Découvrez, Vivez, Partagez!
Authors Posts by Nicolas P

Nicolas P

3 POSTS 0 COMMENTS

0 4131

Isinliví, 1er jour
10h. Je quitte l’hostal Mama Hilda, après un petit déjeuner assez typique du pays : œufs brouillés, pain brioché généreusement tartiné de beurre et de confiture, céréales et yogourt (ou lait au choix), jus de fruits fraîchement mixés et café ou thé. Il est si copieux que je peux facilement tenir jusqu’au soir !
Je prends ce matin la direction d’Isinliví, petit village situé au nord-est de Chugchilán. Avant de partir, je demande à Dario s’il n’aurait pas en réserve une carte de l’itinéraire que je m’apprête à emprunter. Il me dégotte la photocopie d’une carte plutôt très imprécise… C’est mieux que rien. Ah, que je regrette nos belles cartes IGN au 1:25000ème ! En même temps, ça donne à la balade un petit côté aventurier qui me plaît bien.
Me voilà donc reparti, mon sac sur le dos. J’emprunte une route non asphaltée pendant un moment puis bifurque sur un petit sentier après vérification auprès d’un habitant du coin. Le paysage qui défile lentement sous mes yeux est toujours aussi spectaculaire, malgré les nuages qui grisent un peu le tableau…

blog-Isinlivi-Nicolas-tout-equateur (1 of 21)

Rideau de pluie sur la verte campagne équatorienne

blog-Isinlivi-Nicolas-tout-equateur (2 of 21)

Habitation typique des campagnes équatoriennes

Je tombe une demi-heure plus tard sur un homme assis devant sa maison. Je lui demande confirmation que je suis en bon chemin puis nous nous mettons à discuter. Il m’indique à quelques dizaines de mètres de là un belvédère aménagé que je n’avais pas encore vu et m’y accompagne. Je tombe instantanément sous le charme du panorama qui s’offre à moi : un profond canyon (toujours le Toachi) s’étire sur 180° en contrebas, filant vers le Pacifique en tailladant le plateau.

blog-Isinlivi-Nicolas-tout-equateur (4 of 21)

Canyon du Toachi

Miguel est agriculteur et charpentier/sculpteur à ses heures. Il crée de jolis tableaux en bois sculptés puis peints à la main. Nous bavardons pendant trois bons quarts d’heure devant ce fabuleux paysage. Miguel redescend. Je reste de mon côté encore une bonne demi-heure à attendre que le soleil daigne se montrer entre les nuages pour photographier ce tableau. Il n’est pas décidé aujourd’hui, c’est bien dommage !

blog-Isinlivi-Nicolas-tout-equateur (3 of 21)

Miguel devant son paysage quotidien…

13h. C’est reparti. Je passe dire au revoir à Miguel dans son atelier puis entame la descente du canyon, sur un sentier pentu et ensablé. J’arrive assez rapidement au fond du canyon et tombe sur une chapelle jouxtant une école en pleine effervescence. Les enfants, tous revêtus de leur tenue d’écolier, jouent dans la cour. Qu’il est agréable de naviguer dans ce décor et d’observer la vie quotidienne de ses habitants ! Je poursuis vers l’aval sur un chemin de terre. Des enfants traînent des branchages en direction de l’école pour je ne sais quelle raison (allumer un feu me semblant être la plus probable). J’essaie de prendre une photo de cette scène un peu originale, sans demander l’autorisation je l’avoue (il aurait été très difficile d’être spontané et de saisir l’instant si j’avais arrêté les enfants pour leur demander…). L’un des écoliers me demande 200$ pour la photo en passant à ma hauteur, puis cinq, puis un dollar. Le petit audacieux a tenté le coup !

blog-Isinlivi-Nicolas-tout-equateur (5 of 21)

Enfants portant des branchages vers l’école

Je poursuis mon chemin, m’enfonçant de plus en plus dans le canyon. Je croise un homme à pied menant des chevaux bâtés de lourdes planches en bois traînant sur le sol… Vision d’un autre temps. J’arrive au même moment au niveau d’un superbe pont suspendu au-dessus du Toachi.

blog-Isinlivi-Nicolas-tout-equateur (6 of 21)

Chevaux transportant des planches de bois

Avant de me m’aventurer sur le pont de singe (le plancher ne m’a pas l’air très solide…), je jette un coup d’œil à ma carte et me rend compte qu’il y a un autre pont un peu plus loin (« logbridge » que je traduis par « pont fait de rondins »). Je décide de poursuivre, espérant que l’édifice est toujours là et qu’il est en état. L’adrénaline commence à monter en moi. Cet itinéraire est à l’évidence très peu fréquenté, le sentier est à peine marqué par endroit et la signalétique est plus que fragmentaire (quelques flèches défraîchies de ci de-là)… Je n’ai qui plus est croisé aucun autre randonneur jusqu’à présent. Et si je me perdais dans ce joli décor ?…

blog-Isinlivi-Nicolas-tout-equateur (7 of 21)

Pont suspendu au-dessus du Toachi

L’autre pont est bien là : un simple tronc d’arbre abattu au-dessus de la rivière. C’est un passage de fortune mais c’est du solide. Je traverse sans aucune difficulté, content d’être passé en rive droite et de progresser.

blog-Isinlivi-Nicolas-tout-equateur (8 of 21)

