOPAXI

Nous nous réveillons vers 9 heures du matin, au programme de la journée activité autour du parc si possible, car l’hacienda propose des activités telles que des ballades à cheval ou bien du mountain bike autour du volcan.

itineraire-Equateur-Bruno-tout-equateur (3 of 25)
Malheureusement la poisse continuera et le temps fut pluvieux et brumeux tel que nous ne pouvions même pas voir la cime du volcan . Nous décidons donc d’attendre, de boire un thé, visiter l’hacienda et ses alentours , en espérant qu’une éclaircie pointe son nez, que l’on puisse profiter du paysage. L’hacienda est magnifique, on s’y sent bien, c’est chaleureux, on est vraiment coupé du monde, elle possède aussi ses propres animaux, des lamas, des chevaux, des vaches …

itineraire-Equateur-Bruno-tout-equateur (2 of 25)
Il est 13 heures, nous nous dirigeons vers le restaurant de l’enceinte, qui est d’ailleurs assez bon. Nous voyons que le temps n’a pas l’air de vouloir changer, nous décidons tout de même de faire une marche autour de l’hacienda, ou il y’a plusieurs miradors (poste d’observation), en espérant que durant la marche, le temps change. La boucle fait 3.5 kilomètres et il y a trois miradors des quels on peut observer la multitude de volcan qui nous entoure. Nous ferons celle-ci en à peu près deux heures, en montant au plus haut en espérant de pouvoir voir quelque chose… nous verrons juste deux ou trois volcans derrière le cotopaxi qui lui est toujours caché par une brume épaisse, c’est toujours mieux que rien . Nous rentrerons donc à l’hacienda un petit peu contrariés.

itineraire-Equateur-Bruno-tout-equateur (1 of 25)
Le soir arrive, nous mangerons et trinquerons une dernière fois au restaurant .

Jour 12 PARC COTOPAXI RETOUR

Aujourd’hui c’est le dernier jour, nous décidons de ne pas nous prendre la tête, on a donc demander à l’hôtel de nous organiser un transport privé jusqu’à l’aéroport, c’est certes couteux mais au moins on était sur de ne pas rater notre avion. Nous partirons donc à 12H30 de l’hôtel nous arriverons deux heures plus tard à l’aéroport Mariscal Sucre.

Nous avons été très content de ce voyage, nous avons adoré ce pays, seulement nous ne sommes pas rester assez longtemps pour apprécier à sa juste valeur, 12 jours c’est vraiment trop court. Je ne conseillerais donc de ne pas faire cet itinéraire, mais plutôt de privilégier deux zones comme les andes et l’Amazonie ou bien la côte et les andes.
Pour ce qui est de Quito , nous avons adoré, seulement le quartier de la Mariscal est vraiment très touristique et ne correspond pas pour nous à la véritable identité de la ville, rien n’est typique , il vous faudra donc bouger de la zone si vous voulez un minimum d’authenticité.

Pour ce qui est de la côte, c’est génial nous nous sommes régalés, tout y est le cadre l’ambiance, c’est vraiment comme on l’imaginait, nous n’hésiterons pas à y retourner.

L’Amazonie, un vrai coup de coeur, à vrai dire on avait beaucoup d’espérances et nous n’avons pas été déçus, ne vous attendez pas à voir crocodiles et anaconda en abondance, les animaux sont en liberté et il vous faudra être chanceux pour les apercevoir. Mais rien que le cadre le fait d’être coupé du monde, c’est vraiment trop bon. Nous ne regrettons pas, de plus je conseille vivement ce lodge le(GUACAMAYO) ils ont vraiment été top, vous avez juste à vous laissez transporter et en avant l’aventure.

Et pour le Cotopaxi, nous avons été quelques peu déçus en grande partie à cause de la météo, si on devait le refaire nous nous y prendrons autrement. L’hacienda, les activités, le restaurant sont assez couteux et on pense qu’il y’a beaucoup mieux à faire dans cette région de l’équateur (on nous parlait de Banos, latacunga).

On espère que notre expérience vous aura été utile.

CINDY ET BRUNO

0 1638

La Semaine Sainte est une célébration de tradition catholique, importée en Amérique par les conquistadores au 16ème siècle. Elle correspond à la semaine précédant Pâques et commémore la passion du Christ. Comme Pâques, sa date de célébration n’est pas figée dans le calendrier. Elle correspond à la fin du Carême et se base sur le calendrier lunaire. La Semaine Sainte (« Semana Santa ») est un des moments les plus intenses du calendrier liturgique chrétien et est fêtée dans de nombreux pays catholiques, notamment en Amérique Latine. L’Equateur ne déroge pas à cette règle et vous verrez, si vous avez la chance de voyager dans le pays durant cette période, qu’il existe quelques particularités équatoriennes.

