Découvrez, Vivez, Partagez!

Monthly Archives: octobre 2017

0 1100
Vous avez ouvert votre guide de voyage, lu quelques discussions sur des forums et pensé éviter la capitale économique du pays ? Avant de prendre votre décision, je vous invite à faire un petit tour des trésors de Guayaquil, la « perle du Pacifique ».

Oui, Guayaquil est la plus grande ville d’Équateur avec environ 3,5 millions d’habitants. N’ayez pas peur des chiffres car comme à Quito, ses trésors sont concentrés ! Pour simplifier, vous pouvez même dessiner un triangle entre le Malecon 2000 et le Parque Centenario. La plupart des bâtiments représentatifs de la ville sont situés à proximité de la Cathédrale et de son fameux Parque Seminario plus connu comme… le parc aux iguanes bien sûr. Même si je suis sûr que vous ne pourrez pas la manquer, un petit tour sur La Perla, la gigantesque roue, est toujours une petite pause sympa au cours de votre visite de la ville.

Guayaquil-6
Amateurs d’art et de culture, vous penserez à visiter les musées ! Vous avez par exemple le musée d’anthropologie et d’art contemporain, le musée de Guayaquil en miniatures (oui, très étonnant !), le musée Nahim Isaias surtout pour son 2ème étage, le petit mais précieux musée Presley Norton ou encore bien sûr le musée municipal, considéré comme le plus important.
 
Au bout de la promenade, un quartier atypique et emblématique vous attend : Las Peñas. Cette petite colline où est née Guayaquil a un charme unique avec son architecture colonial et son ambiance bohème.  Autrefois habitée par des pêcheurs et artisans, elle a été transformée dans les années 20 et le boom du cacao par de riches propriétaires terriens et acquis ce style aristocratique. Après avoir pris un petit café, découvert la Casa Marin ou visité une galerie d’arts, vous compterez le nombre de marches jusqu’au mirador ? Allez, j’attends votre réponse !

Guayaquil Antoine Dhaynaut 1
 
L’une des attractions de Guayaquil est aussi son cimetière. Comme d’ailleurs quelle autre ville du nord de l’Équateur ? Tulcan bien sûr.  Officiellement fondé le 27 avril 1823, ce n’est qu’à partir de 1888 que toutes les classes sociales de la ville pouvaient y être enterrés, les plus riches restant en haut dans des mausolées. C’est dans les années 20 et l’arrivée d’architectes et sculpteurs italiens -  à la demande de ces familles aisées pour réaffirmer le statut social – que le cimetière s’est transformé en joyau d’art, devenant même reconnu à l’échelle continentale.

Pour compléter votre découverte de la ville, une étape incontournable est le Parque Histórico avec ses aires de vie sauvage, d’architecture et des traditions. Accessible gratuitement, c’est une visite très complète et très enrichissante sur l’histoire de Guayaquil et de l’Équateur. Les gourmands en profiteront pour faire un petit détour par le musée du cacao.

Guayaquil Antoine Dhaynaut 3

Si vous avez plutôt envie de vous échapper de la ville, c’est bien sûr possible ! Vous pouvez aussi aller faire un tour sur l’
île Santay en louant un vélo. Elle héberge plus de 12 espèces de reptiles (dont des boas !), 85 espèces d’oiseaux mais aussi des mammifères. Un peu plus loin du centre-ville, vous pouvez aussi vous promener dans la forêt du Cerro Blanco ou visiter le jardin botanique. Oui, ce dernier vous offrira la possibilité d’observer de magnifiques orchidées et… même des singes et tortues !

Encore une journée à passer à Guayaquil ? À environ une heure, j’ai une de mes adresses préférées dans tout le pays, la finca Cacao y Mango de la famille de Jairo. Ici, vous êtes reçus comme chez vous et vous saurez tout sur la production du cacao. Bien sûr, vous dégusterez même votre propre chocolat. Si vous aimez la nature, juste à côté, la mangrove de Churute réserve de belles surprises. Et c’est de la détente que vous cherchez, pensez à découvrir les thermes de Balao Chico. J’en parlais il y a peu dans une de mes chroniques. Amateur de sensations fortes, pensez à tester le parapente à Bototillo comme les meilleurs du monde cette année lors d’une étape de la Coupe du Monde.