Tronc d’arbre faisant office de pont

Je perds momentanément le sentier au niveau d’un pré où paissent quatre chevaux (tous attachés par une patte, comme la plupart des animaux domestiqués ici). Pas de panique, mon fil d’Ariane est forcément quelque part ! Je me rends compte qu’un glissement de terrain l’a coupé sur quelques mètres. Je poursuis le long du Toachi puis commence à m’élever sur le versant est du canyon.

blog-Isinlivi-Nicolas-tout-equateur (9 of 21)

Habitation isolée dans le canyon du Toachi entourée de petits champs de maïs

Des sentiers courent un peu dans tous les sens. La signalétique a totalement disparu. Mais qui gère donc cet itinéraire ?! Je suis mon instinct, essayant de garder le cap vers l’Est. J’aperçois bientôt un village en contre-haut. Je me dis que ça ne peut être qu’Isinliví, même si le doute subsiste. J’arrive à un embranchement. Droite ou gauche ? Droite. J’entame une montée raide dans un goulot étroit et fortement ensablé puis débouche sur un petit plateau enherbé. Je vois que je me suis éloigné du village et décide de redescendre jusqu’à la patte d’oie pour emprunter l’autre sentier. Je me sens de nouveau sur les rails et poursuis l’ascension…

blog-Isinlivi-Nicolas-tout-equateur (10 of 21)

Sentier ensablé quelque peu… étroit !

Au bout d’une bonne heure de marche, j’atteins enfin un chemin de terre dont les lacets mènent à l’évidence tout droit au village. Je croise des écoliers en train de redescendre vers leurs maisons respectives, disséminées un peu partout dans la campagne. Encore une vision d’un autre temps. Des images de « La petite maison dans la prairie » me reviennent en tête, quand Laura et ses frères et sœurs se rendaient à l’école à pied, en suivant eux aussi un chemin de terre et en coupant à travers champ… Je demande à l’un des enfants s’il le village est bien celui que je crois. « Sí señor». Ouf ! Je grimpe, je grimpe. Les mollets commencent à tirer un peu et le sac à peser sur les épaules.
Vers 16h, j’atteins enfin le village et tombe directement sur l’hostal tant convoité ! Alix, volontaire néo-zélandaise en charge de l’hostal en l’absence de sa propriétaire, m’accueille chaleureusement. Je tombe instantanément sous le charme du lieu : un ancien corps de ferme entièrement restauré, meublé et décoré avec beaucoup de goût. La salle à manger est entièrement vitrée, offrant un panorama superbe sur la campagne environnante. L’hostal est qui plus est « eco-friendly » (toilettes sèches, consommation raisonnée d’eau et l’électricité, etc.). et reverse un pourcentage de ses bénéfices à la communauté locale.

blog-Isinlivi-Nicolas-tout-equateur (13 of 21)

Hostal Llullu Llama

J’opte pour un lit à l’étage (qui accueille un dortoir et quelques loges semi-privatives) et y prends mes quartiers. 19$ avec dîner et petit-déjeuner : rapport qualité/prix excellent. Un couple d’Allemands (Robert et Micaela) arrivent peu de temps après moi. Nous ne serons que trois ce soir à partager l’hostal et la compagnie d’Alix. C’est décidément une période calme dans la micro-région !

blog-Isinlivi-Nicolas-tout-equateur (12 of 21)

Salle à manger de l’hostal Llullu Llama

19h. Nous passons à table et là, l’hostal grimpe encore dans mon estime ! Gladys, cuisinière hors pair, nous a en effet concocté un délicieux et copieux dîner : soupe de quinoa, gratin dauphinois, gâteau… Je me régale et partage un très agréable moment avec mes trois convives.
21h30. Je me glisse dans un lit incroyablement douillet, repu de ce festin de nourriture, de conversations et de découvertes ! C’est décidé, demain, je reste une journée de plus à Isinliví pour profiter à nouveau, le temps d’une soirée et d’une nuit, de ce havre de bien-être…

blog-Isinlivi-Nicolas-tout-equateur (11 of 21)

Les lits douillets du premier étage…

Isinliví, 2ème jour
Je profite de cette journée « off » pour partir explorer les environs du village d’Isinliví.

blog-Isinlivi-Nicolas-tout-equateur (14 of 21)

Le village et ses environs

Je tombe en chemin sur quelques jolies espèces végétales.

blog-Isinlivi-Nicolas-tout-equateur (16 of 21)

Une espèce aux petits chaussons jaune d’or…

blog-Isinlivi-Nicolas-tout-equateur (17 of 21)

Jolie fabacée aux fleurs bleues

En me baladant au milieu des pâtures, je tombe aussi sur deux lamas plutôt sympas…

blog-Isinlivi-Nicolas-tout-equateur (15 of 21)

Lamas : Sont-ils pas mignons ces deux là ?