La Semaine Sainte en Equateur est une période où l’on ressent particulièrement la ferveur religieuse des habitants et durant laquelle on peut découvrir de nombreuses traditions propres au pays.

aricle-Semana-Santa-tout-equateur (1 of 11)C’est une fête éminemment religieuse dans un pays où la grande majorité des habitants se déclarent catholiques. La grande partie des célébrations se tient à l’intérieur des églises. D’autre part, de nombreuses processions à caractère religieux, souvent impressionnantes par le nombre de participants et la ferveur déployée, s’organisent dans tout le pays.

Les processions

La Semaine Sainte est célébrée dans tout le pays même si les manifestations les plus importantes se déroulent dans les 3 principales villes du pays : Quito, Guayaquil et Cuenca.

A Guayaquil, vous pourrez assister à la procession du Cristo del Consuelo, pendant laquelle les fidèles accompagnent le Christ sur la croix. La procession, qui se tient le Vendredi Saint, commence à l’église del Cristo del Consuelo pour se terminer à l’église Espíritu Santo. Le soir, le Christ sera amené à la chapelle de la Virgen del Soto avant d’être ramené à sa place d’origine le dimanche matin.

aricle-Semana-Santa-tout-equateur (2 of 11)

A Cuenca, les habitants rejouent la passion du Christ avec un Jésus portant sa croix surveillé par des soldats romains.

C’est à Quito qu’a lieu la procession la plus réputée, la plus importante et certainement la plus impressionnante du pays. Le Vendredi Saint, des dizaines de milliers de personnes se rassemblent dans les ruelles du centre historique pour assister à la procession Jesús del Gran Poder. Différents protagonistes participent à cette célébration qui se base sur le concept de pénitence. Symboliquement la procession reprend le chemin que Jésus aurait fait jusqu’à la croix. Ce sont les cucuruchos qui ouvrent la marche. Ces personnages (femmes, hommes et même enfants) coiffés d’une robe violette de la tête au pied, marchent pieds nus, parfois enchainés, en portant de lourdes croix de bois. La dévotion de certains participants est impressionnante et peut parfois paraître violente pour l’œil du visiteur. Certains s’enroulent en effet le corps de fils barbelés ou se coiffent de couronnes d’épines… Le chemin se doit d’être douloureux !

aricle-Semana-Santa-tout-equateur (4 of 11)

Pendant la célébration, on sort le Christ crucifié de l’église de San Francisco qui défilera avec le cortège.

D’autres personnages comme les soldats romains ou les verónicas (femmes accompagnant le Christ en récitant des passages bibliques) participent également, rendant le défilé particulièrement vivant et coloré.

La gastronomie de la Semana Santa

Comme souvent lors des fêtes en Equateur la nourriture occupe une place centrale dans les festivités. Alors que mange t-on durant la semaine Sainte en Equateur ?

Le plat le plus représentatif est la fanesca. Cette soupe consistante se consommait dans un premier temps le Jeudi Saint mais est aujourd’hui appréciée durant tout le Carême et de manière encore plus significative durant la Semaine Sainte.

aricle-Semana-Santa-tout-equateur (11 of 11)

La fanesca s’élabore à base de lait et de poisson séché (morue). A cela, on ajoute différentes types de graines (maïs, lentilles, haricot, chochos…) mais aussi des œufs, de la plantain frite, des oignons blancs et même de l’avocat… Autant dire que le résultat est riche et comble les estomacs les plus affamés. La préparation de la fanesca varie beaucoup selon les régions équatoriennes et les produits disponibles. Après ça, c’est aussi chaque famille qui y ajoute son ingrédient secret. Pour clôturer le repas, on consomme en dessert les higos con queso (figues accompagnées de fromage frais).

L’origine du plat demeure mystérieuse malgré l’existence de quelques pistes. L’utilisation de graines typiquement andines ferait venir la fanesca d’un plat préhispanique (la Ushucuta) auquel les conquistadores auraient rajoutés le lait et le poisson. Ce plat déjà sacré pour les populations précolombiennes, sera incorporé dans le rite catholique par les espagnoles.

Le nombre de grains que l’on met dans le plat est traditionnellement égal à 12, pour symboliser les 12 apôtres et les tribus d’Israël. Le poisson, quant à lui, symbolise le Christ.

aricle-Semana-Santa-tout-equateur (6 of 11)

Voici un petit récapitulatif des évènements de la Semaine Sainte à Quito :

  • Mardi 22 mars 2016

Procesión de las Andas en Puéllaro

Procession qui reprend les moments forts de la passion du Christ. Des statuent de saints défilent portées par les fidèles. Où et quand : Parque Central de Puéllaro, situé à l’extrême nord de Quito près de la Mitad del Mundo, à partir de 20h30.

aricle-Semana-Santa-tout-equateur (7 of 11)

  • Mercredi 23 mars 2016

Ensamble Mare Nostrum

Dans le cadre du festival de musique sacrée cet ensemble italien se produira à l’église de la Compañia de Jesús. Où et quand : Iglesia de la Compañia de Jesús, rues Garcia Moreno y Sucre, Quito. Le concert démarre à 11h et l’entrée est gratuite.

