Découvrez, Vivez, Partagez!

Monthly Archives: février 2018

3 1987

Les Galapagos, c’est forcément en croisière ? Bien sûr que non ! Vous pouvez aussi explorer les îles enchantées en séjour d’île en île à votre rythme pour profiter de ses trésors naturels selon vos envies du moment. Allez, je vous partage quelques informations et conseils pratiques pour vous aider à organiser votre aventure de rêve !

Petite introduction toujours utile, vous avez 5 îles habitées aux Galapagos. San Cristobal est la capitale administrative, Santa Cruz est la capitale économique, Baltra accueille uniquement l’aéroport de cette dernière, Isabela est la plus grande île de l’archipel et Floreana la plus sauvage.  Vous avez donc 4 options de séjour, chacune offrant des trésor magiques et méritant à mes yeux quelques jours de votre voyage. Vous l’aurez compris, il faut du temps pour découvrir les îles enchantées en séjour d’île en île. Personnellement, je conseille au minimum 10 jours sur place.  Si vous avez 2 ou 3 semaines à consacrer à l’archipel, encore mieux.

Galapagos Naud 44

Plus de 95% de la surface est protégé par le Parc National des Galapagos. les visites sont très encadrées pour préserver la nature. Contrairement aux idées reçues, vous ne pouvez donc pas faire ce que vous voulez. Pour accéder à de nombreux sites, généralement éloignées de la ville principale, il faut être accompagné d’un guide. Comme pour les croisières, les groupes sont limités à 16 personnes. Ne vous inquiétez, chaque île offre quand même des spots accessibles librement, dont je vous parle dans la suite de cette chronique. Et l’équipe vous montrera tout ça sur des cartes pendant le briefing Chez Léon à Quito.

Allez, je vous sens impatient, passons aux choses sérieuses :

  • Transport :

Pour arriver et repartir des Galapagos, l’unique solution est l’avion via Quito ou Guayaquil sur le continent et Baltra (aéroport de Santa Cruz) ou San Cristobal sur l’archipel. Bon, ce n’est pas totalement vrai, quelques voiliers particuliers arrivent parfois de la côte Pacifique mais c’est trop exceptionnel pour être mentionné.  Il faut compter environ 400 à 500 $US par personne, quel que soit la compagnie (Tame, Lan, Latam, Avianca). Attention, un tarif réduit est réservé aux Équatoriens. Si vous vous trompez, la différence vous sera demandée à l’aéroport. Si vous optez pour un billet multi-destinations incluant l’aller-retour aux Galapagos, ça peut être plus intéressant.

Comme pour la croisière, les taxes diverses d’entrée sont de 120 $US à ce jour, à payer uniquement en espèces entre votre aéroport de départ et votre aéroport d’arrivée. Oui, vous avez fait le calcul, il faut compter 500-650 US$ pour poser le pied sur l’archipel. C’est aussi pourquoi je vous recommande d’y séjourner le plus longtemps possible !

Sieste au paradis - Marc - Décembre 2017

Sur place, entre San Cristobal, Isabela, Floreana et Santa Cruz, vous pouvez voyager en bateau ou « lancha » en espagnol. Vous serez toujours obligé de passer par Santa Cruz, située au centre de l’archipel.  Pensez à réserver la veille ou même avant si vous avez déjà vos dates et à vous installer à l’arrière. Les hôtels peuvent d’ailleurs généralement vous aider. Sinon, vous pouvez contacter Transgal – Nautidiving (053016735, info@nautidiving.com). Ci-dessous, pour information, les horaires indicatifs :

  • Santa Cruz -> Isabela : 07h30 et 14h30
  • Isabela -> Santa Cruz : 06h00 et 15h00
  • Santa Cruz -> San Cristobal : 07h00 et 14h00
  • San Cristobal -> Santa Cruz : 07h00 et 15h00
  • Santa Cruz -> Floreana : 08h00
  • Floreana -> Santa Cruz : 15h00

La durée des traversées est d’environ 2 à 3 heures et le prix est de 30 $US.

Entre Santa Cruz, San Cristobal et Isabela, si vous n’avez pas le pied marin (ça peut parfois secouer selon les conditions climatiques !), vous avez aussi une avionnette gérée par Emetebe.

Ah oui, autant pour les vols inter-îles que les vols avec le continent, pensez à vérifier les restrictions pour les bagages ! Vous ne pouvez pas emporter ce que vous voulez sur les îles. Les aliments et les graines sont notamment interdits. Par ailleurs, les bagages sont généralement limités à 20 kg.

Sur chacune des îles, ça sera généralement à pied ou à vélo que vous vous baladerez, les distances étant courtes. Vous pouvez aussi parfois utiliser les services de taxi pour quelques distances plus longues. Pensez à demander aux locaux les tarifs et même leurs contacts (surtout en saison haute), ça sera plus économique. Il existe aussi des bus publics pour rejoindre les aéroports. Par exemple sur Santa Cruz, entre le canal d’Itabaca et Puerto Ayora, ça vous coûtera 2 $US en bus ou 20-30 $US en taxi (+ 1 $US pour la traversée du canal).

  • Hébergement :

Les Galapagos, c’est trop cher, c’est un refrain que vous entendrez sûrement en boucle (très souvent par des voyageurs qui n’y ont même pas été !). Pourtant, 30 $US pour une chambre double au cœur d’un paradis naturel situé à 1000 km des côtes, ça vous semble exagéré ? À moi, non ! Bien sûr, il y a des hébergements de luxe qui atteignent jusqu’à 500 $US la nuit mais vous avez beaucoup d’autres options bien plus économiques. En effet, il y en a pour tous les goûts, tous les budgets et toutes les envies sur les îles principales et même sur Floreana.

D’ailleurs, ne vous fiez pas à Booking ou aux sites de réservations, peu d’hôtels y sont référencés. Privilégiez plutôt la liste de mes partenaires pour trouver votre bonheur ! Pour le même prix qu’un Formule 1 à Paris, je crois que vous trouverez beaucoup mieux. En saison basse, vous n’avez même pas besoin de réserver à l’avance, vous trouverez facilement directement sur place. Et ça sera plus simple pour négocier si jamais les prix vus sur Internet vous effrayent.