2060
Bien sûr, je ne peux pas parler de la côte Pacifique sans évoquer
sa gastronomie, la meilleure du pays ! Et oui, c’est que je suis amoureux de l’encebollado le week-end. Allez, je vous donne quelques-une de mes adresses : El Mono Goloso pour un petit déjeuner délicieux, La Pata Gorda pour un ceviche équatorien traditionnel et La Culata pour un dîner dans une ambiance conviviale. N’hésitez pas à demander aux locaux, ils connaissent aussi de très bons petits restaurants. Et pour un verre ? La Paleta dans le quartier de Las Peñas est parfait.

20170511 1448 Guayaquil - Picanteria La cualata
Où dormir ? La question ne se pose même pas. Bon, je vous donne quand même la réponse : chez les partenaires du Réseau Solidaire bien sûr ! Entre Cino Fabiani et Manso Guesthouse, vous avez 2 adresses de charme au cœur de Guayaquil.

Juste une petite remarque quand même sur la sécurité. Malheureusement, compte tenu de la situation économique difficile d’une partie de la population, certains quartiers de Guayaquil peuvent être dangereux, notamment la nuit. Si vous ne logez pas dans le triangle touristique, évitez de prendre des risques inutiles et privilégiez un taxi pour rentrer à votre hôtel, ça ne coûtera que quelques dollars et permettra de vivre une belle expérience dans la ville. Et bien sûr, suivez les mesures de précaution habituelles, écoutez les locaux et faîtes confiance à votre sixième sens.

Allez, j’espère que cet article vous aura donner envie de découvrir Guayaquil, que ce soit l’espace d’une demi-journée ou même d’une soirée. Ca aurait été dommage de ne pas profiter de chacune de vos étapes en Équateur, heureusement que je suis là !

Bon voyage,

Léon de Quito

Un road-trip dans les Andes ? Un séjour en Amazonie ? Une croisière aux Galapagos ? Je vous aide avec plaisir à profiter des trésors de l’Équateur aux meilleures conditions grâce aux partenaires du Réseau Solidaire ! Dès maintenant, vous pouvez aussi me poser toutes vos questions sur le Forum en commençant une nouvelle discussion. Allez, je vous attends !!!

1 2390

En pleine préparation de votre voyage, vous cherchez des informations sur ce majestueux volcan et vous entendez un peu tout et son contraire ? Allez, je vais rétablir quelques vérités pour vous aider à profiter de ce parc national exceptionnel.

Tout d’abord, tous les parcs nationaux sont gratuits en Équateur. Et oui, ça permet aux locaux comme aux étrangers de profiter d’un maximum de trésors naturels du pays. L’exception qui confirme la règle ? Les Galapagos. Pour mieux préserver son incroyable biodiversité, vous avez des taxes d’entrée de 120 US$. Mais revenons à nos moutons (ou plutôt à nos lamas), le parc national Cotopaxi est gratuit !!

Dans la grande majorité des parcs nationaux, vous pouvez faire des randonnées par vous-même sans guide. Oui oui oui, au Cotopaxi aussi, vous n’avez pas besoin de guide pour entrer et vous promener, il y a même plusieurs sentiers balisés, il vous suffit de demander le plan à l’entrée (et d’avoir MAPS.ME au cas où). L’accès au refuge José Ribas (4 800 mètres) est ouvert à tous après une dernière montée à pied. Vous pouvez même aller découvrir le glacier sans être accompagné d’un guide, c’est suffisamment bien indiqué. Bien sûr, pour grimper jusqu’au sommet, c’est une autre histoire.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Comment y accéder ? Depuis Quito, Machachi ou Latacunga, si vous êtes en transport en commun, vous pouvez prendre un bus et lui demander de vous laisser sur la Panaméricaine au niveau de la sortie d’autoroute pour l’entrée sud du Cotopaxi. Ne vous inquiétez pas, ils sont habitués. Ca ne vous coûtera que quelques dollars. De là, vous pouvez louer les services d’une camionnette pour entrer dans le parc (prix selon l’itinéraire, à partir de 15-20 $US). Surtout le week-end, le stop fonctionne aussi.