Arrastre de Caudas “Reseña”

Célébration funéraire qui reprend un vieux rite de la Rome Antique. Où et quand : Catedral Metropolitana de Quito, rues Venezuela y Espejo, Quito. La cérémonie commence à midi.

  • Jeudi 24 mars 2016

Recorrido por los siete monumentos

Procession qui emmène les fidèles dans 7 églises du centre historique. Cette année les églises concernées sont : La Concepción, Iglesia de Santa Clara, Carmen Alto, San Francisco, La Compañía de Jesús, La Catedral y San Agustín. Où et quand : Centre historique de Quito à partir de 17h.

aricle-Semana-Santa-tout-equateur (10 of 11)Lavatorio de pies en Perucho

Cette cérémonie reprend l’épisode biblique où Marie-Madeleine lave les pieds du Christ. Où et quand : Parque Central de Perucho (village au nord de Quito) à partir de 18h.

Procesión de las luces

Procession nocturne où les fidèles marchent avec des bougies. Au programme un défilé coloré avec la participation du ballet folklorique national Jacchigua. Où et quand : Centre historique de Quito à partir de 18h30.

aricle-Semana-Santa-tout-equateur (8 of 11)

  • Vendredi 25 mars 2016

Procesión Jesús del Gran Poder

Le plus grand défilé de la semaine qui attire de nombreux fidèles et curieux. Où et quand : Centre historique de Quito. Le départ se fait de la Plaza San Francisco à partir de midi.

Procesión Jesús del Gran Poder (Sur)

Même type de défilé qu’au centre historique mais dans le sud de la ville. Où et quand : Iglesia de la Virgen del Quinche (Barrio La Unión) à partir de midi.

Procesión del Silencio

Une procession qui se fait au simple son des femmes récitant des prières à la lueur des bougies. Où et quand : Centre historique de Quito à partir de 18h.

aricle-Semana-Santa-tout-equateur (3 of 11)

  • Samedi 26 mars 2016

Bendición del Fuego en Alangasí

Une fête symbolisant la résurrection avec un grand feu qui représente les enfers. Où et quand : Parque Central Alangasí, Alangasí, Quito à partir de 18h.

  • Dimanche 27 mars 2016

Misa Pontifical de la resurrección de Cristo

Grande messe de la résurrection qui termine les festivités religieuses de la Semaine Sainte. Où et quand : Catedral Metropolitana de Quito, rues Venezuela y Espejo, Quito à partir de 18h.

aricle-Semana-Santa-tout-equateur (9 of 11)

0 1909

Baños, 1er jour

Je quitte l’Hostal Central vers 10h ce matin, non sans regret. Même si l’endroit n’est pas un quatre étoile, j’aurai vraiment apprécié les deux jours passés ici et la gentillesse de Viola, sa gérante, et de Rocio, son intendante. J’ai dû faire bonne impression à Viola car elle m’offre avant de partir un petit cadeau (châle traditionnel en laine d’alpaga)… Embrassades puis me voilà reparti à vadrouiller avec mes deux sacs, le petit devant, le gros derrière. L’adrénaline se remet à couler dans mes veines. Sentiment grisant de repartir vers un nouvel horizon sans trop savoir ce qui m’y attend… L’impression de vraiment voyager, en laissant une part de choix à l’Inconnu…

Je monte rapidement dans un bus qui me conduit en une petite heure à Ambato, situé, comme Latacunga, sur la Panamericana (l’axe routier parcourant les deux continents américains du Nord au Sud). Mais Ambato n’est qu’une escale : je remonte sans tarder dans un bus pour Puyo en direction de l’est.

12h30. Me voilà fraîchement débarqué à Baños, petit ville balnéaire très connue dans le pays. La taille de cette bourgade tranquille, nichée au fond d’une large et profonde vallée, me plaît d’emblée. On respire ici un air plus pur qu’à Quito ou Latacunga. Les rues sont moins congestionnées par les voitures et les bus. Les gens ont l’air plus accueillants aussi, leurs regards moins inquisiteurs. La présence du Tungurahua, volcan culminant à plus de 5000 m d’altitude, n’est pas étrangère à l’aura que dégage cette petite cité. On n’a beau ne pas le voir, on sent sa présence… Le cratère est à moins de 10 kilomètres à vol d’oiseau !

