Notre visite à Otavalo (Equateur 2015)

Notre visite à Otavalo (Equateur 2015)

0 2808

Otavalo, ou le goût authentique de l’Amérique du Sud

Depuis notre arrivée à Quito, nous en avons entendu parler… Les Equatoriens sont comme ça, fiers pour leur pays au point de vous titiller l’envie d’aller de plus en plus loin !

Vendredi matin, en arrivant à la gare routière de Carcelén, au nord de Quito, un bus en direction d’Otavalo est prêt à partir. Et nous voila pour un petit tour dans ce magnifique au milieu des montagnes.

otavalo tout équateur

Le relief Equatorien est envoutant. Je ne savais pas à quel point la nature aime à s’y s’amuser. Elle a baigné copieusement ce pays de grande et petite verdure, comme pour combler ses habitants d’un printemps éternel.

Même les arrêts de bus dégagent un goût local : les vendeurs de chips de banane, de « biscochos » (gâteaux), de fruits, de glaces… montent dans le bus, défilent et descendent, pendant tout le trajet.

En arrivant (2 heures plus tard), nous débarquons presque au cœur de la petite ville, ce qui nous aide à trouver rapidement un « hostel » pour nous loger (bon marché… mais bon confort quand-même !).

Notre programme est vaste. Pour profiter au mieux du temps, on enfile nos chaussures de marche et on se met en route (bus + taxi, et marche pendant une demi-heure) pour aller se mouiller sous la cascade de Peguche. Il fait un peu couvert mais, heureusement en Equateur, les nuages ne voilent pas la chaleur.

Des bassins de l’époque des Incas, récemment restaurés, apparaissent sur notre sentier. Ce n’est pas sur que les Incas auraient imaginé les dizaines de petits enfants qui aujourd’hui jouent dans l’eau des bassins. Ils sautent joyeusement en faisant déborder la même eau fraîche qui coule de la montagne depuis de centaines d’années.

peguche tout équateur

La voila enfin notre cascade ! Quelle quantité des familles en promenade. Un double paysage devant nous. Les rires et sourires comblent l’atmosphère. Certains gravissent les roches et vont jusqu’à se faire éclabousser sous la fraicheur des eaux mais la plupart préfère profiter de loin ! Comme il paraît que cette eau purifie, j’ose grimper aussi.

cascade peguche tout équateur

Otavalo se découvre le samedi. Tous les jours de la semaine, la ville étale son colossal marché mais, le samedi, il y a en plus le marché des bestiaux !!! Comme une grande fenêtre vers une époque lointaine !

marché bestiaux otavalo tout équateur

Sous le beau soleil de 7h, l’emplacement du marché grouille déjà de monde. Nous yeux se pressent d’avancer, tellement l’atmosphère déborde. A peine entrés sur l’allée en terre battue on marche déjà entre les marchands de textile, de bijoux, de cuir, de ferraille, de jouets de toutes les époques, de rafraichissements.

photo marché otavalo tout équateur

Un petit vent nous fait parvenir le mugissement des vaches, le couinement des cochons, le piaule-piaule des poussins, le roucoulement des cochons d’Inde… et notre soif du nouveau qui nous pousse, qui nous pousse !

Le parc est énorme et la plus part des gens sont en tenue traditionnelle ! Surtout les femmes. Elles vont parées d’un chapeau ou un turban, de dentelles, de broderies, de rayures colorées, des bijoux dorés. La tenue des hommes est plus simple. Leur charme, c’est leur coiffure en longues tresses.

otavalo marché tout équateur

Comme on ne comprend pas le Kichwa (langue locale d’origine Quechua), on essaye juste d’observer le marchandage. Une dame cherche une poule plus grande pour un plus petit prix ; là-bas, un couple se décide enfin pour un cochon moyen, moins cher qu’un petit mouton ; vers 9h, encore sous le soleil, la petite dame lance une promo de trois petits canards pour le prix de deux.

tradition otavalo tout équateur

Il ne faut pas craquer sinon, on risque de rentrer à notre hôtel avec un petit cochon, un petit canard et même ce veau proposé par un petit garçon…

marché otavalo équateur

Il est presque dix heures du matin, c’est pour nous le moment de partir vers l’autre bout de la ville, « La Plaza de los Ponchos ». On dit que le marché d’Otavalo est l’un des plus grands et plus beaux marchés d’artisanat du monde. En tout cas, on y trouve une multitude de textures, d’épices, de couleurs et de parfums impressionnante. Un endroit des plus beaux endroits pour savourer le dépaysement.

marché los ponchos tout équateur

Les portes vers le paysage sont toujours grand ouvertes en Equateur. Et comme il n’est pas encore 15h, il nous reste encore un peu de temps pour monter prendre un bol d’air sur le volcan de Cotacachi. Que nous cache ce Cotacachi ? Un magnifique lac, bleu comme le ciel, au milieu de la verdure d’un parc naturel (Reserva Ecológica Cotacachi-Cayapas).

lagune cotacachi tout équateur

« Le lac et ses fécondes îles ont été formés il y a un peu plus de 3000 ans, après la dernière éruption du volcan… », nous raconte notre capitaine-guide, durant notre promenade en bateau sur les 200 m de profondeur du lac…

Enfin, dimanche matin, une promenade de découverte de la ville d’Otavalo et son charme de petite ville coloniale.

Ainsi finit notre séjour à Otavalo et ses environs. Mais, notre expédition Equatorienne continue…
tout équateur voyage

Commentaires

Laissez un commentaire