Mon petit conseil : commencez votre randonnée à partir du Centro de Visitantes et poussez jusqu’à l’entrée nord, où vous pouvez récupérer un bus local pour Machachi ou demander à la camionnette de vous y récupérer. Avec un pique-nique, c’est une belle journée de marche au cœur du parc qui vous attend.

En voiture de location, si vous venez de Quito, je vous conseille la route de Sangolqui au volcan Cotopaxi. Ca sera l’occasion de découvrir les cascades du Rio Pita en chemin et d’arriver directement à votre hébergement. À l’intérieur du parc, vous pourrez garer votre véhicule où vous voulez pour faire des petites balades à pied. De l’entrée jusqu’à la lagune, pensez à sortir des sentiers battus ! Et oui, la petite rivière qui traverse le parc, j’en suis amoureux personnellement, c’est tellement pittoresque.

Si vous êtes à court de temps pour découvrir cet impressionnant volcan, depuis Quito, Latacunga ou encore Baños, vous pouvez trouver des excursions à la journée. Ils vous emmènent à la lagune de Limpiopungo avant de monter au refuge. La descente ? Elle peut se faire en VTT pour les plus courageux.

Le mieux, c’est encore de profiter pendant plusieurs jours de ce magnifique parc national ! Après s’être baladé à pied, à cheval (avec Patricio !), en VTT ou en 4×4 autour du Cotopaxi, pourquoi ne pas continuer avec les volcans environnants ? Oui, vous avez le Rumiñahui, le Sincholagua, las Ilinizas ou encore le Pasochoa qui vous offrent de superbes randonnées de différentes difficultés. Vous avez aussi les cascades du Rio Pita pour des balades dans des forêts verdoyantes ou les piscines de Güitig pour un peu de détente. En couple, entre amis ou en famille, vous trouverez chaque jour votre bonheur dans cette région magnifique.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ruta Rumiñahui depuis Machachi

Pasochoa Antoine Dhaynaut

Sommet du volcan Pasochoa

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Volcan Sincholagua, dont le départ est accessible depuis le parc national Cotopaxi

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Piscine rafraîchissante et pétillante de Güitig à Machachi

Où dormir ? Pour être au plus près du volcan et au cœur de cet environnement naturel exceptionnel, c’est du côté de l’entrée nord qu’il faut vous rendre. Vous avez un grand choix de lodges de grande qualité, dont bien sûr des partenaires du Réseau Solidaire (Tambopaxi, El Porvenir, etc.). Grâce aux chambres privées, dortoirs et camping, vous en avez pour tous les goûts et toutes les envies.

Et, contrairement aux idées reçues, c’est accessible en bus depuis Machachi vers Santa Ana et Loreto de Pedregal avec la compagnie Machacheñas. Du lundi au vendredi, ils partent à 4h30, 7h30, 10h30, 13h10 et 14h10 de Machachi. Le week-end, c’est à 4h30, 7h30 et 13h00 (et 11h00 aussi le dimanche). Depuis votre arrêt, il faut ensuite généralement marcher 15 à 45 minutes pour rejoindre votre lodge. Pour le retour, le mieux est de vérifier avec votre hébergement et d’être à l’arrêt un peu en avance. Du lundi au vendredi, les départs de Santa Ana et Loreto de Pedregal sont à 5h30, 8h45, 11h30, 15h30 et 16h30. Le week-end, c’est à 6h00, 8h40 et 15h30 (et 12h30 aussi le dimanche). En camionnette, il faut compter 15 $US.  Avec ça, je crois que vous avez tout.

Et j’ai aussi un petit secret : une auberge authentique et économique où vous pourrez déguster d’excellentes truites (environ 30 USD par nuit et par personne avec le dîner et le petit-déjeuner). En plus, la couette est super confortable ! Ca vous intéresse ? L’équipe peut vous donner le contact lors du traditionnel briefing Chez Léon.

Depuis la ré-ouverture du sommet du volcan Cotopaxi, c’est aussi possible de séjourner au Refuge José Ribas (sur réservation uniquement au 03 2233 129). Même si vous ne faîtes pas l’ascension, ça peut être une expérience insolite ! Je vous conseille d’être bien équipé pour passer une agréable nuit. Et oui, à 4 800 mètres d’altitude, les nuits sont fraîches.