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (20 of 23)Ambiance des petites rues colorées de la ville…

Dès ma sortie du bus, je me mets en quête de trouver l’hostal que j’ai pré-sélectionné grâce à mon guide. J’ai jeté mon dévolu sur Llanovientos, un hostal offrant une vue royale sur la ville. Baños regorge d’hostals. Il y en a, sans exagérer, au moins un à chaque coin de rue. C’est assez ahurissant ! Gandi, le propriétaire de Llanovientos, estime qu’il y en a 200, et je pense qu’il ne doit pas être très loin du compte ! Pour une ville de 20 000 habitants, ça donne quoi ? Eh bien, un hostal pour 100 habitants. Ahurissant, c’est bien ce que je disais !

Il faut dire que Baños est fréquentée aussi bien par les touristes que par les locaux qui affluent des quatre coins de l’Équateur pour venir se détendre dans ses bains ou profiter de toutes les activités qui y sont accessibles : randonnées à pied, à cheval ou à vélo, escalade, canyoning, saut à l’élastique, canopy (ou comment traverser le vide accroché à un câble allongé sur le ventre…), etc. J’ai d’ailleurs souvent entendu Baños être qualifié de « ville des sports extrêmes ».

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (22 of 23)Hostal Llanovientos, dans la partie haute de la ville

J’arrive donc à cet hostal où je suis reçu par Gandi et Marie, son employée. Je négocie une chambre au premier étage avec vue sur la ville pour 10$ (au lieu de 12). Le panorama depuis la fenêtre est superbe ! Je peux même voir la cascade qui abreuve les bains de la Vierge où j’ai hâte de me rendre…

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (23 of 23)Vue depuis ma chambre au premier étage de l’hostal Llanovientos

C’est débarrassé de mon fardeau que je redescends dans le centre-ville pour manger un bout et me familiariser avec l’endroit. J’essaie de trouver une agence pour partir faire un tour en Amazonie depuis Baños mais le seul qui soit vraiment intéressant (forêt primaire) semble se trouver à l’Est de Quito et il faudrait donc remonter vers la capitale pour s’y rendre… Ce n’est pas logique dans mon parcours, ma direction étant le Sud. Tant pis, je tenterai l’Amazonie depuis le Pérou ou la Bolivie.

En fin d’après-midi, sur le coup des 16h30, je me mets en quête de monter au point de vue surplombant la ville à l’Est et portant le nom plutôt évocateur de Bellavista. Après avoir tâtonné un peu, je tombe enfin sur le sentier qui permet d’y accéder. Ma motivation à atteindre le point de vue enfle à mesure que les nuages se dissipent. Et si je réussissais à voir le Tungurahua depuis ce belvédère ? Une petite demi-heure plus tard, j’atteins le point de vue. Le panorama sur la ville est superbe mais c’est surtout ce qui se passe au-dessus qui attire mon attention. Le volcan ! Quelques filets de nuage le masquent un peu mais il est bien là !

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (1 of 23)Le Tungurahua se dégage en fin d’après-midi…

L’occasion est trop belle. Je continue l’ascension, sachant qu’il existe une route pour monter jusqu’à un autre belvédère situé au niveau de la Casa del Árbol (2630 m d’altitude), dont le nom m’intrigue. Je grimpe à bon rythme, poussé par l’envie de voir le volcan d’aussi près que je le pourrai. L’heure tourne et le soleil décline rapidement. J’ai la chance de pouvoir admirer, au détour d’un virage, une superbe vue sur le volcan. Je parcours une paire de kilomètres sur la route asphaltée.

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (2 of 23)Le Tungurahua… sublime !

A 18h, je ne suis plus qu’à 2 km de la Casa del Árbol. Une voiture monte à bonne allure. Je lui faire signe de s’arrêter. Autant terminer en stop si je veux avoir une chance de voir le volcan depuis le belvédère car il fera bientôt nuit. Le conducteur et sa passagère, tous deux de Guayaquil (la plus grande ville du pays), sont en vacances à Baños et ont ce soir le même objectif que moi : voir le volcan. C’est chose faite lorsque nous débarquons à la Casa del Árbol. Même si le soleil est déjà passé sous l’horizon, la vue sur le Tungurahua complètement dégagé vaut le détour. La petite maison perchée dans l’arbre a son charme aussi… Je fais un tour de balançoire au-dessus du vide face au monstre.

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (3 of 23)Casa del Árbol, au pied du Tungurahua

Il fait presque nuit lorsque nous retournons à la voiture. J’avais prévu de redescendre à la frontale mais la voiture offre une option qu’il est difficile de refuser. Nous faisons un petit détour par Bellavista pour admirer la ville dans sa parure de nuit. Superbe ! Je sens vraiment que je vais me plaire à Baños !

Fin d’une journée bien remplie.