Le soleil n’est pas très décidé aujourd’hui malheureusement et le temps se gâte dans l’après-midi. Je rentre au bercail vers 15h. Peu de temps après, le brouillard envahit le village et une petite averse se met à tomber. Je suis bien content d’être au chaud et au sec !
S’ensuit une soirée tranquille à l’hostal en compagnie d’Alix et de deux nouveaux hôtes (canadiens anglophones). Le repas est un régal, comme la veille… Extinction des feux vers 22h.
Ah, j’allais oublié cette jolie petite bouille : Mélanie, la fille de Gladys, qui a passé un peu de temps avec nous… Des yeux qui pétillent pour une fillette pleine de vie !

blog-Isinlivi-Nicolas-tout-equateur (18 of 21)

Mélanie

Latacunga
9h : je mets les voiles et dis adieux à l’hostal Llullu Llama et Isinliví où j’aurais passé de très agréables moments. Aujourd’hui, je dois rejoindre Sigchos, bourgade située à une douzaine de kilomètres au nord d’Isinlivi, pour y prendre un bus et rejoindre Latacunga. Pour cela, il me faut emprunter pendant environ 3 heures une route non asphaltée serpentant comme un diable dans le relief tourmenté. Je traverse une troisième et dernière fois le canyon du Toachi, toujours aussi beau.

blog-Isinlivi-Nicolas-tout-equateur (19 of 21)

Merveilleuse campagne de la Sierra équatorienne

Je crois régulièrement des gens en plein travail dans les champs. Mon regard s’arrête sur un homme en train de butter des pieds de pomme de terre. Ici, les tracteurs sons rares et les travaux se font bien souvent à la force des bras… et des jambes pour braver les pentes souvent très prononcées.

blog-Isinlivi-Nicolas-tout-equateur (20 of 21)Le dur labeur des campagnes…

12h30. J’atteins, après une longue montée en lacets, le bourg de Sigchos. Contrairement à Isinliví, c’est un endroit plutôt glauque, sans charme. On sent aussi qu’il est davantage rattaché à la civilisation, route asphaltée oblige. Je me rends compte qu’il y a beaucoup de petits terrains à vendre, sans trop comprendre pourquoi ici plus qu’ailleurs. Étant en avance sur l’horaire de mon bus, je me promène. Les gens me regardent souvent de la tête aux pieds, comme si je débarquais de la planète Mars. Ils ne croisent pas beaucoup de touristes par ici, ça saute aux yeux.

blog-Isinlivi-Nicolas-tout-equateur (21 of 21)

Je rejoins la gare routière et retrouve David et Jessica, les deux canadiens de l’hostal qui ont préféré louer les services d’une camioneta pour rejoindre Sigchos (10$). Notre bus part comme prévu à 14h30. S’ensuit une bonne heure et demi de route pour rejoindre Latacunga.
J’ai presque l’impression de rentrer chez moi lorsque j’arrive à la porte de l’Hostal Central. Je retrouve avec plaisir Viola, la propriétaire et Rocio, qui gère l’intendance. Je suis content aussi de récupérer mon sac à dos, resté en lieu sûr dans l’appartement de Viola. J’ai de nouveau une chambre donnant sur la place centrale de la ville. Je me pose quelques heures puis ressors en début de soirée pour dîner (encore un repas qui cale bien pour une bouchée de pain !).
Je me couche vers 23h, heureux d’avoir bouclé ce superbe itinéraire…

Pour suivre les aventures de Nico en Equateur et tout autour du monde… Rendez-vous ici !

0 15371

Baños, 1er jour

Je quitte l’Hostal Central vers 10h ce matin, non sans regret. Même si l’endroit n’est pas un quatre étoile, j’aurai vraiment apprécié les deux jours passés ici et la gentillesse de Viola, sa gérante, et de Rocio, son intendante. J’ai dû faire bonne impression à Viola car elle m’offre avant de partir un petit cadeau (châle traditionnel en laine d’alpaga)… Embrassades puis me voilà reparti à vadrouiller avec mes deux sacs, le petit devant, le gros derrière. L’adrénaline se remet à couler dans mes veines. Sentiment grisant de repartir vers un nouvel horizon sans trop savoir ce qui m’y attend… L’impression de vraiment voyager, en laissant une part de choix à l’Inconnu…

Je monte rapidement dans un bus qui me conduit en une petite heure à Ambato, situé, comme Latacunga, sur la Panamericana (l’axe routier parcourant les deux continents américains du Nord au Sud). Mais Ambato n’est qu’une escale : je remonte sans tarder dans un bus pour Puyo en direction de l’est.

12h30. Me voilà fraîchement débarqué à Baños, petit ville balnéaire très connue dans le pays. La taille de cette bourgade tranquille, nichée au fond d’une large et profonde vallée, me plaît d’emblée. On respire ici un air plus pur qu’à Quito ou Latacunga. Les rues sont moins congestionnées par les voitures et les bus. Les gens ont l’air plus accueillants aussi, leurs regards moins inquisiteurs. La présence du Tungurahua, volcan culminant à plus de 5000 m d’altitude, n’est pas étrangère à l’aura que dégage cette petite cité. On n’a beau ne pas le voir, on sent sa présence… Le cratère est à moins de 10 kilomètres à vol d’oiseau !

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (20 of 23)Ambiance des petites rues colorées de la ville…

Dès ma sortie du bus, je me mets en quête de trouver l’hostal que j’ai pré-sélectionné grâce à mon guide. J’ai jeté mon dévolu sur Llanovientos, un hostal offrant une vue royale sur la ville. Baños regorge d’hostals. Il y en a, sans exagérer, au moins un à chaque coin de rue. C’est assez ahurissant ! Gandi, le propriétaire de Llanovientos, estime qu’il y en a 200, et je pense qu’il ne doit pas être très loin du compte ! Pour une ville de 20 000 habitants, ça donne quoi ? Eh bien, un hostal pour 100 habitants. Ahurissant, c’est bien ce que je disais !