GOPR4668

En juillet, août et pendant les fêtes de fin d’année, je vous conseille de réserver au moins la première nuit à l’avance. Pour les autres nuits ? C’est à vous de voir si vous voulez jouer ou non !

Petite astuce maline, certains hôtels proposent des cuisines libres, c’est pratique pour éviter de manger à chaque repas au restaurant. C’est l’occasion d’ailleurs de préparer d’excellents poissons achetés à la criée. D’autres mettent des vélos ou des masques à votre disposition, ça permet aussi de faire des petites économies toujours bienvenues.

  • Restauration :

Je dois avouer, ça sera plus cher que sur le continent d’environ 25% à 50%. Cependant, par rapport à un jambon-beurre sur les Champs Élysées ou une crêpe à Saint Malo, ça reste raisonnable. Pour un repas, ça sera à partir de 5 $US.  Vous trouverez des plats typiques comme le ceviche pour environ 15 $US. Si vous avez des coups de cœur, partagez-les nous pour en faire profiter tous les voyageurs du Réseau Solidaire !

Allez, déjà quelques idées que certains d’entre vous m’ont envoyé : Langostina, Cangrejo Loco, El Descanso Marinero et Nativo (San Cristobal), El Rincon de la Madrina, El Toque, Le Cesar et Iguana Point (Isabela) et El Capi et Galapagos Deli (Santa Cruz). Ce dernier est le coup de cœur de Paul avec ses pains et pizzas maison.

Pacifique

Les boissons sont aussi un peu plus chères. Cependant, déguster une limonada bien fraîche face à une plage paradisiaque pour 3 $US, ça ne me dérange pas personnellement. Et vous ? Si vous préférez, vous trouverez aussi des bières et cocktails pour des prix totalement abordables au vu de la situation. Certains font d’ailleurs des happy hour en fin d’après-midi.

  • Activités :

Aïe aïe aïe, je crois que nous arrivons au sujet qui fâche ! Oui, sur chaque île, si vous voulez vraiment découvrir toute la richesse naturelle des Galapagos, vous devrez recourir à des excursions. Mais bon, je vais commencer par les bonnes nouvelles, vous avez aussi plein de sites gratuits et libres d’accès sur chaque île, dont voici une liste non-exhaustive :

  • Santa Cruz : Tortuga Bay, Playa Los Alemanes, Centre Charles Darwin, Finca El Chato 2 (ok, c’est 2-3 USD), Volcans Los Gemelos, Las Grietas (via un bateau-taxi), El Garrapatero, etc.
  • San Cristobal : Cerro Tijeretas, Playa Mann, Centre d’interprétation, La Loberia, El Junco, Puerto Chino, Centre de reproduction « Jacinto Gordillo », Punta Carola, Galapaguera de Cerro Colorado, etc.
  • Isabela : Los Humedales, Muro de las Lagrimas, Playa Grande, Centre de reproduction « Arnaldo Tupiza », Concha y Perla, etc.
  • Floreana : Playa Negra, Cerro Allieri, Asilo de la Paz, Post Office Bay, etc.

L’équipe pourra vous partager quelques petits secrets en briefing pour profiter de tous ces trésors !

GOPR4584

Je crois que je ne peux plus m’échapper, il faut parler des tours. C’est un passage obligatoire pour compléter votre découverte des Galapagos. À bord d’une petite lancha de maximum 16 personnes, toujours accompagné d’un guide et souvent équipé de votre matériel de snorkeling, vous partirez découvrir des sites privilégiés. Le prix ? Il faut compter environ 80-120 $US pour une demi-journée et 200-250 $US pour une journée, voir plus si vous voulez faire de la plongée avec bouteille. N’hésitez pas à contacter les partenaires du Réseau Solidaire pour des réductions et avantages. Sur place, c’est souvent possible de négocier surtout si vous en prenez plusieurs et voyagez en saison basse.

Les excursions sont toutes top ! Ne me demandez pas de choisir pour vous, je ne pourrai pas et je ne veux surtout pas faire de jaloux entre toutes les îles. Sincèrement, ça dépend vraiment de vos envies. Et toujours bien sûr un peu de la chance concernant les conditions climatiques et les espèces présentes. En tout cas, vous avez le choix entre les options principales suivantes :

  • Santa Cruz : Bealge, Cousins ou Gordon Rocks en snorkeling ou en bouteille, Île Floreana, Île Mosquera, Île Santa Fe, Île South Plaza, Île North Seymour, Île Daphne et bien sûr Île Bartolomé, la plus connue de toute !
  • San Cristobal : Kicker’s Rock (Leon Dormido en espagnol) en snorkeling ou en bouteille, tour à 360° de San Cristobal et Île Española, célèbre pour accueillir des albatros une partie de l’année.
  • Isabela : Volcan Sierra Negra, Las Tintoreras et Los Tuneles.
  • Floreana : l’activité touristique est trop faible sur l’île, il n’y a pas d’agence à ma connaissance ! Et oui, sur place, vous serez vraiment en immersion dans l’univers des Galapagos, une expérience vraiment atypique et tellement magique.

J’en ai oublié ? N’hésitez pas à me le dire, je n’ai pas la chance de voyager aux Galapagos tous les 4 matins !

Isabela iguane Galapagos - Valerie Florval

Je crois que j’ai été assez exhaustif, non ? Ca vous a déjà bien aidé à éclaircir votre voyage aux Galapagos ? Si vous avez encore des questions, vous avez bien sûr le Forum et aussi le briefing avec l’équipe à Quito. Et n’oubliez pas de lire ma chronique sur la croisière avant de faire votre choix.

Allez, j’attends maintenant votre discussion. Et oui, à votre tour de travailler aussi !

