Découvrez, Vivez, Partagez!

Monthly Archives: octobre 2015

0 2302

Durant les derniers jours d’Octobre et les premiers de Novembre, dans beaucoup de pays d’Amérique latine, on fête la Toussaint et la Fête des morts, et l’Equateur ne fait pas exception à la règle.

Comme d’autres festivités en Equateur, le Dia de los Difuntos (jour des morts), célébré le 2 novembre, combine d’antiques traditions indigènes à une fête catholique.

Selon des historiens, les premiers peuples indigènes d’Equateur célébraient déjà les morts, sous forme d’hommages à leurs accomplissements, ainsi qu’à l’héritage laissé derrière eux. Lors de la conquête espagnole, ces derniers mélangèrent les rituels indigènes à leur ‘Toussaint’, créant ainsi la ‘Fête des morts’.

Désormais, cette fête représente un syncrétisme religieux composé de croyances ancestrales indigènes et de catholicisme, propre aux pays Andins.

article-fete-des-morts-tout-equateur (2 of 4)

En Equateur, le « jour des morts» est aujourd’hui marqué par des messes, des veilles et des visites aux cimetières, durant lesquelles les équatoriens partagent leur nourriture traditionnelle et déposent des fleurs sur les tombes de leurs défunts. Le feriado du 2 novembre est le moment de véritables ‘retrouvailles’ avec ceux qui sont partis : en plus de leur donner des plats et offrandes, les équatoriens font part aux défunts des nouveautés dans leurs famille, depuis leurs départ ou leur dernière visite au cimetière, ils leurs demandent conseils et prient. Ils leurs demandent aussi de les aider et de les protéger pour l’année à venir. Certaines communautés indigènes, comme les Quechua de la province de Cañar, les Salasaca de Tungurahua, ou les Andoas de Pastaza, maintiennent particulièrement cette tradition, de façon à garder la mémoire de leurs défunts ‘en vie’. Chaque région du pays a ses propres coutumes. Par exemple, à Ambato, a lieu un grand marché artisanal, où l’on a l’habitude d’offrir des jouets aux enfants, ce qui vaut au jour des défunts le surnom de « Petit Noël ».

Dès les premiers jours d’Octobre, sur l’ensemble du pays, mais surtout dans la Sierra, vous pourrez observer dans les restaurants, boulangeries ou encore dans les rues et sur les places des mets traditionnels préparés spécialement pour la fête des morts. Il s’agit de petits pains au lait en forme d’enfant, qui peuvent être fourrés de confiture de goyave, figue, chocolat, tamarillo ou encore de raisin sec et crème, de formes et avec des décorations différentes : les « Guagua de pan» (guagua signifie enfant en kichwa), ainsi que la « Colada Morada ».

La Colada Morada est une boisson confectionnée à partir de farine de maïs noir ou violet, de sucre de canne ou panela, de fruits rouges comme le mortiño, de pulpe de naranjilla, et d’épices comme la cannelle, le clou de girofle, la verveine…Elle accompagne les Guaguas de pan sur toutes les tables de la Sierra à cette période, et se déguste chaude…un régal !

article-fete-des-morts-tout-equateur (3 of 4)

Si les Guaguas de pan et la Colada Morada sont les éléments principaux de cette célébration, leur origine et symbolique sont controversées. Il n’y a pas de certitude sur le moment où la coutume des Guaguas de pans a été intégrée : si certains pensent que les Guaguas de pan ont été introduits par les espagnols (en même temps que la farine de blé), tous s’accordent à dire que l’élaboration des Guaguas de pan et de la Colada Morada est une tradition basée sur la croyance indigène de la vie après la mort. Non seulement sur le point spirituel, mais aussi matériel : c’est pour cela que les morts étaient enterrés avec des offrandes matérielles, les guacas. On raconte que certaines communautés offraient des Guagua non comestibles, confectionnés en boue par exemple, ainsi que d’autres trésors aux défunts afin qu’ils se trouvent « confortables » dans l’autre monde.

Une croyance répandue voudrait que les Guaguas de pan représentent le monde de la vie, et la Colada Morada celui de la mort.

Aujourd’hui, la Colada Morada est une boisson emblématique du métissage équatorien, qui fusionne la spiritualité païenne et catholique, ainsi que le mélange des cultures indigènes et hispaniques.

article-fete-des-morts-tout-equateur (4 of 4)

En plus des célèbres Guaguas de pan et de la Colada Morada, les équatoriens apportent à leurs défunts d’autres plats typiques lors des célébrations : cochons d’inde, pomme de terre, oies et fèves ne sont que quelques exemples.