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (4 of 23)Ville illuminée, vue depuis le mirador de Bellavista

Baños, 2ème jour

Quelle journée que celle que je viens de vivre ! Probablement la plus riche en émotions et découvertes depuis le début de l’aventure…

Réveil vers 6h30. Baños est déjà en ébullition : les coqs s’égosillent, les chiens aboient pour une raison qu’ils sont seuls à connaître, une alarme de voiture vocifère… Les voitures émettent des sons un peu bizarres dans ce pays, on se croirait parfois dans un jeu vidéo… C’est un peu agaçant après une demi-heure sans interruption mais ça fait partie du paysage sonore du lieu alors j’essaie de savourer l’ambiance…

7h30, je descends au centre-ville, situé à deux pas, pour prendre un bon petit déjeuner avant d’attaquer la journée. Après avoir tourné un peu, je jette mon dévolu sur un petit resto faisant face à la place centrale, joliment entretenue. Pain, beurre, confiture, œufs brouillés, le tout arrosé d’un bon café et d’un jus de maracudja. Le petit-déjeuner lambda ici en fait.

Sur le coup de 8h, je file chez Sixto pour récupérer le vélo que je lui ai réservé la veille. 8$ pour avoir à disposition un vélo de compét’ jusqu’à 21h ce soir. Nickel ! Me voilà parti pour la Ruta de las Cascadas, un incontournable à Baños. Le principe est simple : il suffit de se laisser porter par la route en direction de Puyo et de s’arrêter en chemin pour admirer les chutes d’eau dont regorge la vallée.

Il se met à pleuvoir. J’enfile ma veste de pluie et protège mon sac à dos d’un sur-sac. Me voilà paré pour le mauvais temps qui a l’air de s’installer… Je parcoure un peu les rues de la ville – j’avais presque oublié à quel point il est agréable de se déplacer à vélo – puis attaque la descente. J’aperçois très vite le visage familier d’un homme perché lui aussi sur un vélo. Mais oui, c’est bien Robert, l’Allemand sympa que j’avais rencontré à Insinliví, à l’hostal Llullu Llama ! Se femme, Micaela, le suit de près. J’étais parti pour faire cette route seul mais le sort en décide autrement ! Je me joins à eux.

La descente est particulièrement grisante. Ça circule pas mal mais les gens ont l’air de faire plutôt attention. Ils doivent avoir l’habitude (ce parcours en vélo est très fréquenté) et, si ce n’est pas le cas, des panneaux se chargent de leur rappeler qu’il faut partager la voie avec les cyclistes.

Premier arrêt à la Cascada de Agoyán. Nous attachons nos vélos à un garde-corps puis grimpons dans un téléphérique (1,50$ AR) qui nous conduit de l’autre côté de la vallée en passant juste au-dessus de la cascade. Il y a en fait deux chutes d’eau (l’une formée par la rivière Pastaza et l’autre par une rivière affluente à celle-ci). Joli spectacle. Retour sur la rive gauche par le téléphérique. Nous reprenons les vélos et poursuivons.

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (5 of 23)Téléphérique au-dessus de la Cascada de Agoyán

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (6 of 23)Cascada de Agoyán

Nouvel arrêt un peu plus bas au niveau d’un stand de canopy. La gérante nous appâte : « Celui-ci fait 1000 m de longueur, c’est le plus long du pays ! ». Je demande le tarif par curiosité, m’attendant à quelque chose comme 20-30$. C’est 10$ seulement. J’essaie de convaincre Robert d’y aller aussi mais ça ne le tente pas, il a le vertige. Je me lance, Robert et Micaela acceptant sans problème de garder mes affaires le temps de passer (il n’y a pas foule, je suis le seul). La femme m’harnache puis me lâche le long du câble en me spécifiant bien qu’il faut que je garde en permanence les mais ouvertes face au vent pour freiner la chute. Belles sensations ! Petit frisson cependant à l’idée qu’une défaillance du système signerait sans nul doute ma fin… Un homme me réceptionne en bas, me détache puis me remonte avec son 4×4 au point de départ.

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (7 of 23)Je me lance ! (canopy)

C’est reparti pour la descente à vélo. La vallée, truffée de petites cascades, est vraiment magnifique.

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (8 of 23)La superbe vallée du Pastaza

Le temps, peu engageant se matin, vire discrètement mais sûrement au beau. Nous atteignons peu de temps après la cascade Manto de la Novia. Il faut pour s’y rendre prendre un téléphérique puis un grand pont suspendu. Jolie cascade là encore.

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (9 of 23)Cascada Manto de la Virgen et son pont suspendu

Cette fois-ci, pas de retour par le même câble. On peut en effet faire une boucle en empruntant un autre téléphérique situé plus en aval. Petite marche sympathique dans la forêt tropicale qui me replonge dans les sous-bois de Basse-Terre, la belle sauvage guadeloupéenne… Le chemin est parfois très boueux. Je cueille quelques goyaves en chemin. Quel délice de manger ce fruit goûtu directement sur site ! Nous atteignons le second téléphérique en une petite heure. Robert fait sonner la cloche pour avertir l’opérateur qui se trouve sur l’autre berge. Nous traversons de nouveau la rivière puis remontons à pied le long de la route pour récupérer nos vélos.