À très bientôt,

Léon de Quito

Un road-trip dans les Andes ? Un séjour en Amazonie ? Une croisière aux Galapagos ? Je vous aide avec plaisir à profiter des trésors de l’Équateur aux meilleures conditions grâce aux partenaires du Réseau Solidaire ! Dès maintenant, vous pouvez aussi me poser toutes vos questions sur le Forum en commençant une nouvelle discussion. Allez, je vous attends !!!

  • 11 janvier 2018 – Quito :

Nous voici en Equateur après un très bon voyage de 20 heures, escales comprises. Un taxi nous attend à l’aéroport, le luxe, cette année !!! En effet, Paulina, chez qui nous séjournerons 3 jours nous avait proposé de nous envoyer un taxi. L’arrivée chez elle est très sportive, on ne peut y accéder que par un escalier de 70 marches. Belle entrée en matière !

Oui, Quito est perchée à 2820 mètres d’altitude et ses constructions sont à flanc des nombreux pics qui l’entourent.

Quito - Françoise Pineau

Quito est classée au patrimoine de l’UNESCO, sa vieille ville est magnifique et les bâtiments coloniaux sont intacts.

Cette année, à force de fouiller sur Internet, Françoise a trouvé un site « Tout Equateur » qui est en fait un groupe de 3 « jeunes » garçons qui proposent gratuitement de donner des informations sur leur pays d’adoption, ils sont Français. Du coup nous avons pris contact avec eux et dès le lendemain de notre arrivée nous avons rencontré Valentin. Nous avons passé deux bonnes heures avec lui et sommes repartis avec un maximum d’informations.

Sitôt après l’avoir quitté, nous étions déjà dans le petit restaurant qu’il nous avait suggéré. Nous avons pris un almurezo, c’est-à-dire un menu complet (comme nos formules complètes) sauf que c’est un peu moins cher… Exemple :

  • Une bonne soupe
  • Salade de crudités
  • Sauté de porc au riz

Un petit gâteau et un excellent jus de fraise et tout ça pour 3 dollars (soit 2,50 euros).

Nous avons visité le palais présidentiel qui surplombe la Plaza Grande. Oh, on est loin du palais de l’Elysée, mais enfin les beaux lustres en cristal de Baccarat nous ont éblouis et les plafonds en caisson bien plus.

Quito 2 - Françoise Pineau

 

Puis, visite de la Basilica del voto National et de la somptueuse Iglésia de la Compania de Jésus. La construction de cette église Jésuite a été commencée en 1605 pour s’achever 160 ans plus tard. Dommage que les photos soient interdites, mais, Françoise étant indisciplinée, a pu en faire une ou deux à la sauvette. La Ronda est une jolie rue pavée bordée de belle maison du XVIIe siècle abritant des restaurants.

Valentin nous disait qu’il se plaisait beaucoup en Equateur, qu’il ne reviendrait pas à Paris où il vivait avant. Les Equatoriens semblent effectivement assez « Cools ».

L’Equateur c’est la diversité. En seulement 200 kilomètres à vol d’oiseau, on peut grimper de la côte pacifique aux sommets enneigés (le point culminant est le volcan Chimborazo qui culmine à 6310 mètres) à la forêt vierge équatoriale qui couvre encore la majeure partie des plaines de l’Oriente. Les écologistes ont désignées l’Equateur comme l’un des «  hauts lieux de la biodiversité ». Cette petite nation est l’une des plus riche en espèces du monde.

Ce matin, il fait très beau le soleil brille, si bien que nous décidons de ne pas rater le téléferico qui nous emmène à 4000  mètres et de la haut on découvre de nombreux pics enneigés de la cordillère andine un vrai régal. Nous n’avons pas trop souffert du manque d’oxygène, mais nous avons pris nos précautions. Nous prenons 6 granules par jour de coca, ce qui évite en principe le mal des montagnes. Il s’avère que ce soit efficace, car nous avions certes le souffle court, mais pas plus.

  • 15 janvier 2018 – Otavalo :

Cette ville andine de la Sierra du Nord est très connue pour son marché  centenaire du samedi matin, ce serait le plus grand marché des Andes.

Dès 5 heures du matin, les paysans sont sur place pour vendre leurs bêtes : veaux,  vaches, taureaux,  moutons, agneaux, chèvres,  poules, coqs, énormes cochons d’Inde, lapins. Ca meugle, couine et bêle, caquette partout. C’est un joyeux bazar qui se passe tout près du centre ville.

Otavalo 1 - Françoise Pineau

Les indigénas sont vêtus de leurs habits traditionnels. Les dames portent un chapeau fait d’une longue bande de tissu qu’elles plient soigneusement sur leur tête, un corsage blanc brodé, un foulard bleu et une jupe noire en laine sur un jupon blanc, une grosse ceinture brodée et un gros collier de perles, et des sandales en tissu.

Les hommes portent un chapeau en feutre, un poncho bleu et un pantalon blanc, les chaussures sont les mêmes que les femmes.

Otavalo 2 - Françoise Pineau

Hommes et femmes ont les cheveux longs, très noirs nattés magnifiquement.

Le marché est quotidien, mais le samedi,  le Parque del Ponchos en centre ville ainsi que les rues adjacentes sont envahis par des centaines d’artisans. Les Otovalenos sont réputés pour la qualité de leur textile et leur talent de tisserands.

La ville d’Otovalo n’est pas très belle mais il suffit de lever un peu les yeux pour admirer les montagnes environnantes.

D’ailleurs nous avons fait une superbe randonnée avec un dénivelé de 380 mètres dans une forêt d’eucalyptus et ça nous a suffit, pour aller voir un arbre soit disant curatif (il faut y croire) en arrivant là haut, on était bien fatigués, on a demandé à l’arbre de nous détendre et en fait au bout d’une demi heure à le regarder et profiter du point de vue sur le lac, nous sommes repartis, un peu moins fatigués… Normal, non ??

Otavalo 3 - Françoise Pineau

Puis nous avons repris notre chemin ver le  Parque Condor, il s’agit d’une fondation  qui réhabilite des rapaces, dont les magnifiques condors des Andes. Nous avons assisté à une démonstration en vol libre de certains rapaces. Beauval c’est chouette, mais ici de voir des énormes rapaces voler au dessus des montagnes, prend un autre sens.