Dans tout le pays, le week-end prochain, comme chaque année à cette période, les équatoriens continueront de faire vivre cette tradition et de partager des Guaguas de pan, une Colada Morada et un moment de convivialité avec leurs défunts.

Quito :
Après un long périple en avion, nous avons débuté notre séjour par une visite de deux jours de la capital équatorienne.
Nous avons consacré le premier jour à la visite du centre historique, du palais présidentiel (super visite que nous recommandons) et des différents églises et cathédrale. Nous sommes également allés au Panecillo qui propose une vue imprenable sur toute la ville.

blog- Quito-Amazonie-tout-equateur (1 of 15)
Le deuxième jour, nous avons commencé notre journée par la visite de la Basilica del Voto Nacional puis nous avons continué notre excursion en prenant le téléphérique. Arrivé au sommet, la vue est époustouflante mais le froid glacial. Nous avions acheté des sandwichs dans un petit marché pas loin de la Basilique et nous avons pique-niqué avec plaisir sur les hauteurs de Quito. Après une petite promenade, nous sommes redescendus et avons visité la super musée du ministère de la culture. Le soir nous avons rencontré l’équipe de Tout Equateur qui nous a donné des conseils précieux pour la suite du parcours.

blog- Quito-Amazonie-tout-equateur (2 of 15)

blog- Quito-Amazonie-tout-equateur (3 of 15)

Otavalo :
Nous avons pris le bus à partir du terminal terrestre Carcelén pour aller à Otavalo, le billet est peu onéreux et le trajet prend 2h, sachez que si vous y allez le samedi (jour de marché), l’attente peut être importante à cause de l’affluence.

blog- Quito-Amazonie-tout-equateur (5 of 15)
Le jour du marché, la ville est très animée et les échoppes innombrables. Profitez d’une pause repas au marché alimentaire couvert afin de gouter aux délicieux mets locaux.

blog- Quito-Amazonie-tout-equateur (4 of 15)
Une visite au mirador el Lechero (accessible à petit prix en prenant un taxi dans le centre de la ville) permet de profiter d’une vue somptueuse sur la vallée, le lac et les volcans environnants, c’est paisible et permet d’accéder à un calme qu’Otavalo n’offre pas.

Mindo :
Puisqu’il n’existe pas de bus direct entre Otavalo et Mindo, nous sommes retournés à Quito le dimanche matin très tôt. Le trajet entre Quito et Mindo dure environ 2h.
Mindo fut notre coup de coeur du voyage tant par sa beauté que par son calme. Lors de notre séjour de deux jours, nous avons visité la ferme de papillons, effectué une superbe randonnée en tyrolienne et nous sommes réveillés aux aurores pour voir les oiseaux.

blog- Quito-Amazonie-tout-equateur (6 of 15)

Cuenca :
A partir de Quito, des bus de nuit permettent de rejoindre Cuenca en environ 8h. Cette ville typiquement coloniale est un joyau du sud du pays, l’ambiance y est paisible, les bâtiments et églises majestueux. On vous suggère vivement le musée Pumapungo qui est très riche et permet d’accéder aux ruines incas l’entourant.

blog- Quito-Amazonie-tout-equateur (7 of 15)
Un incontournable : une journée de visite au parc Cajas situé à 1h30 en bus de Cuenca. A cette altitude, il faut être chaudement vêtu et avoir préparé un casse-croute au préalable, néanmoins ça vaut le détour, les paysages sont à couper le souffle, et l’itinéraire de randonnée est plein de surprise. Un vrai coup de coeur!

blog- Quito-Amazonie-tout-equateur (8 of 15)

Alausi :
Après deux jours à Cuenca, nous avions décidé de nous rendre dans la ville d’Alausi afin de prendre le fameux train de la Nariz del Diablo. Le train est joli, confortable et les paysages vraiment sublimes. Néanmoins, le côté ultra touristique de ce trajet nous a déplu et notamment les attractions « artificielles » autour de la gare dans laquelle nous nous arrêtons pendant plus d’1h.

blog- Quito-Amazonie-tout-equateur (9 of 15)

blog- Quito-Amazonie-tout-equateur (10 of 15)