Il est 14h passés lorsque nous arrivons à la cascade la plus célèbre des environs : El Pailón del Diablo. Et quelle cascade ! J’avoue que je ne m’attendais pas du tout à une cascade aussi impressionnante… Sa réputation est largement justifiée : je suis face à une véritable merveille. Jamais je n’ai vu une chute d’eau aussi puissante ! Et ce qui est génial, c’est qu’on peut s’en approcher à mi-hauteur. De près, de très près. De quoi se faire rincer en beauté si on a un peu chaud… Parfait pour apprécier la puissance de cette force de la nature. L’impression d’avoir un avant-goût en miniature des Chutes d’Iguaçu, où j’essaierai de me rendre à la fin de mon périple en Amérique du Sud si j’en ai le temps.

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (10 of 23)L’incroyable cascade El Pailón del Diablo

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (11 of 23)El Pailón del Diablo : une force de la Nature !

Je reste de longues minutes à admirer cette beauté et à prendre des photos. L’accès rive gauche est situé plus près du pied de la chute. J’ai très envie de m’y rendre. Pour cela, il me faut remonter jusqu’à la route puis descendre le long d’un sentier forestier pendant un bon quart d’heure pour atteindre l’entrée (1,50$ comme pour l’autre rive). Robert et Micaela ont préféré se poser dans un resto pour boire une bière (de fervents adeptes de la bière, comme tout allemand qui se respecte !) et manger un bout. Je me faufile dans une sorte de galerie pour atteindre le point le plus haut qui soit accessible en rive gauche. Il me faut presque ramper pour atteindre une petite plate-forme au niveau de laquelle on est au plus près de la chute. Je peux même me faufiler derrière la belle (impossible d’y prendre une photo malheureusement, ça mouille beaucoup trop !).

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (12 of 23)Au plus près de la cascade…

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (13 of 23)On ne reste pas sec bien longtemps…

Je prends quelques photos de gens qui, comme moi, se font éclaboussés en beauté. J’essaie de faire au plus vite car mon reflex est vite recouvert de gouttelettes et je ne veux, qui plus est, pas trop faire attendre Robert et Micaela. Il me faut 20 petites minutes d’efforts intenses pour remonter sur la route. Je retrouve mes deux compagnons d’un jour confortablement installé à la table d’un petit resto bien sympa tenu par Alexandro, un polyglotte assez marrant. J’ai une faim de loup (il est 16h et je n’ai rien avalé depuis le petit déj’). Je commande un almuerzo, qui finit vite dans mon ventre affamé. 16h30, on se remet en route pour aller jusqu’au bout de cette petite aventure.

Nous atteignons notre point le plus bas en fin d’après-midi : Machay. Un petit sentier nous conduit en une vingtaine de minute à une petite chute d’eau souffrant de la comparaison face aux beautés que nous venons de découvrir. J’ai le bonheur d’admirer en chemin deux superbes papillons aux couleurs exotiques qui ont bien l’air de se tourner autour…

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (14 of 23)Ces deux là se tournent autour…

17h45. Il est temps à présent de se positionner au bord de la route pour solliciter un retour express vers Baños. Nous sommes chanceux. Le premier pick-up auquel je fais signe s’arrête et son coffre est vide. Je demande à son chauffeur combien il prendrait pour nous remonter jusqu’à Baños. « Nada », me répond-il ! Il semble qu’on ait vraiment tiré le bon numéro. Nous chargeons les vélos à l’arrière du véhicule et, hop, en voiture Simone. Un bon quart d’heure plus tard, nous voilà de retour dans la petite cité balnéaire. On se rend compte, en remontant la vallée, du long chemin parcouru. On a bien pédalé tout de même… (enfin « pédaler » est un bien grand mot quand la plupart du temps il suffisait de se laisser tirer vers le bas par la gravité…). Nous offrons au chauffeur 1$ chacun pour le remercier de son geste, puis rapportons les vélos chez Sixto (comble de coïncidence, nous avions loué nos vélos au même endroit !). Bien décidés à clore cette journée en beauté, on se donne rendez-vous à 19h sur la place pour aller boire un verre et manger un bout.