Avec toutes ces informations, vous pouvez maintenant profiter pleinement du Cotopaxi ! J’attends vos plus belles photos et récits d’aventure pour motiver tous les voyageurs à découvrir ce parc naturel unique et magique.

À très bientôt,

Léon de Quito

Un road-trip dans les Andes ? Un séjour en Amazonie ? Une croisière aux Galapagos ? Je vous aide avec plaisir à profiter des trésors de l’Équateur aux meilleures conditions grâce aux partenaires du Réseau Solidaire ! Dès maintenant, vous pouvez aussi me poser toutes vos questions sur le Forum en commençant une nouvelle discussion. Allez, je vous attends !!!

Après un super voyage grand luxe en classe affaire (surclassés sur notre bonne mine !!!), mais une arrivée épique à Quito (on avait juste oublié de prendre l’adresse de l’hôtel), nous voila enfin à destination. Il faut dire que nous pensions aller dans un hôtel du nom de « Leon Colonial » et c’est ce que nous avons demandé au chauffeur de taxi en arrivant à l’aéroport. En fait lors de la réservation en ligne sur le site de Léon, nous réservons l’hôtel « Chez Léon Colonial » mais, dans le mail de confirmation il nous est indiqué le véritable nom et l’adresse de l’hôtel, ce à quoi nous n’avions pas prêté attention. Je le signale pour que vous évitiez d’avoir la même mésaventure que nous. Donc bien penser avant le départ à noter tout cela. Enfin, arrivée à l’hôtel, bien situé, au cœur du quartier historique.

Dès le lendemain, départ vers le nord pour passer 3 jours dans la communauté indigène de la région de Cotocachi, au sein d’une famille de 6 enfants dont une Violeta y un Daniel (il fallait le faire !!).

Segundo Morales et son épouse Virginia nous ont reçu très chaleureusement et nous ont intégré à la vie de famille. Trois jours magiques, avec des gens d’une gentillesse extrême. Nous avons partagé leur quotidien et même été invités à la fête d’anniversaire des 6 ans de leur petit fils « Jairi », un enfant très attachant et d’une intelligence remarquable.

Photo 1

Fabrication de galettes pour le petit déjeuner : un délice !

Photo 2

Plein d’échanges en espagnol évidemment. C’était vraiment un grand moment de partage. Le samedi matin départ pour le marché d’Otavalo haut en couleurs, accompagnés par Segundo, trois de ses enfants ainsi qu’un couple de français, Elisabeth et Sylvain, rencontrés sur place,  avec lequel nous avons sympathisé.

Un séjour très enrichissant et si je ne devais retenir qu’une chose de ce merveilleux voyage ce serait cette première étape. Si vous souhaitez séjourner dans cette famille vous pourrez obtenir un contact par « Tout Equateur » (petit secret de Léon).

Photo 3

Segundo et Graciela, une de ses filles en habit traditionnel de fête

Photo 4

Photo 5

Le marché d’Otavalo

Photo 6

Puis nous sommes partis avec beaucoup de regrets et d’émotions vers Mindo.

MINDO

Hébergement (Cabañas Armonia) très agréable au milieu d’un jardin botanique peuplé de colibris. On s’y est posé deux jours.

Photo 7

La réputation de Mindo n’est pas usurpée. La végétation y est luxuriante :

Photo 8

- BALADE sur la ROUTE des CASCADES avec traversée de la vallée dans une « tarabita », cette nacelle accrochée à des câbles  qui permet de traverser une rivière sur environ 500m suspendus au dessus du vide (On n’a pas osé demander la date de la dernière révision). Les indigènes utilisaient ce moyen de transport pour acheminer leur matériel, vivres et même le bétail. Et de l’autre coté, une grande balade dans la forêt équatoriale sur un petit chemin bordé de végétation luxuriante, fougères arborescentes et nombreuses autres plantes inconnues de nous.