Riobamba :
La ville est agréable mais ne présente pas particulièrement d’intérêt hormis la visite du volcan Chimborazo. Nous conseillons le sublime hôtel « Casa 1881″ dans lequel l’accueil, les prestations et le confort étaient au top et pour un petit prix.
Nous sommes passés par une agence pour descendre le volcan et ses alentours en VTT pendant une journée, les sites archéologiques et paysages somptueux sont inoubliables. Une des meilleurs journées de notre séjour!

blog- Quito-Amazonie-tout-equateur (11 of 15)

Baños :
Nous sommes arrivés dimanche en milieu d’après-midi à Banos. La ville fourmille de monde le week-end mais devient beaucoup plus calme en semaine. Tout comme Mindo, une visite à Banos est l’occasion de faire de multiples activités sportives. Nous avons profité de notre séjour pour faire une demi-journée de rafting. C’était une expérience extraordinaire au milieu des Andes et de l’Amazonie pour un prix tout à fait raisonnable (25$ incluant le transport, les photos sur CD-Rom et le déjeuner). Ensuite, nous ne pouvions pas échappé à la fameuse route des cascades. Néanmoins, nous déconseillons de faire cette visite via les bus touristiques, qui ont pour seul but de vendre des activités annexes (tarabiata…). Enfin, nous avons passé un bon moment dans les bains chauds de la ville.

blog- Quito-Amazonie-tout-equateur (13 of 15)

Puerto Misahualli :
Si vous n’avez pas suffisamment de temps pour visiter l’Amazonie profonde, quelques jours à Puerto Misahualli permettent de profiter d’un excellent panorama de cette partie de l’Equateur. Nous avons logé au sein d’une communauté recommandée par Tout Equateur, qui nous a offert un chaleureux accueil, les bungalows étaient agréables et l’environnement dépaysant.

blog- Quito-Amazonie-tout-equateur (14 of 15)
Nous avons effectué une journée de marche au milieu de l’Amazonie avec un guide de la communauté, ponctuée par un retour vers la ville en pirogue, c’était superbe. Il était déjà temps de retourner à Quito pour notre vol retour…

 

Quito :
Cette dernière journée à Quito nous a permis de nous rendre au musée Quayasamin que nous n’avions pas eu le temps de faire lors de notre arrivée. Nous avons adoré la visite de ce lieu qui surplombe la ville.
Nous avons profité de nos derniers instants pour revoir l’équipe de Tout Equateur et leur raconter nos périples.

Merci encore pour vos précieux conseils!

blog- Quito-Amazonie-tout-equateur (15 of 15)

2 8852

L’Equateur (particulièrement sa partie montagneuse) est un véritable paradis pour les amoureux de nature et de grands espaces. La petite superficie du pays et les bonnes infrastructures donnent un accès assez simple aux sites naturels. La météo unique à chaque région permet la pratique de la randonnée tout au long de l’année. Le pays vous offrira un nombre incalculable d’itinéraires qui sauront s’adapter à votre niveau et à vos envies. De la randonnée immersive et sauvage de quelques jours pour admirer les paysages andins, à la balade tranquille et reposante, il ne vous reste plus qu’à chausser vos chaussures de rando et partir sur la chemin de la découverte ! Article-randonnées-treks-tout-equateur (5 of 5) Il est tout a fait possible de se promener de manière autonome dans le pays sans passer par une agence de voyage. Pour les treks ou randos qui nécessitent d’être accompagnés d’un guide, vous pourrez vous organiser sur place depuis de nombreux endroits (Quito, Riobamba, Latacunga, Cuenca…) en passant par des agences locales. Assurez-vous simplement que le guide soit reconnu. Article-randonnées-treks-tout-equateur (7 of 8) La question de savoir s’il est préférable d’entreprendre une randonnée avec guide ou sans guide dépend du niveau du trek envisagé et de votre expérience. Pour les grands aventuriers, mais surtout les trekkeurs chevronnés, certains itinéraires peuvent être abordés sans guide mais avec une bonne préparation en amont. Pour ceux d’entre vous qui ne sont pas habitués aux marches de plusieurs jours, la sécurité reste une priorité, il est préférable de louer les services d’un guide. Quelques conseils pour le randonneur en Equateur

