Équateur, de balade en balade !!

Équateur, de balade en balade !!

0 370

Découvrez le carnet de voyage d’Hélène dont voici le résumé :

Un peu plus de trois semaines à parcourir l’Équateur, enfin juste quelques régions, je n’avais pas envie de me bousculer. Alors ce qui s’est esquissé avec comme fil rouge marcher et marchés : deux semaines dans la Sierra, à peine cinq jours sur la côte sud, deux jours à Mindo.

Balades à la journée dans le parc du Cotopaxi, dans le parc du Chimbarozo, dans le parc de Cajas, trois jours dans la région de Quilotoa sans oublier les petites balades par-ci par-là à Guamote, à Puerto Inca, à Puerto Lopez et à Mindo.

Le parc du Cotopaxi :

J’y suis allée depuis Santa Ana del Pedregal (nord du parc). Depuis l’hostal, 4 kms de piste qui monte régulièrement.

1

 

Approximation le chemin (en bleu) que j’ai parcouru au hasard de mes pas et de ma curiosité.

3

J’ai suivi au départ un sentier jusqu’à un relief puis sans chemin dans les herbes hautes ou rases.

5

Le temps n’était pas vraiment de la partie. Le Cotopaxi s’est à peine dévoilé.

4

 

Le parc du Chimborazo :

7

Mon camp de base a été el Templo Chakana (bâtisse à gauche de la photo) sur la route Riobamba – Guaranda peu avant Pulingui San Pablo. Le temps a été clément avec moi pour mon arrivée où, après avoir déposé mes affaires, j’ai fait un petit tour et pu admirer le Chimbarozo. Il y a un site d’escalade tout près. C’est un canyon, à priori assez connu. Il est possible de camper près d’el Templo Chakana.

8

Ce qui était prévu : el Templo Machay mais je n’ai pu aller jusqu’au bout ! Un chemin y conduit depuis Chorrera, un hameau en face de San Pablo. Après la traversée des pâturages, il grimpe sans détour. Il est bien marqué. Plus haut, le chemin est plus aléatoire mais comme je me suis approché des vigognes, j’ai pu le perdre un moment. J’en ai trouvé d’autres, j’en ai suivi un mais comme le temps avait vraiment décidé de me jouer la pluie, la neige et le brouillard j’ai fini par rebrousser chemin !!!

10

Le chemin passe à gauche de cette ravine. Il y a/avait des « refuges » le long du chemin, ils sont indiqués. J’en ai vu un en piteux état mais j’ai pu m’y abriter quelques instants, le deuxième je n’ai vu que les écriteaux.

 

9

 

Le parc el Cajas

Il est accessible depuis Cuenca très facilement à 1h00 de bus. Le parc el Caras est traversé par la route Cuenca-Guyaquil.

11

12

Aucune carte pour emporter avec soi n’est disponible à la maison d’information Toreadora, poste des gardes principal où il faut s’enregistrer avant de faire une randonnée, ou aux autres postes de garde. Les gardes expliquent les différentes possibilités de randonnées. Il y en a pour tous les goûts. Selon votre choix, les gardes acquiescent ou non tout en vérifiant votre équipement. Si vous sortez par un autre poste de garde, ils l’appellent pour prévenir de votre itinéraire.

13

La discussion avec les gardes m’a conduite sur la ruta 6 et la ruta 7 avec point de sortie le poste des gardes Llaviucu Zarrocucho. Végétation herbeuse, lagunas et forêt au programme de ces 21.3 kms de chemins plus ou moins marqués. Sur la ruta 7, il y a de temps à autres des points de peinture rouge passé mais sur la ruta 6 rien vu. Il y a pas mal de sentiers et il n’est pas facile de savoir lequel est le bon.

Heureusement, j’ai fait le parcours avec John, un américain rencontré dans le bus qui était plus dérouté que moi.

15

Après une petite grimpette, la ruta 6 nous dévoile le paysage dans lequel elle évolue. Au hasard de la multitude de chemins, nous arrivons au seul panneau indicateur !!! ouf même pas perdus !

17

 

Paysage avant d’atteindre la forêt.

Fin de la balade avec un regard vers d’où nous venions.

18

Une fois arrivé, il reste 2,9 kms à parcourir pour retrouver la route et les bus. N’hésitez pas à apporter vos chaussures de randonnées tant il y a des chemins à parcourir !

Hélène

Commentaires

Laissez un commentaire