On ne pouvait pas quitter Otovalo sans aller visiter le cimetière indigenas. On n’a rien compris à l’architecture du cimetière, les tombes sont dans tous les sens, et c’est un lieu de vie, à l’entrée les vendeurs de sodas font recette ainsi que les marchands de fleurs et fruits.

Otavalo 4 - Françoise Pineau

Les enfants jouent sur les tombes pendant que les parents sirotent les sodas et mangent, tout en discutant en famille.

Nous repartons d’Otovalo pour 4 jours en Amazonie, d’où nous n’aurons pas Internet.

  • 20 janvier 2018 – Amazonie :

Nous prenons un petit bus à 23H30 de Quito pour Lago Agrio, une ville  à la porte de l’Amazonie, à 9 heures du matin nous  en reprenons  un autre pour encore 2 heures de voyage. Enfin nous arrivons  à une  espèce d’embarcadère  informel, nous montons dans  une pirogue qui nous emmène à l’éco-lodge Guacamayo. Il faudra 1h30 heures de navigation sur le rio Cuyabano avant d’atteindre notre éco-lodge, mais en route le guide nous montre déjà différents animaux de la forêt qui borde le rio.

Amazonie 1 - Françoise Pineau

 

Cet éco-lodge est bien, en bordure du rio Guyabano, les chambres sont évidement très rustiques mais nous avons la douche chaude, ce qui est très agréable le soir au retour de l’expédition.

Amazonie 2 - Françoise Pineau

En revanche, l’électricité fait défaut. En principe l’électricité est fournie par des panneaux solaires, mais pendant notre séjour, nous avons eu 3 jours à la bougie, ça augmente la véritable sensation d’aventure.

Il était possible de se baigner dans le rio et d’utiliser des lianes pour jouer à Tarzan. Nous n’avons pas tenté l’expérience mais des jeunes, l’on fait bien sûr, Et, le lendemain, nous apprenions que la veille, un beau caïman était de passage près du ponton. Brrrrrrrr !

L’amazonie  Equatorienne c’est 3% de la superficie  du pays

Nous arrivons à 13 heures, pile poil pour déjeuner. Notre groupe de 9 personnes est composé de quatre  Danois, un Américain, une Argentine, un Français. Martin le jeune Français nous a bien aidé pour les traductions, merci à lui.

Dès la fin de soirée, nous reprenons une pirogue  pour aller découvrir cette forêt si fascinante. On nous a prêté des bottes et des grandes capes de pluie qui nous serons très utiles tout au long du séjour.

Amazonie 3 - Françoise Pineau

Le guide nous montre un  énorme anaconda de 7 mètres, endormi dans un trou. En fait ce serpent avait mangé un caïman et il le digère en 5 mois. Et ainsi de suite, il ne mange que 3 fois par an.

Nous avons vu un magnifique caïman de quelques  mètres. Un beau petit paresseux, de nombreux minuscules singes roux , des singes hurleurs rouges, et des dauphins roses, qui ne  vivent  qu’en Amazonie et dans le Mekong. Cette espèce est en voie de disparition. Les oiseaux sont très  nombreux et leurs plumages le plus souvent multicolores.

Le guide nous expliquait que dans un hectare de forêt  poussaient 400 espèces d’arbres. Les indigénas connaissent parfaitement les vertus de chaque plante, ils se servent de l’arbre à curare pour chasser, ils utilisent la sarbacane  dont les  flèches de bambous sont enduites de ce poison.

Nous avons eu le plaisir d’aller dans une communauté Siona, pour y faire le pain.

Amazonie 4 - Françoise Pineau

Le guide a arraché des bulbes de Yucca, puis avec  l’aide de la maitresse de maison nous avons extrait la farine  de la plante, nous  avons fait cuire les galettes dans un plat en terre sur la braise . Le jus extrait des bulbes sert à faire de la soupe ou de la pâte pimentée.

Ce pain ressemble un peu aux galettes bretonnes mais en moins bon.

Nous avons continué notre découverte de la culture indigènas, en allant voir le chaman.

Amazonie 5 - Françoise Pineau

Il nous a longuement expliqué  en quoi consistait son travail. Il lui faut 12 ans d’apprentissage avant de pouvoir exercer ses pouvoirs de guérisseur. Avant d’être élu chaman il a consommé  une plante hallucinogène mélangée à une autre ce qui  lui a permis  de se libérer des démons et d’avoir des « visions » comme il le dit  afin de mieux soigner les gens. Cependant il nous a dit qu’il ne pouvait pas soigner tout et que lorsqu’il était impuissant devant un cas, il envoyait son client à l’hôpital.

La vie en Amazonie est ponctuée de soleil et de pluie, mais la pluie est tout de même très très très présente, et pourtant nous sommes en période sèche !!!. Nous aurons eu  de la pluie tous les jours, mais chaude celle-ci. Là température n’est pas très élevée, 25 ° environ.

Le guide nous disait qu’il pleuvait 4 mètres d’eau par an. En période de saison sèche, le niveau des rios augmentent beaucoup.

Le matin lorsque nous prenons nos vêtements, ils sont déjà humides.

Nous avons fait également une sortie de nuit dans la forêt, bien évidemment ce fut un moment assez fort. Heureusement que nous avions un bon guide, nous le suivions semelles de bottes à semelles de bottes.

Amazonie 6 - Françoise Pineau

Nous avons vues de belles tarentules, une énorme araignée scorpion dont les pattes devaient bien mesurer 7 centimètres, des grenouilles, des insectes  très phosphorescents.

Cette expérience est très riche, mais comme on dit chez nous, pour « vivre en  Amazonie il faut y être né ».

  • 22 janvier 2018 – Cotopaxi :

Nous voici à nouveau dans l’avenue des volcans. Oh ça n’est pas difficile, puisque l’Equateur ne compte pas moins de 84 volcans, dont 27 en activité.