  • Ne partez pas seul ! Il est dangereux de s’aventurer en solitaire en pleine nature peu importe l’endroit. Même si vous partez sans guide, préférez partir à plusieurs et pensez à prévenir l’hôtel dans lequel vous résidez ainsi que vos proches de votre itinéraire.
  • Préférez partir le matin car la météo est souvent plus clémente à ce moment de la journée.
  • Certaines portions de chemin passent par des propriétés privées. Demandez toujours l’autorisation pour traverser un terrain. Il vous sera parfois demandé de vous acquitter d’une petite participation pour entrer dans certains endroits. Idem pour le camping : ne plantez pas votre tente dans le jardin de quelqu’un sans demander l’autorisation. Et surtout respectez les lieux que vous allez investir !
  • Dans les zones habitées, méfiez vous des chiens en liberté.

Article-randonnées-treks-tout-equateur (4 of 5)  Le Quilotoa La boucle du Quilotoa est l’un des treks les plus connus d’Equateur. Il est très accessible et offre un panorama sur de beaux paysages andins. S’engager dans la boucle offre un certain confort par rapport à d’autres treks car chaque soir, vous aurez la possibilité de faire étape dans un petit village. Bref, un mélange parfait entre nature et rencontres humaines. La boucle se boucle en 4 jours, mais vous pouvez vous contenter d’une étape (portion Quilotoa - Chugchilan par exemple). Le trek peut se faire sans guide, mais en étant bien renseigné (cartes, indications), alors n’hésitez pas à nous demander conseils ! Pour ceux qui ont peu de temps, le tour du cratère du Quilotoa par les crêtes est également une belle expérience . Une balade de 5h environ autour du volcan le plus occidental du pays dont le cratère a été investi par des eaux turquoises formant une magnifique lagune. Il est également possible de descendre au fond du cratère,  aux rives de la lagune pour profiter du paysage et faire un peu de kayak si le cœur vous en dit. Article-randonnées-treks-tout-equateur (2 of 5) Pour un aperçu de la balade qui vous attend voici un blog de voyageur ainsi qu’une vidéo. Rucu Pichincha Ce volcan, situé au dessus de la capitale équatorienne, permet une bonne acclimatation à l’altitude et promet une vue imprenable sur Quito et ses alentours. Le TelefériQo (le téléphérique) vous emmènera depuis Quito jusqu’à la Cruz Loma (environ 4000m). De cet endroit, il est possible d’entreprendre la randonnée vers le sommet du Rucu Pichincha (4696m). La première partie se fait facilement à travers un paysage de landes d’altitude. La deuxième partie qui amène au sommet et surplombe le cratère est un peu plus technique (marche sur sable et cailloux) et comporte quelques passages vertigineux. Ce tronçon étant peu balisé, n’hésitez pas à demander votre chemin aux randonneurs qui redescendent ou suivez les traces de vos prédécesseurs. La randonnée n’est pas difficile mais demande d’être vigilent avec la météo. En cas de pluie, il est déconseillé de s’aventurer en direction du sommet. Pensez à vous équiper de bonnes chaussures, d’une petite laine et d’un vêtement de pluie. Voici un aperçu en vidéo de ce qui vous attend la haut Article-randonnées-treks-tout-equateur (4 of 8)   Le Parc National Cajas Ce parc national, situé à quelques kilomètres de Cuenca, fourmille de centaines de lacs d’origine glaciaire qui scintillent au milieu du páramo (landes d’altitude). C’est un endroit extrêmement sauvage qui se prête parfaitement à des randonnées d’un ou plusieurs jour(s) en pleine nature. Dans le parc, de nombreux itinéraires sont prévus et le refuge de la Toreadora, facilement accessible depuis la route, offre un joli point de vue sur la lagune en contrebas. Le camping est autorisé dans le parc, moyennant quelques dollars. Concernant les précautions à prendre, sachez qu’il vaut mieux partir avec un guide si vous souhaitez suivre les longs itinéraires. Renseignez-vous à l’entrée du parc pour savoir quelles randonnées peuvent être entreprises seul. Le brouillard épais peut être très désorientant et le froid peut être saisissant (prévoyez des vêtements adaptés).   La cascade de San Rafael et le Reventador Au nord-est de Quito, sur la route menant en Amazonie, et dans la partie orientale de la réserve de Cayambe-Coca, se trouve l’un des volcans les plus actifs ainsi que la cascade la plus haute du pays (150m). Les chemins qui gravitent autour de la cascade de San Rafael sont nombreux et vous permettront une immersion dans la forêt humide, pour une expérience différente des plaines andines. D’ici, d’autres innombrables cascades sont accessibles et il est possible de récupérer des sentiers menant au Reventador. Le lieu est idéal pour observer le volcan qui grondera au dessus de vous. De nuit, si le volcan le décide, le spectacle de sa lave rougeoyante sur les flancs est incroyable. C’est un lieu de balade encore peu emprunté, car plutôt isolé, mais qui permet d’embrasser une grande diversité naturelle dans les forets d’altitudes coincées entre les Andes et l’Amazonie.  