Il faut dire que Baños est fréquentée aussi bien par les touristes que par les locaux qui affluent des quatre coins de l’Équateur pour venir se détendre dans ses bains ou profiter de toutes les activités qui y sont accessibles : randonnées à pied, à cheval ou à vélo, escalade, canyoning, saut à l’élastique, canopy (ou comment traverser le vide accroché à un câble allongé sur le ventre…), etc. J’ai d’ailleurs souvent entendu Baños être qualifié de « ville des sports extrêmes ».

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (22 of 23)Hostal Llanovientos, dans la partie haute de la ville

J’arrive donc à cet hostal où je suis reçu par Gandi et Marie, son employée. Je négocie une chambre au premier étage avec vue sur la ville pour 10$ (au lieu de 12). Le panorama depuis la fenêtre est superbe ! Je peux même voir la cascade qui abreuve les bains de la Vierge où j’ai hâte de me rendre…

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (23 of 23)Vue depuis ma chambre au premier étage de l’hostal Llanovientos

C’est débarrassé de mon fardeau que je redescends dans le centre-ville pour manger un bout et me familiariser avec l’endroit. J’essaie de trouver une agence pour partir faire un tour en Amazonie depuis Baños mais le seul qui soit vraiment intéressant (forêt primaire) semble se trouver à l’Est de Quito et il faudrait donc remonter vers la capitale pour s’y rendre… Ce n’est pas logique dans mon parcours, ma direction étant le Sud. Tant pis, je tenterai l’Amazonie depuis le Pérou ou la Bolivie.

En fin d’après-midi, sur le coup des 16h30, je me mets en quête de monter au point de vue surplombant la ville à l’Est et portant le nom plutôt évocateur de Bellavista. Après avoir tâtonné un peu, je tombe enfin sur le sentier qui permet d’y accéder. Ma motivation à atteindre le point de vue enfle à mesure que les nuages se dissipent. Et si je réussissais à voir le Tungurahua depuis ce belvédère ? Une petite demi-heure plus tard, j’atteins le point de vue. Le panorama sur la ville est superbe mais c’est surtout ce qui se passe au-dessus qui attire mon attention. Le volcan ! Quelques filets de nuage le masquent un peu mais il est bien là !

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (1 of 23)Le Tungurahua se dégage en fin d’après-midi…

L’occasion est trop belle. Je continue l’ascension, sachant qu’il existe une route pour monter jusqu’à un autre belvédère situé au niveau de la Casa del Árbol (2630 m d’altitude), dont le nom m’intrigue. Je grimpe à bon rythme, poussé par l’envie de voir le volcan d’aussi près que je le pourrai. L’heure tourne et le soleil décline rapidement. J’ai la chance de pouvoir admirer, au détour d’un virage, une superbe vue sur le volcan. Je parcours une paire de kilomètres sur la route asphaltée.

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (2 of 23)Le Tungurahua… sublime !

A 18h, je ne suis plus qu’à 2 km de la Casa del Árbol. Une voiture monte à bonne allure. Je lui faire signe de s’arrêter. Autant terminer en stop si je veux avoir une chance de voir le volcan depuis le belvédère car il fera bientôt nuit. Le conducteur et sa passagère, tous deux de Guayaquil (la plus grande ville du pays), sont en vacances à Baños et ont ce soir le même objectif que moi : voir le volcan. C’est chose faite lorsque nous débarquons à la Casa del Árbol. Même si le soleil est déjà passé sous l’horizon, la vue sur le Tungurahua complètement dégagé vaut le détour. La petite maison perchée dans l’arbre a son charme aussi… Je fais un tour de balançoire au-dessus du vide face au monstre.

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (3 of 23)Casa del Árbol, au pied du Tungurahua

Il fait presque nuit lorsque nous retournons à la voiture. J’avais prévu de redescendre à la frontale mais la voiture offre une option qu’il est difficile de refuser. Nous faisons un petit détour par Bellavista pour admirer la ville dans sa parure de nuit. Superbe ! Je sens vraiment que je vais me plaire à Baños !

Fin d’une journée bien remplie.

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (4 of 23)Ville illuminée, vue depuis le mirador de Bellavista

Baños, 2ème jour

Quelle journée que celle que je viens de vivre ! Probablement la plus riche en émotions et découvertes depuis le début de l’aventure…

Réveil vers 6h30. Baños est déjà en ébullition : les coqs s’égosillent, les chiens aboient pour une raison qu’ils sont seuls à connaître, une alarme de voiture vocifère… Les voitures émettent des sons un peu bizarres dans ce pays, on se croirait parfois dans un jeu vidéo… C’est un peu agaçant après une demi-heure sans interruption mais ça fait partie du paysage sonore du lieu alors j’essaie de savourer l’ambiance…

7h30, je descends au centre-ville, situé à deux pas, pour prendre un bon petit déjeuner avant d’attaquer la journée. Après avoir tourné un peu, je jette mon dévolu sur un petit resto faisant face à la place centrale, joliment entretenue. Pain, beurre, confiture, œufs brouillés, le tout arrosé d’un bon café et d’un jus de maracudja. Le petit-déjeuner lambda ici en fait.

Sur le coup de 8h, je file chez Sixto pour récupérer le vélo que je lui ai réservé la veille. 8$ pour avoir à disposition un vélo de compét’ jusqu’à 21h ce soir. Nickel ! Me voilà parti pour la Ruta de las Cascadas, un incontournable à Baños. Le principe est simple : il suffit de se laisser porter par la route en direction de Puyo et de s’arrêter en chemin pour admirer les chutes d’eau dont regorge la vallée.