Nous sommes donc au pied du Cotopaxi, l’un des volcans préférés des équatoriens, il culmine à 5897 mètres et ce n’est pas le plus haut. Le parc fait 32000 hectares. L’éruption du  Cotopaxi a détruit la ville de Latacunga par deux fois, mais à chaque fois elle a été reconstruite, les habitants vouent un véritable culte à cette ville. Sa dernière éruption date de 2015, le parc national a été fermé pendant un an.

Le volcan le plus élevé, d’Equateur est le Chimborazo qui culmine à 6310 mètres. Situé sur le renflement équatorial de la planète, il est à la fois le point le plus éloigné du centre de la terre et le plus proche des étoiles. Après cette parenthèse, revenons à nos moutons, ou plutôt à nos lamas.

Nous sommes donc arrivés de Quito  en  bus. Nous logeons dans un super petit hôtel, le « Rondador » (Le rondador est un instrument qui ressemble à la flûte de pan).

Cotopaxi 1 - Françoise Pineau

L’hôtel est perché à 3300mètres, géré par Fernando et Jenny. L’accueil est très chaleureux, ils nous offrent thé et café. Notre chambre est malheureusement très petite, c’est le seul défaut. Dans la salle de restaurant, le feu brûle dans la cheminée et nous passerons tout l’après midi à nous réchauffer.

Cotopaxi 2 - Françoise Pineau

Juanito le lama tondeuse du jardin est très sympathique également, il adore les carottes et ne crache ni ne mord, nous affirme Fernando.

Le soir après le dîner Fernando a pris son Chazango (une sorte de  toute petite guitare)  et nous a joué et chanté une petite chanson Andine. Dehors il doit faire 15 ° environ.  Françoise aura droit à une bouillotte artisanale, avant d’aller se coucher. On est comme à la maison.

Et comme dans tous les logements des Andes, il n’y a pas de chauffage dans les maisons, sauf de temps en temps une cheminée. Notre chambre n’est évidemment  pas chauffée, mais on nous a mis un minuscule petit chauffage électrique qui réchauffe quand même l’atmosphère.

Nous avons demandé à Fernando comment faire pour s’approcher du Cotopaxi. Du coup, la sœur de Jenny qui est guide, nous emmènera.

Notre premier jour dans le coin a été d’aller randonner dans un parc. Très téméraires, nous voilà partis, pour quelques heures de marche, sauf que… au bout de deux heures de marche à 3700 mètres, le souffle est court, et bien qu’Alain ait un GPS, nous étions perdus. Pas une fois nous n’avons rencontré quelqu’un, nous étions seuls sur un chemin des Andes, Oups !!!! Nous décidons donc de rebrousser chemin et revenir sur nos pas. Au total nous avons fait 12 kilomètres, mais là haut l’oxygène se raréfie, et les chemins ne sont pas plats, loin s’en faut.

Evidemment les paysages sont magnifiques, les petites fleurs  émergent tout juste du sol, ce qui est une caractéristique  du paramo qui se situe au dessus des forêts de nuages.

Cotopaxi 3 - Françoise Pineau

Il est couvert  de plantes en coussinet de graminées et de petites herbacées qui se sont adaptées à cet environnement.

Le lendemain, Diana, notre charmante guide de haute  montagne nous emmène dans son 4X4 jusqu’au parking  au pied  du volcan, qui permet ensuite de monter jusqu’au refuge à 5000 mètres.

Cotopaxi 4 - Françoise Pineau

La montée est assez éprouvante, tant pour le souffle que pour le dos. La route est très bien aménagée  en lave et la fin en terre ou cendre mouillée et pleine de trous.

Les paysages sont vraiment très beaux, mais les nuages omniprésents  gênent parfois la vue. Arrivés au parking, il fait froid, il pleut et il vente, mais là haut il pleut toujours nous dit Diana.

Cotopaxi 5 - Françoise Pineau

Nous sommes à 4800 mètres, nous essayons de gravir les 200 mètres de dénivelé qui restent pour atteindre le refuge mais en vain pour Françoise, elle rebrousse chemin car l’oxygène lui manque. Alain et Diana continuent encore un peu, mais Alain également revient au parking. Evidemment pour Diana, native de la région, c’est facile. Elle qui a gravi le Chimborazo à plus de 6000 mètres. En anecdote, elle nous disait qu’elle ne pouvait pas aller au bord de l’océan car son corps ne supportait pas la pression atmosphérique. Alors imaginez nous, inversement la haut dans les Andes !!!.

Nous sommes donc redescendus jusqu’à un beau lac, dont on peut faire le tour. Les chevaux et les vaches sauvages y sont très nombreux, les oiseaux également.

  • 25 janvier 2018 – Quilotoa :

Après nos 3 jours chez Fernando et Jenny nous avons repris le bus sur la panaméricaine et 1 heure après nous étions déjà à Latacunga.

Cette ville n’est pas très belle, bien que son petit quartier colonial soit agréable. Très peu de touristes s’y promènent. Ceux qui viennent à Latacunga , c’est essentiellement pour le Quilotoa et ses environs.

Le Quilotoa, c’est un magnifique lac de cratère situé à 3914 mètres d’altitude. L’eau turquoise miroite à 400 mètres plus bas.

Quilotoa 1 - Françoise Pineau

On peut y descendre, et même faire du kayak, mais la remontée est difficile. Il faut penser au dénivelé à 3900 mètres !!!! alors il est possible de louer une mule, mais comme on dit « têtu comme une mule », et si elle n’a pas envie de remonter eh bien on reste en bas, et parfois, inversement elle remonte comme une folle si bien que la personne qui est dessus en voit de toutes les couleurs (témoignages de personnes ayant vécu l’aventure).

Nous avons loué les services d’un guide pour faire la balade au Quilotoa, il faut environ 2 heures pour atteindre le cratère. La route est très bonne, et les paysages époustouflants.