Article-randonnées-treks-tout-equateur (2 of 8)   El Altar et le Parque Nacional Sangay Un trek inoubliable qui vous permettra d’approcher l’un des plus beaux volcans équatoriens. La marche passe par la vallée de Collanes pour arriver jusqu’à la caldeira du volcan formée par une ancienne éruption. Par beau temps, la vue sur les pics enneigés du volcan et sur la laguna amarilla est grandiose. Dans cette région on peut encore observer des condors. Le trek jusqu’à la Laguna Amarilla peut s’envisager sans guide, mais il est conseillé de partir accompagné car le lieu reste extrêmement sauvage et isolé, avec une météo qui peut être capricieuse (la zone est très arrosée). Le plus simple pour s’y rendre est de partir de Riobamba jusqu’à l’Hacienda Releche à 3200m. D’ici on peut se reposer et louer les services d’un guide.  Article-randonnées-treks-tout-equateur (2 of 2)   Trek du condor Cette randonnée de 4 jours vous conduira des flancs de l’Antisana, près de Papallacta jusqu’aux environs du Cotopaxi. C’est un des itinéraires les plus connus en Equateur. Si il est très couru, le trek requiert cependant une très bonne condition physique car le terrain est accidenté et certaines parties culminent à plus de 4000m. Il faut aussi noter que dans la région, la météo est très capricieuse et le terrain peut se transformer en une vaste étendue boueuse. L’aide d’un guide est vivement recommandée car l’orientation est difficile. Passés ces petits désagréments propres à la montagne, c’est un itinéraire qui vous promettra des paysages inoubliables et une expérience unique et sauvage au cœur du páramo équatorien. Article-randonnées-treks-tout-equateur (5 of 8)   Le chemin de l’Inca Ce chemin, d’une quarantaine de kilomètres, est une ancienne portion du chemin royal emprunté par les Incas pour relier Cusco à Tomebamba (actuelle Cuenca) alors centre administratif important de l’empire. Vous suivrez donc les pas de cette grande civilisation en partant du village d’Achupallas pour terminer aux ruines d’Ingarpica, important site archéologique Cañari, puis Inca. Au programme de cette marche de 2 à 3 jours : des panoramas somptueux, les scintillants lacs andins, des vestiges incas (ponts, murs…) et une incroyable sensation de remonter le temps ! Le trek étant assez long, les possibilités de se perdre sont importantes et c’est pour cela qu’il peut être judicieux de louer l’aide d’un guide. Un GPS,  des cartes et un bon équipement peuvent faire l’affaire pour les plus expérimentés. Article-randonnées-treks-tout-equateur (6 of 8)   Le Parc National Machalilla Pour ceux d’entre vous qui souhaiteraient changer de paysages et respirer l’air marin équatorien, sachez que les Andes n’ont pas l’exclusivité des randonnées. Situé sur la côte au centre du pays, le Parc National Machalilla vous donnera un aperçu de ce à quoi pouvait ressembler le littoral avant l’implantation massive des populations humaines dans la zone. Les chemins qui sillonnent le parc vous amèneront de plage en plage (notamment à la magnifique plage de Los Frailes). Vous pourrez aussi admirer des sites archéologiques et visiter la communauté indigène d’Agua Blanca. Le risque principal des randonnées dans le parc reste le soleil. Prévoyez crème mais aussi chapeau, et surtout de l’eau… beaucoup d’eau. Article-randonnées-treks-tout-equateur (1 of 5)   Le Parc National Podocarpus Situé à l’extrême sud du pays, près de la frontière péruvienne, ce parc s’étend des hauteurs andines jusqu’à la forêt équatoriale du côté amazonien. Le secteur haut du parc est jalonné de nombreux lacs au milieu d’un paysage typique de páramo, alors que les basses terres sont recouvertes de forêts humides et d’innombrables cascades. On y accède par Loja, Vilcabamba ou par Zamora pour la partie basse et l’entrée au parc coûte 2$. Les itinéraires dans le parc s’adaptent à tous les niveaux (balades à cheval possible) et l’ensemble du parc est un paradis pour l’observation de la faune, notamment les oiseaux (plus de 600 espèces recensées). La végétation qui couvre le parc présente de nombreuses espèces endémiques. Article-randonnées-treks-tout-equateur (1 of 2)   Le lagune de Cuicocha Près d’Otavalo et du village de Cotacachi, la laguna de Cuicocha présente les vestiges d’un ancien volcan aujourd’hui effondré et inondé. Les petits ilots qui se dressent sur le lac sont le résultat d’explosions volcaniques. Un sentier qui suit les rives du lac part du poste à l’entrée de la lagune. C’est l’endroit rêvé pour une balade dans une atmosphère bucolique. Une marche près de lagune (environ 4-5h) s’intègre très bien avec une visite du marché d’Otavalo. Un trek de plusieurs jours permet de rejoindre les lagunes de Mojanda, trois perles turquoises au pied du volcan Fuya Fuya. Article-randonnées-treks-tout-equateur (1 of 1)   Ne partez pas à la légère (l’équipement) La randonnée est une activité qui demande de la préparation et un équipement adéquat, surtout si vous comptez vous couper de la civilisation pendant quelques jours. Voici ce qu’il ne faut surtout pas oublier au risque de transformer votre balade en stage commando.