Il se met à pleuvoir. J’enfile ma veste de pluie et protège mon sac à dos d’un sur-sac. Me voilà paré pour le mauvais temps qui a l’air de s’installer… Je parcoure un peu les rues de la ville – j’avais presque oublié à quel point il est agréable de se déplacer à vélo – puis attaque la descente. J’aperçois très vite le visage familier d’un homme perché lui aussi sur un vélo. Mais oui, c’est bien Robert, l’Allemand sympa que j’avais rencontré à Insinliví, à l’hostal Llullu Llama ! Se femme, Micaela, le suit de près. J’étais parti pour faire cette route seul mais le sort en décide autrement ! Je me joins à eux.

La descente est particulièrement grisante. Ça circule pas mal mais les gens ont l’air de faire plutôt attention. Ils doivent avoir l’habitude (ce parcours en vélo est très fréquenté) et, si ce n’est pas le cas, des panneaux se chargent de leur rappeler qu’il faut partager la voie avec les cyclistes.

Premier arrêt à la Cascada de Agoyán. Nous attachons nos vélos à un garde-corps puis grimpons dans un téléphérique (1,50$ AR) qui nous conduit de l’autre côté de la vallée en passant juste au-dessus de la cascade. Il y a en fait deux chutes d’eau (l’une formée par la rivière Pastaza et l’autre par une rivière affluente à celle-ci). Joli spectacle. Retour sur la rive gauche par le téléphérique. Nous reprenons les vélos et poursuivons.

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (5 of 23)Téléphérique au-dessus de la Cascada de Agoyán

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (6 of 23)Cascada de Agoyán

Nouvel arrêt un peu plus bas au niveau d’un stand de canopy. La gérante nous appâte : « Celui-ci fait 1000 m de longueur, c’est le plus long du pays ! ». Je demande le tarif par curiosité, m’attendant à quelque chose comme 20-30$. C’est 10$ seulement. J’essaie de convaincre Robert d’y aller aussi mais ça ne le tente pas, il a le vertige. Je me lance, Robert et Micaela acceptant sans problème de garder mes affaires le temps de passer (il n’y a pas foule, je suis le seul). La femme m’harnache puis me lâche le long du câble en me spécifiant bien qu’il faut que je garde en permanence les mais ouvertes face au vent pour freiner la chute. Belles sensations ! Petit frisson cependant à l’idée qu’une défaillance du système signerait sans nul doute ma fin… Un homme me réceptionne en bas, me détache puis me remonte avec son 4×4 au point de départ.

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (7 of 23)Je me lance ! (canopy)

C’est reparti pour la descente à vélo. La vallée, truffée de petites cascades, est vraiment magnifique.

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (8 of 23)La superbe vallée du Pastaza

Le temps, peu engageant se matin, vire discrètement mais sûrement au beau. Nous atteignons peu de temps après la cascade Manto de la Novia. Il faut pour s’y rendre prendre un téléphérique puis un grand pont suspendu. Jolie cascade là encore.

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (9 of 23)Cascada Manto de la Virgen et son pont suspendu

Cette fois-ci, pas de retour par le même câble. On peut en effet faire une boucle en empruntant un autre téléphérique situé plus en aval. Petite marche sympathique dans la forêt tropicale qui me replonge dans les sous-bois de Basse-Terre, la belle sauvage guadeloupéenne… Le chemin est parfois très boueux. Je cueille quelques goyaves en chemin. Quel délice de manger ce fruit goûtu directement sur site ! Nous atteignons le second téléphérique en une petite heure. Robert fait sonner la cloche pour avertir l’opérateur qui se trouve sur l’autre berge. Nous traversons de nouveau la rivière puis remontons à pied le long de la route pour récupérer nos vélos.

Il est 14h passés lorsque nous arrivons à la cascade la plus célèbre des environs : El Pailón del Diablo. Et quelle cascade ! J’avoue que je ne m’attendais pas du tout à une cascade aussi impressionnante… Sa réputation est largement justifiée : je suis face à une véritable merveille. Jamais je n’ai vu une chute d’eau aussi puissante ! Et ce qui est génial, c’est qu’on peut s’en approcher à mi-hauteur. De près, de très près. De quoi se faire rincer en beauté si on a un peu chaud… Parfait pour apprécier la puissance de cette force de la nature. L’impression d’avoir un avant-goût en miniature des Chutes d’Iguaçu, où j’essaierai de me rendre à la fin de mon périple en Amérique du Sud si j’en ai le temps.

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (10 of 23)L’incroyable cascade El Pailón del Diablo

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (11 of 23)El Pailón del Diablo : une force de la Nature !

Je reste de longues minutes à admirer cette beauté et à prendre des photos. L’accès rive gauche est situé plus près du pied de la chute. J’ai très envie de m’y rendre. Pour cela, il me faut remonter jusqu’à la route puis descendre le long d’un sentier forestier pendant un bon quart d’heure pour atteindre l’entrée (1,50$ comme pour l’autre rive). Robert et Micaela ont préféré se poser dans un resto pour boire une bière (de fervents adeptes de la bière, comme tout allemand qui se respecte !) et manger un bout. Je me faufile dans une sorte de galerie pour atteindre le point le plus haut qui soit accessible en rive gauche. Il me faut presque ramper pour atteindre une petite plate-forme au niveau de laquelle on est au plus près de la chute. Je peux même me faufiler derrière la belle (impossible d’y prendre une photo malheureusement, ça mouille beaucoup trop !).