Quilotoa 2 - Françoise Pineau

Les collines sont cultivées, et on se demande comment les gens font pour cultiver ces pentes abruptes. En fait, ils sont à genoux dans les champs, car il est presque impossible de se tenir debout pour travailler sans être emporté dans le vide. Les cultures sont essentiellement les pommes de terre, le poireau, l’ail, les fèves, les pois.

Bien évidemment tout se fait à la main, aucun engin n’est capable d’aller sur ces pentes.

L’élevage est également assez important, vaches, cochons, moutons et lamas.
Alors, quelle est la différence entre le lama, l’alpaga et la vigogne ?

Le lama est un animal de trait que l’on l’utilise pour porter des charges de 30 à 40 kg, mais il ne peut pas être monté. Il mesure environ 1,70m. On l’utilise pour sa viande et son lait. On dit que le lama est asocial et crache, ce qui n’est pas tout à fait vrai. II crache s’il se sent menacé, sinon c’est un animal assez intelligent qui répond bien a de nombreux ordres.

L’alpaga est plus petit, on peut l’utiliser pour sa viande, mais c’est surtout pour sa laine, réputée dans le monde entier.

Quilotoa 3 - Françoise Pineau

Françoise a eu l’occasion d’en câliner un, elle confirme que c’est doux comme une peluche.

La vigogne est plus petite, de couleur rousse, et elle est sauvage, tandis que les deux précédents sont domestiqués.

Nous avons longés de magnifiques canyons dont le dénivelé est de 800 mètres, on se serait cru dans le Colorado !!

Quilotoa 4 - Françoise Pineau

Puis au retour, nous sommes passés au marché de Pujili, absolument pas touristique du tout, les indigénas, viennent vendre leurs productions, patates, maïs, mélasse, farine de blé moulue sur place, ustensiles de cuisine et de culture artisanaux, cordes pour attacher les animaux dans les champs.

Quilotoa 5 - Françoise Pineau

La plupart des bêtes dans les champs sont attachées, car il n’y a pas de parcs fermés. Il n’y a des bergers que lorsque le troupeau est important sinon, ce sont 3 ou 4 bêtes dans un champ. Même les cochons sont attachés à une longue corde.

Le marché de Saquisili est immense, il s’étale sur 8 places de la petite ville de 8000 habitants.

Pour être typique il est typique, les indigénas y sont majoritaires. Ils descendent de leur village de montagne pour y vendre leurs productions ou leurs animaux.

Quilotoa 6 - Françoise Pineau

Et toujours, ils sont chaleureux et calmes. Les transactions entre eux semblent courtoises. Ils ne parlent pas l’espagnol mais le Quecha, du coup on ne comprend absolument rien.

Pour la première fois nous avons mangé du cuy (cochon d’Inde). C’est très très bon, beaucoup plus fin que le lapin.

Les marchés abondent de bananes, L’Equateur est le 1Er exportateur mondial de ce fruit.

Quilotoa 7 - Françoise Pineau

Dans ce pays, les fruits abondent, tous ceux que l’on trouve en Europe et tous les fruits tropicaux, c’est formidable.

Quant aux légumes, idem, il y a pléthore.

En ce qui concerne les fleurs, c’est identique, d’immenses serres sont installées sur le flanc des collines, on y cultive les roses et toutes autres sortes de fleurs qui sont exportées dans le monde entier. L’Equateur est le premier exportateur de roses au monde.

D’ailleurs dans les églises les bouquets composés et les gerbes de roses sont extraordinaires.

L’autre jour on a vu un homme acheter deux gros bouquets de fleurs pour 5 dollars… ça fait envie.

  • 28 janvier 2018 – Baños de Santa Agua :

Banos, 1800 mètres d’altitude, où il fait très bon la journée. Banos est une ville thermale, très touristique.

Banos 1 - Françoise Pineau

Outre ses thermes elle propose de nombreuses activités sportives, et surtout sports de l’extrême. Escalade, rafting, canyonning, VTT, motos, saut à l’élastique et bien d’autres encore.

Nous séjournerons 3 jours  dans cette agréable ville,  coincée dans une vallée verdoyante et  « chapeautée »  par le volcan Tungurahua  qui culmine à 5016 mètres.

Banos 2 - Françoise Pineau

Nous sommes très bien logés dans un hôtel qui surplombe un rio. A deux pas nous avons un super spectacle chaque jour, car du pont qui enjambe le rio, on peut y faire une nouvelle forme de chute libre appelée puenting (sorte de saut  à l’élastique  sans rebond) qui consiste à sauter  d’un pont  avec une corde  et à se laisser balancer dans le vide.

Banos 3 - Françoise Pineau

Pour les spectateurs c’est très impressionnant, mais pour les « voltigeurs », selon leurs témoignages, c’est extraordinaire.

En ce qui nous concerne nous avons fait deux tours organisés en chiva. Il s’agit d’un camion, dont la plate forme arrière est aménagée avec des sièges.

Banos 4 - Françoise Pineau

Et pour que le tour prenne un air festif, la musique à fond nous accompagne tout au long du voyage. Nous avons donc descendu la routes des 7 cascades, et sur la route il était possible de faire de la tyrolienne, et de traverser un canyon dans une  nacelle, nous avons opté pour la 2ème formule.

Les cascades sont très belles mais la dernière est carrément exceptionnelle. Elle s’appelle Payon del diablo. On arrive par le haut du canyon et on descend jusqu’au niveau du rio.

Banos 5 - Françoise Pineau

Il faut passer sur un pont suspendu puis descendre encore un escalier pour enfin arriver au niveau  de l’eau.

En soirée nous avons profité des bains traditionnels de la Virgen. Ces bains portent ce nom car la vierge serait venue ici se tremper les pieds……,  L’eau ferrugineuse est à 45 ° dans le premier bassin, puis un autre  à 36°, et enfin un autre est glacé. Nous n’avons pas pu entrer dans le plus chaud, et pourtant nous avons vu pas mal de personnes tremper dans celui-ci, tout comme dans le glacé. En revanche nous avons pu aller du bain très chaud  sous la cascade d’eau bien froide, un régal !