  • Bonnes chaussures de marche, bons vêtements de pluie.
  • Equipement de camping, si vous souhaitez planter la tente (un bon duvet, une tente solide, un réchaud à gaz).
  • Provisions de nourriture (nourriture déshydratée et barre de céréales sont un classique qui fonctionne bien) et d’eau en quantité nécessaire (prévoyez toujours pour un ou deux jours de plus si vous vous rendez dans des lieux sauvages). Pensez à vous approvisionner dans les villes avant de partir car les petits villages ont une offre bien moindre.
  • Crème solaire, chapeau, bonnet ou casquette pour se protéger contre le soleil d’altitude.
  • Anti-moustique (de nombreuses zones humides sont un terrain de jeu apprécié de ces petits insectes).
  • Trousse de premier secours
  • Matériel d’orientation. Les carte de l’IGM (institut géographique militaire équatorien) ne sont pas toujours très précises et actualisées mais peuvent, malgré tout, vous éclairer. A cela, ajoutez la boussole ou un GPS.

Si vous ne disposez pas de tout l’équipement dans vos bagages, il vous sera possible de trouver tout le nécessaire dans les grandes villes andines (Quito, Riobamba et Cuenca). Article-randonnées-treks-tout-equateur (3 of 5)

0 6335

Pour rejoindre les Galápagos, une seule solution : c’est l’avion. Trois compagnies aériennes (LAN, TAME, AVIANCA) desservent l’archipel et plus précisément Baltra (à 42km de Santa Cruz) et San Cristobal. Vous pourrez vous envoler depuis Quito ou Guayaquil.

Concernant les tarifs, il faut généralement compter entre 450 USD et 550 USD par adulte pour un aller-retour. Attention, il faut savoir qu’il y a des tarifs différents pour les étrangers et les nationaux ou résidents titulaires d’une « cédula » (carte d’identité équatorienne).

Comptez 2h00 pour les vols directs Guayaquil-Baltra et Quito-Baltra (cependant les vols avec escale à Guayaquil sont fréquents) et environ 2h10 pour les vols directs Guayaquil-San Cristobal.

Côté horaires, voici quelques indications :

  • Compagnie LAN

vols aller LAN

vols retour LAN
Attention :

- Les vols « tarifa base » sont réservés aux nationaux et aux résidents titulaires d’une « cédula » ; de même qu’une grande partie des promotions.

- Pensez à bien sélectionner votre pays d’origine.

Aller-aux-Galápagos-tout-equateur (2 of 2)

- Les horaires des vols peuvent changer.

  • Compagnie TAME

vols aller TAME

vols retour TAME
Attention :

- Ne pas cocher la case « Equatoriens ou résidents » (titulaires de la « cédula »).

Aller-aux-Galápagos-tout-equateur (1 of 2)

- Les horaires des vols peuvent changer.