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (12 of 23)Au plus près de la cascade…

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (13 of 23)On ne reste pas sec bien longtemps…

Je prends quelques photos de gens qui, comme moi, se font éclaboussés en beauté. J’essaie de faire au plus vite car mon reflex est vite recouvert de gouttelettes et je ne veux, qui plus est, pas trop faire attendre Robert et Micaela. Il me faut 20 petites minutes d’efforts intenses pour remonter sur la route. Je retrouve mes deux compagnons d’un jour confortablement installé à la table d’un petit resto bien sympa tenu par Alexandro, un polyglotte assez marrant. J’ai une faim de loup (il est 16h et je n’ai rien avalé depuis le petit déj’). Je commande un almuerzo, qui finit vite dans mon ventre affamé. 16h30, on se remet en route pour aller jusqu’au bout de cette petite aventure.

Nous atteignons notre point le plus bas en fin d’après-midi : Machay. Un petit sentier nous conduit en une vingtaine de minute à une petite chute d’eau souffrant de la comparaison face aux beautés que nous venons de découvrir. J’ai le bonheur d’admirer en chemin deux superbes papillons aux couleurs exotiques qui ont bien l’air de se tourner autour…

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (14 of 23)Ces deux là se tournent autour…

17h45. Il est temps à présent de se positionner au bord de la route pour solliciter un retour express vers Baños. Nous sommes chanceux. Le premier pick-up auquel je fais signe s’arrête et son coffre est vide. Je demande à son chauffeur combien il prendrait pour nous remonter jusqu’à Baños. « Nada », me répond-il ! Il semble qu’on ait vraiment tiré le bon numéro. Nous chargeons les vélos à l’arrière du véhicule et, hop, en voiture Simone. Un bon quart d’heure plus tard, nous voilà de retour dans la petite cité balnéaire. On se rend compte, en remontant la vallée, du long chemin parcouru. On a bien pédalé tout de même… (enfin « pédaler » est un bien grand mot quand la plupart du temps il suffisait de se laisser tirer vers le bas par la gravité…). Nous offrons au chauffeur 1$ chacun pour le remercier de son geste, puis rapportons les vélos chez Sixto (comble de coïncidence, nous avions loué nos vélos au même endroit !). Bien décidés à clore cette journée en beauté, on se donne rendez-vous à 19h sur la place pour aller boire un verre et manger un bout.

Je remonte me doucher vite fait à l’hostal puis retrouve Robert et Micaela au Cafe Hood plutôt fréquenté par des étrangers. Belle ambiance musicale. Nous y restons une bonne heure et demi à discuter dans la langue de Shakespeare. Ah l’Anglais, langue fédératrice par excellence ! Je ne parle pas plus Allemand que Robert et Micaela ne parlent le Français, et pourtant nous parvenons à avoir une discussion digne de ce nom…

21h approche. Il est temps de remonter à l’hostal pour un repos bien mérité mais aussi en prévision d’un réveil très matinal. Nous avons en effet prévu de nous retrouver aux bains de la Vierge (Baños de la Virgen) à 6h demain matin pour expérimenter les fameux thermes de Baños…

Baños, 3ème jour

5h. Il fait encore nuit noire. Je rejoins les bains de la Vierge, situé en marge de la ville, à 5h45 et retrouve, comme prévu, Robert et Micaela. Je m’étonne de voir déjà autant de monde à une heure si matinale. Il y a trois bassins à l’air libre au premier étage : une piscine d’eau froide, un grand bassin d’eau chaude, et un bain plus petit rempli d’une eau vraiment très chaude (40-45°). Les deux bassins d’eau chaude sont bondés. Le cadre est magnifique : une chute d’eau s’écoule de la montagne à deux pas et la ville est encore revêtue de sa parure de nuit…

J’abandonne rapidement le bassin d’eau « tiède » pour passer au bain « bouillant » puis, n’en pouvant plus de cette chaleur, passe m’immerger intégralement dans la piscine d’eau froide, où seuls quelques téméraires osent s’aventurer (la plupart préférant passer rapidement sous les douches froides plutôt que de s’immerger totalement). L’effet est immédiat : vitalité et bien-être ! Je reste quelques minutes dans l’eau froide puis retourne à l’eau « bouillante ». S’ensuivent 4 ou 5 cycles à répéter le processus. Au bout d’une petite heure, nous sortons des bains. Il est bientôt 7h. Je dis au revoir à Robert et Micaela qui prennent aujourd’hui la direction de Cuenca, puis passe prendre un petit-déjeuner en ville avant de remonter dans ma chambre.

Le reste de la journée sera calme et studieux : je passe de nombreuses heures à travailler sur mon blog, à développer des photos et écrire le premier article. Demain, au plus tard, il doit être lancé !