Le lendemain nous sommes allés aux thermes el Salado , qui sont en dehors de la ville, mais d’un coup de taxi , on y était 5 minutes plus tard.

Ils sont  peu différents. En fait le bain le plus chaud doit être à 37°/ 38°,  en revanche, ce bassin est directement fait sur les sources chaudes, si bien que ça bouillonne toujours et si on se met sur les sorties d’eau naturelles, on se brûle les pieds. Et pour se rafraîchir, au lieu d’aller sous la cascade, on va directement dans le rio glacé. Françoise à essayé, en vain, trop froid.  Qui dit Ville thermale, dit massages bien sûr, vous pensez bien que nous n’avons pas raté l’occasion  de se faire masser, et nous étions très satisfaits du résultat.

Un autre tour a été de monter à 2630 mètres avec la chiva, afin d’aller faire de la balançoire au bord d’un précipice.

Banos 6 - Françoise Pineau

0 3873

Si vous avez la chance de vous trouver en Équateur durant le mois de février, vous ne pourrez pas louper l’une des plus importantes fêtes du pays : le Carnaval ! La date est variable et correspond aux jours précédents le Carême.

Il faut noter que le carnaval en Équateur s’accompagne de 4 jours de festivités, très suivis dans le pays. Attendez-vous à voir la plupart des commerces fermés et à des plages surpeuplées pendant ces feriados.

Que se passe-t-il exactement pendant ces quelques jours ?

Le pays entre en effervescence ! De nombreux Équatoriens vivant dans les grandes villes se rendent à la plage. On se rassemble aussi dans certaines villes où se tiennent les festivités les plus importantes. Au programme : musique, couleurs et bonne humeur !

Article-Carnaval-Equateur-tout-equateur (4 of 7)

L’eau occupe une place importante dans les célébrations. À de nombreux endroits, dans une ambiance joyeuse et bon enfant, les habitants se lancent dans des batailles d’eau, farine, talc, œufs et mousse de carnaval (espuma de carnaval). Tout le monde y participe ! Préparez-vous, vous ne serez pas épargnés !

Autre tradition : certaines villes élisent la « reine du carnaval ».

Article-Carnaval-Equateur-tout-equateur (7 of 7)

Pour comprendre ces coutumes qui peuvent nous paraître bien différentes des nôtres, faisons un petit retour sur l’histoire du carnaval équatorien.

D’où vient le carnaval en Équateur ?

Le carnaval est arrivé en Amérique Latine avec les Espagnols. En Équateur, cette fête, héritière de traditions antiques et catholiques, s’est mélangée avec des traditions amérindiennes et afro-américaines. Les significations diffèrent en fonction des régions. Les populations andines l’associent au cycle des récoltes alors que pour les populations métisses, plus marquées par le catholicisme, le carnaval se termine avec le début du Carême.

C’est aujourd’hui une fête très populaire, mosaïque de croyances et de traditions festives hautes en couleurs.

Où profiter au mieux du carnaval ?

C’est dans la ville andine de Guaranda que le carnaval est le plus réputé. Des milliers de personnes se rassemblent dans les rues pour assister au fameux défilé de chars. Une reine et un « papa » (taita) du carnaval sont élus pour présider les festivités. Dans les rues, on se jette de l’eau, de la farine et des œufs et on boit le Párajo azul (alcool de canne à sucre mélangé à des fruits aromatisé à l’anis).

 Article-Carnaval-Equateur-tout-equateur (3 of 7)

A Ambato dans le centre du pays, on fête les fleurs et les fruits pendant le carnaval, c’est la Fiesta de las flores y las frutas. Des chars fleuris arpentent la ville et de nombreux spectacles se tiennent dans les rues. Les habitants choisissent qui sera la reine des fleurs ! Ici aussi, les batailles de mousse sont de la partie.

Article-Carnaval-Equateur-tout-equateur (5 of 7)

Dans la province d’Esmeraldas, sur la côte nord, le carnaval est fêté par les communautés afro-américaines. C’est l’occasion pour les habitants de mettre en avant leur patrimoine culturel. Au programme : défilés, danses et festival de Marimba (le xylophone sud-américain).

Article-Carnaval-Equateur-tout-equateur (6 of 7)

A Guayaquil, les autorités ont limité l’usage de l’eau pour les risques liés aux voitures principalement. La fête reste tout de même très présente dans les rues à travers différentes manifestations culturelles et défilés.

A Cuenca aussi on fête le carnaval. Bien que la ville se vide un peu de ses habitants qui préfèrent la chaleur de la côte. Malgré tout, la ville organise de nombreux évènements culturels et il est agréable de pouvoir déambuler dans le centre historique sans le trafic.

Quito n’est pas le meilleur endroit pour profiter du carnaval. La tradition se perd un peu car les batailles d’eau ont été interdites. Du coup, les Quiteños profitent de ces 4 jours pour quitter la ville et rejoindre la côte (principalement). Cependant, si vous êtes dans la capitale durant cette période, vous pourrez assister à quelques manifestations culturelles.

Article-Carnaval-Equateur-tout-equateur (2 of 7)

Comme vous l’avez vu, le carnaval est une fête majeure en Équateur ! C’est l’occasion de découvrir de multiples facettes du pays dans la joie et la bonne humeur.  Si vous avez des questions, commencez une discussion sur le Forum, je vous aide avec plaisir à profiter des festivités.

À très bientôt,

Léon de Quito

Un road-trip dans les Andes ? Un séjour en Amazonie ? Une croisière aux Galapagos ? Je vous aide avec plaisir à profiter des trésors de l’Équateur aux meilleures conditions grâce aux partenaires du Réseau Solidaire ! Dès maintenant, vous pouvez aussi me poser toutes vos questions sur le Forum en commençant une nouvelle discussion. Allez, je vous attends !!!