  • Compagnie AVIANCA (Aérogal)

vols aller AVIANCA

vols retour AVIANCA
Attention :

- Les vols « tarifa base » sont réservés aux nationaux et aux résidents titulaires d’une cédula ; de même qu’une grande partie des promotions.

- Les horaires des vols peuvent changer.

A l’aéroport de Quito et de Guayaquil :

N’oubliez pas de vous présenter 2h00 avant votre vol pour les Galápagos, à l’aéroport de Quito ou de Guayaquil.

Avant d’enregistrer vos bagages, vous devez vous rendre au guichet Ingala (Instituto Nacional Galápagos) pour vous faire enregistrer et obtenir la TCT « Tarjeta de Control de Transito » (20 USD par personne) puis passer le 1er contrôle de bagage par SICGAL pour vérifier qu’aucun aliment frais, animal ou plante ne pénètre sur l’archipel. Enfin, vous pourrez enregistrer vos bagages et retirer votre carte d’embarquement.

Aller-aux-Galápagos-tout-equateur (1 of 8)

Une fois aux Galápagos :

Une fois aux Galápagos, vous devrez vous acquitter d’une taxe d’entrée au parc national des Galápagos de 100 USD par adulte et 50 USD pour les enfants (-12 ans). Ce droit d’entrée est à régler en espèces.

N’oubliez pas de reculer vos montres d’une heure. Eh oui, il y a un décalage horaire entre l’archipel et le continent; quand votre montre indique 11h en Equateur, il est 10h aux Galápagos.
Aller-aux-Galápagos-tout-equateur (8 of 8)

Si vous avez choisi de visiter les îles Galápagos en croisière, votre guide ou un représentant de votre opérateur de croisière vous attendra dans le hall de l’aéroport.

Si vous avez choisi de découvrir les îles par vous-mêmes, vous trouverez ci-dessous plus d’explications pour vous rendre sur l’île Santa Cruz à Puerto Ayora ou à Puerto Baquerizo Moreno (si vous atterrissez sur San Cristobal).

Aller-aux-Galápagos-tout-equateur (5 of 8)

Une fois à l’aéroport de Baltra, comment rejoindre Puerto Ayora (Santa Cruz) ?

Un bus est mis à votre disposition pour rejoindre le canal Itabaca depuis l’aéroport (10 minutes de trajet). Ce bus est gratuit et les horaires sont fixés en fonction des arrivées des vols. Une fois au canal d’Itabaca, un bac relie Baltra et Santa Cruz. La traversée est très rapide, elle coûte 1 USD par personne. Ca y est, vous êtes sur l’île Santa Cruz, mais il vous reste encore 42km à parcourir pour atteindre Puerto Ayora. En général, des bus attendent et vous déposeront au centre ville de Puerto Ayora en 45 minutes. Le billet est à 2 USD par personne. Vous pouvez également prendre un taxi, cela vous coutera environ 15-20 USD.

Pour le retour Puerto Ayora-embarcadère pour Baltra, les bus partent du terminal terrestre.

Aller-aux-Galápagos-tout-equateur (2 of 8)

Une fois à l’aéroport de San Cristobal, comment rejoindre Puerto Baquerizo Moreno ?

Rien de plus facile puisque l’aéroport se situe à 500m de la ville. Vous pouvez donc vous y rendre à pied ou en taxi pour quelques dollars.

Comment circuler entre les îles habitées ?

Vous pouvez circuler facilement de Santa Cruz à Isabela et de Santa Cruz à San Cristobal. Vous pouvez rejoindre ces îles  en avionnette ou en bateau.

  • En bateau (compter 30-35 USD/pers pour une traversée ):

Santa Cruz-Isabela: tous les jours à 7h00 et 14h00 (2h à 3h de trajet)

Isabela-Santa Cruz: tous les jours à 06h00 et à 14h00 (2h à 3h de trajet)

Santa Cruz-San Cristobal: tous les jours à 07h00 et à 14h00 (2h à 3h de trajet)

San Cristobal-Santa Cruz: tous les jours à 07h00 et à 15h00 (2h à 3h de trajet)

Attention :

- Les horaires peuvent changer en fonction de la saison.

- Il n’y a pas de traversée directe entre Isabela et San Cristobal, il faut repasser par Santa Cruz.