Je rencontre en fin d’après-midi Adrien, Anne et leurs trois enfants (3, 5 et 7 ans). On accroche rapidement. Ils font un tour du monde eux aussi, sont partis à peu près en même temps que moi, et ont un itinéraire se rapprochant beaucoup du mien. Adrien tient, comme moi, un blog (croquelemonde.com). Nous avons donc naturellement beaucoup de choses à nous raconter ! Nous mangeons tous les six au resto ce soir et passons un agréable moment. Fin d’une journée pépère…

Baños, 4ème jour

Ce matin est à nouveau studieux : je me lève tôt pour me remettre sur le blog. Je lance officiellement le bébé vers 14h. « Le blog de Nico : 365 jours Autour du Monde », c’est parti ! Voilà une très bonne chose de faite. Je peux à présent quitter mon écran d’ordinateur pour sortir et continuer à découvrir ce bel endroit, je suis là pour ça tout de même…

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (16 of 23)Eux aussi regardent avant de traverser…

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (21 of 23)L’ère de l’enfouissement des lignes n’est pas encore là !

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (19 of 23)Les maisons ne sont pas toujours crépies…

Je me balade dans la ville. Le nombre d’hostals ne cesse de m’étonner. Je passe devant des stands proposant les sucreries (soit-disant) typiques de Baños. Ils sont une quinzaine, côte à côte le long de la route principale, tous tenus par des femmes et proposant exactement les mêmes produits. La compétition est discrète mais féroce. J’en choisi un, car il le faut bien, et achète de la pâte de fruit (goyave) et du nougat. Il est tenu par une vieille dame, au poste depuis plus de 30 ans me dit-elle. De simple observateur à client, il est à présent plus facile de la solliciter pour une petite photo…

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (15 of 23)Une vendeuse de produits locaux

Je pars ensuite en vadrouille de l’autre côté du Pastaza, qui a ici creusé un profond sillon dans la vallée.

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (17 of 23)La ville est construite en surplomb du Pastaza

J’ai le loisir d’y admirer de jolies vues sur la ville et ses cascades…

blog-baños-Nicolas-tout-equateur (18 of 23)La ville et ses cascades en surplomb du Pastaza

18h. Je retourne aux bains de la Vierge pour profiter une dernière fois de ses bienfaits. Pendant une heure, je renouvelle le processus : une série d’immersions totales dans l’eau « bouillante » puis dans l’eau « glacée ». Je m’offre ensuite un resto un peu plus chic que d’habitude pour fêter le lancement de mon blog : un resto provençal, bon mais sans plus…

Demain matin, je dirais au revoir à Baños, une ville vraiment à part où je me serai senti vraiment bien…

Pour suivre les aventures de Nico en Equateur et tout autour du monde… Rendez-vous ici !

0 5533

Riobamba, 1er jour

Je profite ce matin une toute dernière fois de l’ambiance unique de Baños et vadrouille dans ses rues colorées jusqu’à 11h avant de retourner dans ma chambre pour boucler mes deux sacs.

12h. Je quitte l’hostal Llanovientos en remerciant chaleureusement Gandi, son propriétaire. Il me fait cadeau des cendres du volcan Tungurahua. Sympa ! En retour, je me ferai un plaisir de recommander son hostal aux gens que je croiserai sur ma route dans les prochains jours car j’ai vraiment apprécié mon séjour ici…

Je passe en chemin dire au revoir à Carmen qui tient une petite boutique à deux pas de l’hostal puis me pose un petit quart d’heure au marché couvert pour manger un bout (je me rassasie pour la modique somme de 2$ ! Vive les mercados).

blog-Nico-Chimborazo-Riobamba-tout-equateur (1 of 11)

Carmen dans sa petite boutique
Baños

13h. Je grimpe dans le bus. Direction : Riobamba où j’espère pouvoir dégoter un tour pour l’Altar ou le Chimborazo, deux volcans qui m’ont l’air vraiment très sympas. Le trajet ne prend pas plus de 2h. Le paysage est différent : le fond de la vallée est inondé de vergers d’agrumes formant, comme les cultures de céréales et de féculents, une superbe mosaïque…

Je débarque vers 15h à Riobamba, ville d’assez grand taille avoisinant 150 000 habitants. Je rejoins le centre-ville en taxi avec deux canadiens rencontrés à la sortie du bus puis galère un peu pour trouver un hostal. Je me pose dans le quatrième visité : Los Shyris, pour 8$ la nuit. Ce n’est pas le grand luxe mais ça fera l’affaire !

Après m’être libéré de mon fardeau, je me rends au point d’information touristique à quelques rues de l’hostal. Mais, à part avoir dégoté une carte du centre-ville, je ne ressors pas beaucoup informé… Je passe dans une agence de voyage (Julio Verne, vivement recommandée par mon guide) en fin d’après-midi pour savoir si des treks sont programmés dans les deux jours à venir pour le Chimborazo ou l’Altar. Non, me dit-on. Le sentier jusqu’à l’Altar est par ailleurs difficilement praticable en ce moment, il y a trop de boue… Je suis déçu car il me faisait vraiment rêver : un volcan éventré en forme de fer-à-cheval culminant à plus de 5000m avec une lagune au fond du cratère…L’agence me propose une activité à vélo pour le lendemain : une descente sur la face ouest du Chimborazo depuis un refuge situé à 4850m d’altitude jusqu’à Ambato, à 2550m. La journée est à 59$. Ça a l’air tentant alors je m’inscris !

Je rencontre au moment de réserver Jérôme, un toulousain en plein tour du monde, Nicole, une jolie allemande à l’allure sportive en vadrouille depuis quelques mois, et Nicolette, une lucernoise (Suisse) et voyageuse de très longue durée (18 mois)… On sympathise rapidement. Nicole, Nicolette et Nico : joli trio ! Je retrouve Jérôme vers 19h pour manger dans un petit resto très sympa à deux pas de l’hostal.