0 1036

Étant de nature très organisée, notre itinéraire de voyage familial était pratiquement paufiné à notre arrivée à Quito en début mars 2017. Lors de notre premier déjeuner chez Léon Colonial, l’équipe de Tout Équateur nous a rejoint pour répondre à nos questions et nous donner de bons endroits à visiter. Leur soutien nous a aidé à planifier les derniers détails avant de se lancer dans un pays totalement inconnu. Comme nous avions apprécié cet hotel comme point de départ, nous avons décidé de réservé aussi notre nuit de retour, question de terminer le voyage dans un endroit familier.

Nous partons de Latagunga en autobus pour se rendre à Baños pour 3 jours. Les transport en autobus sont bien organisés et peu dispendieux. Nous avons réservé à l’hôtel La Floresta qui est, pour nous, un coup de cœur ! L’ambiance, les chambres colorées, les bons desayunos (inclus), et le personnel fort sympathique nous ont charmés.
foto1

Nous passons notre première journée à flâner dans les rues pour découvrir la ville. Plusieurs produits à base de canne à sucre s’y trouvent, pour le plus grand bonheur de nos papilles ! Nous sommes aussi très amusés de voir des affiches indiquant la route à emprunter en cas d’éruption volcanique, affiches impossibles de trouver au Québec ! Nous remarquons plusieurs enfants munis de «bombas», ce sont des bouteilles en différents formats aérosols remplies de crème colorée. Léa et Adam nous supplient d’en acheter, ils sont maintenant prêts à attaquer….et être attaqués !! Quel plaisir nous avons eu à déambuler dans les rues lors du carnaval, les attaques fusaient de partout ; les enfants munis de leur «bombas» à pied, les camionnettes chargés d’eau, les résidents nous attaquants de leur toit avec des sceaux d’eau…impossible de revenir à l’hôtel sans être mouillés et colorés, une vraie partie de plaisir.

foto2

Le lendemain, nous décidons d’aller vers la «Casa Del Arbol» qui signifie la maison dans l’arbre. Plusieurs boutiques d’excursions vendent des forfaits pour s’y rendre en autobus, mais j’avais lu durant les préparatifs du voyage qu’une randonnée gratuite avec un accès au site pour 1 $ / personne pouvait nous y mener. Le personnel de l’hôtel nous a fourni une carte sommaire du trajet, et nous avons choisi cette option. Ne vous arrêtez pas à la pluie matinale, le ciel se dégage souvent vers midi, c’est donc muni de nos manteaux de pluie, collations et bouteilles d’eau que nous sommes partis après le desayuno. Sachez que le sentier n’est pas balisé, peu d’indications nous assurent d’être sur le bon chemin. Le sens d’orientation de Francis nous a été bien utile puisque nous n’avons croisé que quelques personnes en route, donc peu de chances de demander de l’aide. Nous avons douté à quelques reprises, surtout au moment où on doit traverser une ferme qui semble privée. Après 3 h de marche avec les enfants, nous y étions, heureux d’avoir choisi la randonnée à pied plutôt que la montée en autobus. Ceux-ci avaient un temps limité pour admirer la vue et se balancer. L’attrait de la «Casa del arbol» étant une balançoire suspendue à une petite maison dans un arbre sur la paroi montagneuse, on a l’impression d’être complètement dans le vide, une sensation incroyable si vous n’avez pas le vertige. Nous avions tout notre temps et nous en avons profité au maximum. Un petit resto vend des collations et des breuvages.

foto3

Comme toute bonne chose à une fin, nous avons dû nous résigner à quitter ce lieux apaisant pour retourner vers l’hôtel. Nous avons décidé de faire un arrêt au «Café del Cielo» pour manger, un arrêt qui selon moi est un incontournable si vous décidez de faire la trajet à pied. La vue sur Baños est tout simplement magnifique ! Le retour a été aussi agréable que la montée surtout que le soleil avait décidé de se pointé le nez, nous avons donc pu voir les paysages qui étaient cachés par les nuages lors de la montée. N’oubliez pas que la crème solaire est de mise à cette altitude, même par temps nuageux.

foto4

Malgré notre réticence à participer à une promenade touristique en chiva pour découvrir la ruta de las cascadas, nous avons finalement opté pour cette option suite aux conseils reçus lors de notre première journée à Quito avec l’équipe Tout Équateur. La route à vélos avec les enfants aurait été trop longue et passe sur les chemins publics, ça pourrait être dangereux avec de jeunes enfants. Avec une réservation faite le matin même dans la boutique (il y en a plusieurs !), nous voilà donc tous les quatre assis dans un chiva coloré, entourés de touristes (mais pas trop quand même). Le chiva arrête pour faire des activités supplémentaires, prévoir de l’argent comptant pour la tyrolinenne, la cage suspendue pour approcher les cascades, et l’entrée sur le site de la cascade Pailón del diablo. Nous avons fait la tyrolienne 2 par 2 en se tenant par la main en position superman, nous avons adoré l’expérience. Sur place, il y a des salles de bain, mais il serait prévoyant d’apporter avec vous du papier hygiénique. Le site du Pailón del diablo est tout simplement magnifique, plusieurs sentiers et ponts suspendus en font un endroit où on a envie de passer la journée. Malheureusement, en chiva, le temps est compté et nous ne pouvons pas nous permettre de passer tout le temps désiré sur le site. Nous avons toutefois été en mesure d’en voir une grande partie. Somme toute, malgré notre réticence, cette petite excursion nous a plu.

foto5

Nous avons terminé cette journée en jetant un coup d’œil aux nombreuses boutiques qui se trouvent dans la ville. Nous avons pu faire l’achat de souvenirs tels que couverture en laine d’alpaga, jeux d’échec, chandail et quelques sucreries. Tout ce qui est fabriqué à partir de la laine d’alpaga vaut vraiment la peine, c’est très peu dispendieux si on compare au prix d’achat au Canada. Sachez aussi que vous trouverez plusieurs bons restaurants ainsi que des marchés alimentaire ; pratique pour faire le plein de collations et breuvages. Somme toute, nos trois jours à cet endroit a été très apprécié de toute la famille et nous aurions même souhaité y rester quelques jours de plus….mais bon, d’autres endroits tout aussi formidables nous appelaient !

La famille LACASSE