Découverte du volcan Chimborazo à vélo

Découverte du volcan Chimborazo à vélo

0 2715

Privé de Cotopaxi pour cause d’éruption, nous nous sommes tournés vers le Chimborazo, plus haut sommet d’Equateur (6 310 m) et le plus proche du soleil au niveau planétaire. Comme l’a démontré Newton, la terre est bombée à l’équateur et aplatie aux pôles.
Nous avions envisagé de tenter le sommet du Cotopaxi mais pour le Chimborazo, la modestie s’imposait et une « balade » au dernier refuge (5 100 m) suffisait à notre bonheur.
Pas particulièrement adepte du VTT en haute altitude (en basse non plus d’ailleurs), nous avons pourtant choisi ce mode de découverte (pour la descente rassurez vous !), « tout Equateur » nous ayant recommandé un de ses partenaires à un bon prix et dans des conditions très professionnelles.

Arrivés à Rio Bamba (2 700 m), ville base de départ situé à 1H 30 de voiture du parc ceignant le massif, nous nous rendons directement chez l’opérateur conseillé qui nous briefe pendant plus d‘une heure sur le froid, l‘altitude et la conduite des vélos Après avoir hésité nous optons pour un départ le lendemain matin malgré une météo incertaine, un temps bouché serait des plus frustrant pour découvrir ce géant.

6H30 du matin, Diego, notre jeune accompagnateur vient nous chercher avec les 2 vélos à l’arrière. In English (hélas nous ne sommes pas hispanophones) nous faisons connaissance et lui faisons part de notre amertume quant-au temps pleuviotant. Il rigole (comme toute la journée d’ailleurs) ….faut dire que dans les Andes on trouve bien souvent les 4 saisons dans la même journée, si on y rajoute les 2 400 m de dénivelé que nous allons effectuer, on peut s’attendre à une certaine variabilité météo !
blog-vtt-chimborazo-tout-equateur-3

Coup de bol, après une demi heure de route, les nuages s’estompent. Arrêt voiture et première vision sur le magnifique géant blanc. Diego nous décrit les quatre pics du massif , son petit frère à sa droite et nous instruit des mythes et légendes indiennes. C’est reparti par petites étapes avec à chaque arrêt un nouvel angle sur le géant qui nous écrase de plus en plus, et toujours les explications souriantes de Diego.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La végétation change petit à petit, de plus en plus pelée. Les groupes de vigognes sauvages qui se baladent au bord de la route ne sont pas farouches et acceptent volontiers les photographies. Leur grâce féminine tranche avec le sol rude et embrumé.

8 H : Nous sommes les premiers à l’ouverture du parc; halte au bâtiment d’entrée ou l’on peut se réchauffer d’un café et recontemplation du Chimbo qui nous dévore de sa masse.
C’est reparti pour les 8 derniers Km de piste ondulée jusqu’au premier refuge (4 900 m). Les dernières vigognes ont disparu, le paysage est lunaire, au loin en contrebas on distingue les différentes strates nuageuses.

Voici le premier refuge, fin du voyage motorisé, Diego nous invite à continuer à pied dans la blancheur glacée jusqu’au deuxième (base de départ des cordées andinistes : pour ceux que ça intéresse 8 H jusqu‘au sommet, guide expérimenté obligatoire). Pour nous c’est peu plus de 200 m de dénivelés, rien pour un montagnard pyrénéen, un peu plus compliqué avec la raréfaction de l’air. On prend de l’énergie avec du sucre brun et quelques chifles (chips de banane salée). Un peu essoufflé nous y arrivons et foulons les premiers la neige du départ des cordées avec un couple de mexicain qui se prend en photo avec leur drapeau national.
blog-vtt-chimborazo-tout-equateur-4

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Retour facile au pick up…nous réalisons que les choses sérieuses approchent. Nous enfilons quelques fines couches de vêtement supplémentaires, foulard, casque, genouillères …
Cest parti les cyclistes, alors que qu’une bise grêlée noircit la visibilité et toque nos casques. A dieu va, on se tape les premiers 8 Km de descente sur une tôle ondulée parfois ramollie par le sable éruptif, dans une tempête martienne. Un peu cabossé et les mains gelées malgré les épais gants de cuir nous revenons aux portes du parc suivi du pick up. Boisson chaude et casse croute copieux incontournables et, petit bonus, un coup de tampon « Chimborazo 6 300 M » sur nos passeports.

blog-vtt-chimborazo-tout-equateur-10
Un peu « rafraichie » dans nos ambitions, l’on se demande si on ne va pas finir le périple dans le pick up. Allons allons ! Un brin de soleil a fait son apparition, la nourriture nous a réchauffé et le plus dur est fait, même s’il nous reste 30 Km de descente dans la montagne andine.

C’est reparti, Diego nous expliquent le mode opératoire : descente par étape via des chemins de traverse, équipées d’une radio, le pick up quant-à lui, suit la route. A chaque pause il nous explique le nouveau trajet, a tout moment nous pouvons laisser le vélo et poursuivre en voiture. Les pauses sont aussi l’occasion d’explications sur le relief, la faune, l’histoire ou la culture locale.

blog-vtt-chimborazo-tout-equateur-7

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Les pistes sont improbables, les sols ocres parfois sableux parfois stratifiés, mais les vélos costauds accrochent facilement le sol volcanique. Nous nous arrêtons bien entendu saluer les vigognes qui n’y voient aucun inconvénient, pour des vues imprenables sur des canyons ou rios et bien sur pour examiner la végétation et les bestioles qui font leur réapparition.

blog-vtt-chimborazo-tout-equateur-6

blog-vtt-chimborazo-tout-equateur-13

blog-vtt-chimborazo-tout-equateur-12

Après quelques étapes et des explications sur un site pré inca, le facétieux Diego nous explique notre nouvelle route : « ça monte un peu … ».
300 m de dénivelé avec un air encore raréfié, ça picote, à nos âges (60 et 62 ans), le taquin !
On a sa fierté, donc on y va mais dans le couple l’un a craqué et un vélo a atterri dans le pick up pour finir l’étape.

blog-vtt-chimborazo-tout-equateur-2

Les suivantes sont agréables et faciles à travers la campagne andine. Nous traversons les premiers villages Quechuas et nous arrêtons pour tenter d’échanger (surtout des sourires) avec des paysannes aux fardeaux bien chargés.

blog-vtt-chimborazo-tout-equateur-11

16H : nous arrivons au bout du périple cycliste dans un village où nous tombons la tenue de robocop et remisons les vélos à l’arrière du pick up. Reste une petite heure pour regagner Rio Bamba fatigués et émerveillés.

Mimi et Yvon

Commentaires

Laissez un commentaire