- Il est préférable de réserver vos traversées avec un peu d’anticipation (1 ou 2 jours à l’avance).

  • En avionnette (5 à 8 places généralement) :

La compagnie Emetebe assure des liaisons aériennes :  (www.emetebe.com.ec).

Attention, en général vous ne pourrez pas emmener plus de 11kg de bagages.

Les prix varient souvent entre 120 USD et 170 USD (en fonction de la liaison).

Pour faire quelques économies, n’hésitez pas à consulter tous nos bons plans Galápagos  pour des séjours terrestres et des croisières !

Voilà, vous savez tout (ou presque…) sur la façon de vous rendre sur l’archipel. Si vous avez besoin d’infos complémentaires, n’hésitez pas à poser vos questions sur le forum.

Bonne découverte des Galápagos !

Aller-aux-Galápagos-tout-equateur (7 of 8)

1 1961

Voici le carnet de route de Lénaïc dans lequel il partage avec nous son expérience sous-marine aux Galápagos.
Une immersion de 7 jours pendant laquelle il a pu s’adonner à quelques plongées spectaculaires notamment sur Darwin et Wolf, les deux iles les plus isolées de l’archipel.
Au programme requins baleine, véritables bancs de requins marteau, raies manta, dauphins… bref que du beau monde !
Allez, on enfile ses palmes et on part découvrir ce monde extraordinaire.

Pour suivre les aventures de Lénaïc autour du monde en vidéo rendez-vous sur sa page Facebook Ma première fois autour du monde.

blog-plongée-Galápagos-tout-equateur (4 of 6)

JOUR 1 : Départ pour Baltra avec le DIVEMASTER LUIS afin d’aller chercher les personnes qui m’accompagneront sur le bateau à l’aéroport. A l’issu départ pour la petite ile de Mosquera afin que tout le monde puisse tester son matériel de plongée. Par chance nous apercevrons 2 requins marteaux ! De bonne augure pour la suite de l’aventure ! A l’issu de ce test nous voila parti pour l’ile de Bartolome.

JOUR 2 : Nous y voila! Premier vrai jour de plongée ! Levé 6h00 du matin et première plongée a 7h00 du matin ! Les suivantes seront a 10H et 13H. Au menu du jour quelques Eagle Ray, requins à pointes blanches et quelques Lions de mer. Après les plongées départ pour les choses sérieuses ! WOLF !

blog-plongée-Galápagos-tout-equateur (3 of 6)

JOUR 3 : Arrivée à WOLF au petit matin pour une journée de 4 plongées ! Nous y verrons des dizaines de requins marteaux à quelques dizaines de mètres et une trentaine de dauphins ! Bonne journée en perspective !

JOUR 4 : DARWIN ! Nous y voilà ! L’ile qui doit son nom à ce grand scientifique ! 4 plongées programmées sur cette journée et par chance nous y verrons au total 5 requins baleines sur la journée ! Un lieu magique et mythique ! Mais mon préféré reste malgré tout WOLF.

blog-plongée-Galápagos-tout-equateur (1 of 6)

JOUR 5 : Quand on parle du Loup, nous revoilà à WOLF ! Mon site préféré et je ne vais pas être déçu car cette fois ci ce n’est pas dix, vingt, trente mais pas loin de 200 requins marteaux à seulement 5 mètres de moi qui vont défiler pendant 15 minutes sur chacune des deux premières plongées du jour ! La troisième sera sans intérêt quand on a connue cette expérience !

blog-plongée-Galápagos-tout-equateur (6 of 6)

JOUR 6 : Je me trouve désormais au nord ouest de l’ile d’Isabela pour faire deux plongée sur le site de PUNTA VICENTE ROCA. L’eau y est très froide je n’en ferai finalement qu’une avec une rencontre d’un MOLA MOLA mais rien de plus.
Nous nous rendons ensuite pour le milieu d’après midi à CAPE MARSHALL ou l’on espère croiser des Raies, mais à notre grand désarroi nous ne verrons « que » des Lions de mer.

JOUR 7 : Nous y voila, nous arrivons a la fin du séjour avec le site de Pitzon réputé pour les raies manta. Malheureusement nous ne verrons rien sur les deux plongées du jour.

Pour vivre le séjour de Lénaïc en vidéo, rendez-vous sur Youtube pour des images à couper le souffle !

blog-plongée-Galápagos-tout-equateur (2 of 6)