Je remonte me doucher vite fait à l’hostal puis retrouve Robert et Micaela au Cafe Hood plutôt fréquenté par des étrangers. Belle ambiance musicale. Nous y restons une bonne heure et demi à discuter dans la langue de Shakespeare. Ah l’Anglais, langue fédératrice par excellence ! Je ne parle pas plus Allemand que Robert et Micaela ne parlent le Français, et pourtant nous parvenons à avoir une discussion digne de ce nom…

21h approche. Il est temps de remonter à l’hostal pour un repos bien mérité mais aussi en prévision d’un réveil très matinal. Nous avons en effet prévu de nous retrouver aux bains de la Vierge (Baños de la Virgen) à 6h demain matin pour expérimenter les fameux thermes de Baños…

Baños, 3ème jour

5h. Il fait encore nuit noire. Je rejoins les bains de la Vierge, situé en marge de la ville, à 5h45 et retrouve, comme prévu, Robert et Micaela. Je m’étonne de voir déjà autant de monde à une heure si matinale. Il y a trois bassins à l’air libre au premier étage : une piscine d’eau froide, un grand bassin d’eau chaude, et un bain plus petit rempli d’une eau vraiment très chaude (40-45°). Les deux bassins d’eau chaude sont bondés. Le cadre est magnifique : une chute d’eau s’écoule de la montagne à deux pas et la ville est encore revêtue de sa parure de nuit…

J’abandonne rapidement le bassin d’eau « tiède » pour passer au bain « bouillant » puis, n’en pouvant plus de cette chaleur, passe m’immerger intégralement dans la piscine d’eau froide, où seuls quelques téméraires osent s’aventurer (la plupart préférant passer rapidement sous les douches froides plutôt que de s’immerger totalement). L’effet est immédiat : vitalité et bien-être ! Je reste quelques minutes dans l’eau froide puis retourne à l’eau « bouillante ». S’ensuivent 4 ou 5 cycles à répéter le processus. Au bout d’une petite heure, nous sortons des bains. Il est bientôt 7h. Je dis au revoir à Robert et Micaela qui prennent aujourd’hui la direction de Cuenca, puis passe prendre un petit-déjeuner en ville avant de remonter dans ma chambre.

Le reste de la journée sera calme et studieux : je passe de nombreuses heures à travailler sur mon blog, à développer des photos et écrire le premier article. Demain, au plus tard, il doit être lancé !

Je rencontre en fin d’après-midi Adrien, Anne et leurs trois enfants (3, 5 et 7 ans). On accroche rapidement. Ils font un tour du monde eux aussi, sont partis à peu près en même temps que moi, et ont un itinéraire se rapprochant beaucoup du mien. Adrien tient, comme moi, un blog (croquelemonde.com). Nous avons donc naturellement beaucoup de choses à nous raconter ! Nous mangeons tous les six au resto ce soir et passons un agréable moment. Fin d’une journée pépère…

Baños, 4ème jour

Ce matin est à nouveau studieux : je me lève tôt pour me remettre sur le blog. Je lance officiellement le bébé vers 14h. « Le blog de Nico : 365 jours Autour du Monde », c’est parti ! Voilà une très bonne chose de faite. Je peux à présent quitter mon écran d’ordinateur pour sortir et continuer à découvrir ce bel endroit, je suis là pour ça tout de même…

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (16 of 23)Eux aussi regardent avant de traverser…

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (21 of 23)L’ère de l’enfouissement des lignes n’est pas encore là !

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (19 of 23)Les maisons ne sont pas toujours crépies…

Je me balade dans la ville. Le nombre d’hostals ne cesse de m’étonner. Je passe devant des stands proposant les sucreries (soit-disant) typiques de Baños. Ils sont une quinzaine, côte à côte le long de la route principale, tous tenus par des femmes et proposant exactement les mêmes produits. La compétition est discrète mais féroce. J’en choisi un, car il le faut bien, et achète de la pâte de fruit (goyave) et du nougat. Il est tenu par une vieille dame, au poste depuis plus de 30 ans me dit-elle. De simple observateur à client, il est à présent plus facile de la solliciter pour une petite photo…

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (15 of 23)Une vendeuse de produits locaux

Je pars ensuite en vadrouille de l’autre côté du Pastaza, qui a ici creusé un profond sillon dans la vallée.

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (17 of 23)La ville est construite en surplomb du Pastaza

J’ai le loisir d’y admirer de jolies vues sur la ville et ses cascades…

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (18 of 23)La ville et ses cascades en surplomb du Pastaza

18h. Je retourne aux bains de la Vierge pour profiter une dernière fois de ses bienfaits. Pendant une heure, je renouvelle le processus : une série d’immersions totales dans l’eau « bouillante » puis dans l’eau « glacée ». Je m’offre ensuite un resto un peu plus chic que d’habitude pour fêter le lancement de mon blog : un resto provençal, bon mais sans plus…

Demain matin, je dirais au revoir à Baños, une ville vraiment à part où je me serai senti vraiment bien…

Pour suivre les aventures de Nico en Equateur et tout autour du monde… Rendez-vous ici !