Riobamba, 2ème jour

8h30, je me rends aux locaux de l’agence Julio Verne. C’est parti pour une journée à vélo ! Nous sommes 9 touristes à rejoindre en mini bus le premier refuge situé à 4850 m d’altitude sur le flanc ouest du Chimborazo. Culminant à une altitude de 6268m, cet imposant volcan est le plus haut sommet des Andes équatoriennes ! Son sommet peut aussi être défini comme le point le plus haut sommet du monde, si on le considère comme le plus éloigné du centre de la Terre… La planète n’est en effet pas parfaitement ronde mais a une forme d’ellipsoïde dont le rayon est environ 21km plus important à l’équateur qu’aux pôles… Vu que le Chimborazo est bien plus proche de l’équateur que l’Everest, son sommet est plus éloigné du centre de la Terre… Les équatoriens s’en vantent naturellement un peu !

Du premier refuge, nous réalisons tout d’abord une petite marche jusqu’à un second refuge, situé à la limite des neiges : le refuge Whymper ! Le souffle est court et les jambes plus lourdes que d’ordinaire en raison de l’altitude. Il ne fait pas bien chaud : veste coupe-vent, bonnet et écharpe sont de rigueur. J’atteins un replat surplombant le refuge à 5060m. Record d’altitude explosé sans trop de peine ! Je suis content de ne ressentir aucun effet indésirable provoqué par la raréfaction de l’oxygène… La vue sur le volcan en surplomb est sublime !

blog-Nico-Chimborazo-Riobamba-tout-equateur (6 of 11)

Chimborazo et ses neiges éternelles…
Chimborazo

blog-Nico-Chimborazo-Riobamba-tout-equateur (2 of 11)

Aux pieds du Chimborazo, à 5060 m d’altitude !
Chimborazo

Des bancs de brume masquent son sommet par moment, augmentant l’aura que dégage ce géant. J’exulte d’être à une telle altitude, si près d’une telle merveille. Je prends quelques photos avec Nicole, Nicolette et Jérôme, sans oublier « Chimbo », l’adorable chien du volcan qui me colle gentiment aux pattes… Nous redescendons une petite heure plus tard jusqu’au refuge où nous attends un déjeuner tout simple (soupe de quinoa et sandwiche).

blog-Nico-Chimborazo-Riobamba-tout-equateur (5 of 11)

Nicole et « Chimbo »
Chimborazo

blog-Nico-Chimborazo-Riobamba-tout-equateur (4 of 11)« Chimbo » pose pour la photo
Chimborazo

blog-Nico-Chimborazo-Riobamba-tout-equateur (3 of 11)Exultation aux pieds de ce géant !
Chimborazo

Il est près de 13h lorsque nous attaquons la première descente. La piste zig-zague au milieu d’un paysage volcanique semi-désertique peuplé de vigognes (vicuñas), élégant animal proche de l’alpaga, perché sur de fines gambettes… La descente est grisante mais secoue drôlement. Les vélos de l’agence sont heureusement d’excellente qualité et amortissent très bien les irrégularités du terrain. Le paysage est immense et grandiose : au premier plan, l’immensité désertique du volcan ; au second, les versants campagnards de la Sierra et, au-delà, un immense banc de nuages masquant la Costa (côte).

blog-Nico-Chimborazo-Riobamba-tout-equateur (8 of 11)

Panorama grandiose depuis le flanc ouest du volcan
Chimborazo

Une demi-heure plus tard et 450m de dénivelé plus bas, nous avons déjà parcourus les 8 kilomètres qui nous séparaient de l’entrée de la réserve faunistique de Chimborazo.

blog-Nico-Chimborazo-Riobamba-tout-equateur (7 of 11)

Descente du volcan à vélo
Chimborazo

Nous remontons dans le van puis roulons un peu avant d’arriver au second point de largage, vers 4000m d’altitude. S’ensuit une formidable descente de près de 3h sur une route asphaltée, à travers la vallée du Rio Ambato. Formidable sensation de liberté ! La gravité fait presque tout le travail… Il suffit de se laisser porter et d’admirer le paysage qui se métamorphose au fil des kilomètres parcourus !

blog-Nico-Chimborazo-Riobamba-tout-equateur (10 of 11)

Fabuleuse descente à travers la vallée
Chimborazo

blog-Nico-Chimborazo-Riobamba-tout-equateur (9 of 11)Et toujours cette jolie mosaïque de cultures…
Chimborazo

blog-Nico-Chimborazo-Riobamba-tout-equateur (11 of 11)De superbes vues s’offrent à nous pendant la descente !
Chimborazo

Nous atteignons notre point d’arrivée, à l’entrée de la ville d’Ambato, vers 17h. Nous venons de parcourir près de 35 kilomètres et 1400m de dénivelé ! Le retour jusqu’à Riobamba nécessite une bonne heure et demi de route.

La journée se termine par une soirée très sympa en compagnie de Nicole, Nicolette et Jérôme dans une petite pizzeria à deux pas de l’agence… Demain, je quitte Riobamba pour poursuivre ma descente vers le sud. Direction : Cuenca, où je compte passer deux-trois jours avant de prendre la direction du Pérou !

Pour suivre les aventures de Nico en Equateur et tout autour du monde… Rendez-vous ici !