0 1463

Quito, jour 1

Magnifique journée à ce balader dans les rues à l’occasion du Carnaval. Nous avons visité également le Museo de la Ciudad (ancien hôpital San Juan de Dios fondée en 1565) et le Museo de El Carmen Alto (ancien monastère fondée en 1653).

blog-Quito-JPF-tout-equateur (3 of 17)

 

blog-Quito-JPF-tout-equateur (2 of 17)Nous y allons un peu à la fois pour s’habituer à l’altitude, nous sommes à 2850 mètres.

blog-Quito-JPF-tout-equateur (4 of 17)

Nous nous en ressentons un peu, on nous a dit de manger des caramels loll

Quito, jour 2

Quelle belle journée encore à Quito. Nous avons été voir le changement de garde au Palacio Présidentiel qui se fait à chaque lundi à 11:00 am.

blog-Quito-JPF-tout-equateur (6 of 17)

 

blog-Quito-JPF-tout-equateur (7 of 17)

À ne pas manquer de toute beauté après la visite du Palacio Présidentiel , la Catedral, église de el Sagracio et le Palacio Municipal, tous situés autour de la Plaza de la Independencia. Un peu plus loin nous avons visité la Basilica del Volo Nacional de style néo-gothic et l’église Santa Barbara.

blog-Quito-JPF-tout-equateur (5 of 17)

blog-Quito-JPF-tout-equateur (8 of 17)

Petit repos en fin d’après-midi bien mérité après cette tournée. Pour le souper nous avons été chez hasta la vuelta señor un Resto que Anna et Marco nous avais conseillé de l’équipe de tout équateur et c’était excellent. Pour les gens qu’ils veulent voyager librement en équateur, je leur conseille cette équipe qui peuvent vous guider dans votre aventure avec une très grande gentillesse.

Quito, jour 3-4

9 février 2016

Nous avons pris un taxi pour se rendre au coin de la 18 de septembre y America pour prendre l’autobus qui va directement à San Antonio donc le Mitad del Mundo ce trouve. Quand nous sommes arrivés au coin de ces rues, l’autobus partait, le taxi a pris de la vitesse, a coupé l’autobus pour qu’elle puisse nous embarquer à ne pas attendre l’autre. C’était gentil de la part du chauffeur de taxi loll. Et pour le retour simplement prendre un autobus pour Quito qui va à votre point. Environ 45 minutes de trajets. La Mitad del Mundo est le site marquant la ligne imaginaire équinoxiale et elle est très touristique mérite le détour pour le côté symbolique (pour prendre en photo avec un pied dans l’hémisphère sud et un pied dans l’hémisphère nord ou sur ligne 0 ). D’après des dires, le point 0 serait à 200 mètres du Mitad del Mundo.

blog-Quito-JPF-tout-equateur (10 of 17)

10 février 2016

Nous avons marché jusqu’à la station el Tejar pour prendre l’autobus direction teleférico pour pouvoir permettre de monter à une altitude de 4100 mètres pour nous permettre une vue magnifique sur Quito.

blog-Quito-JPF-tout-equateur (11 of 17)

Quand le ciel est clair, on peut voir le Volcan Cotopaxi, malheureusement nous avons pas eu la chance de le voir c’était nuageux.

blog-Quito-JPF-tout-equateur (12 of 17)

blog-Quito-JPF-tout-equateur (13 of 17)

Après le téléphérique, nous avons pris un petit autobus touriste jusqu’au jardin botanique pour 1$ par personne, tout un aubaine. Il était déjà 1:30 pm, on commençait avoir un petit creux et bien imaginez-vous que nous avons aperçu un »M » ah mon dieu le premier depuis que nous sommes arrivés en équateur. Au retour nous avons pris le troley (autobus électrique) pour 25 cents par personne et beaucoup de monde.

Quito, jour 5

11 février

Aujourd’hui à été une journée relax à ce balader dans le centro historique, nous avons visité des églises et la casa de sucre (pas ce que vous pensez, c’était la maison de Jose Antonio de Sucre qui était un leader indépendantiste sud-américain, 2e President de la Bolivie). Malheureusement, vous ne pourrez voir les détails de l’intérieur, nous n’avions pas le droit de photographier sur certaine.

blog-Quito-JPF-tout-equateur (14 of 17)

blog-Quito-JPF-tout-equateur (15 of 17)

Demain matin nous partons pour Otavalo (2 heures d’autobus de Quito) pour une nuit pour être au marché du samedi. Nous revenons à Quito dans l’après-midi pour ce préparer à faire notre circuit à Quilotoa lake le dimanche, après la journée nous allons coucher à Latacunga pour poursuivre notre escapade vers Baños.

Pour la suite de nos aventures c’est ici !

blog-Quito-JPF-tout-equateur (17 of 17)