La balade permet de découvrir cinq cascades. Bon pour être honnêtes c’est plus la végétation qui vaut le coup que les cascades. Pour revenir il faut taper fort avec un bâton sur les câbles de la tarabita afin qu’on vienne nous récupérer. Ca marche très bien et le temps d’attente est très court.

- Visite du « MARIPOSARIO » (mariposa = papillon) cet élevage de papillons tous plus beaux les uns que les autres. Nombreuses espèces pas farouches…assez impressionnant !!! On en voit partout, même sur le sol. Ils se posent sur nous et si on prend un peu de pulpe de banane sur le doigt ils viennent s’y poser pour en faire leur quatre heure.

Photo 9

Après Mindo, direction le Sud toutes ….
1° Etape : SAQUISILI : Nous logeons à « la Quinta las Merced » chez Consuelo qui nous gratifie d’un accueil très sympa. Le jeudi s’y tient l’un des plus grands marchés authentiques du pays….foire aux bestiaux (à partir de 4h du matin… on y était à 6H), marché aux légumes et aux fruits …. En fait marché à tout… Quelques photos pour l’ambiance !!!

Photo 10

Marché aux bestiaux

Photo 11

Marché à… tout. Confort literie assuré !

Photo 12

On continue vers le sud, étape suivante GUAMOTE sous la pluie, 160 Km 4h30 de route !!! l’enfer…Surtout avec la conduite des équatoriens que nous qualifierons de très spéciale. Pour couronner le tout, nuit quasiment blanche. Le chien qui aboie sous nos fenêtres a dû faire une pause d’environ 2H et c’est tout. Dommage car c’est un petit village qui semble très sympathique mais le temps n’était pas au rendez vous et de plus toutes les rues étaient défoncées par des travaux …Nous sommes partis dès le lendemain.

Route vers GUALACEO. Après 210 Km dans les montagnes, franchis dans le temps record de 4h45,  et une déviation d’environ 30 km par des pistes car un éboulement dû aux pluies barrait la route principale, nous voici enfin arrivés à notre dernière étape avant la remontée vers Quito : Gualaceo.

Demain on laisse la voiture à l’Hôtel (ouf !!) et on part passer la journée à CUENCA 3ème ville du pays, en bus….Cuenca superbe ville très agréable, où la circulation ne supporte pas la comparaison avec celle de Quito.

A Cuenca :

- visite du musée du panama très intéressant

Photo 13

-   visite « del museo de las culturas aborígenes », à ne pas manquer.

Photo 14

 

- balade dans le centre historique, architecture coloniale, superbes bâtiments…

Photo 15

Photo 16

Retour à Gualaceo en bus….douceur du voyage sans problème de conduite.

Le lendemain nous commençons la remontée vers le nord. Etape à BAÑOS, ville d’eau comme son nom l’indique, avec son pont spectaculaire dans un paysage grandiose. Possibilité de faire du saut à l’élastique. Mais attention il faut avoir le cœur bien accroché au sens propre comme au sens figuré. En effet le jour de notre arrivée nous n’avons pas pu traverser le pont car un « sauteur » avait eu un accident cardiaque et était en train d’être secouru.

Photo 17

De Baños, petite incursion à PUYO, petite ville aux portes de l’Amazonie, qui a retenu notre attention car nous voulions visiter « le jardin des orchidées ».Pour cela il faut aller voir Omar TELLO, un passionné de nature qui, il y a environ 40 ans a démarré un projet pharaonique : 7 ha de terrain quasiment désert qu’il va transformer en petit paradis. Il a fallu plusieurs années pour reconstituer un sol fertile par des apports de terre puis planter peu à peu de nombreuses espèces de plantes, d’arbres dont un grand nombre était en voie de disparition. Il a recréé un petit coin de forêt amazonienne où la faune est venue petit à petit se réinstaller.

Omar TELLO vous fera visiter son domaine. Il est passionnant et ne se contente pas de vous faire découvrir la végétation et les différentes vertus des plantes, il « conte » comment la nature a repris ses droits, explique comment cela a pu se faire.

Photo 18

Un superbe moment à ne pas manquer (appeler la veille pour prendre rendez vous pour la visite). Un petit conseil : programmez le lieu sur votre GPS (il est référencé sur Maps.Me), car il ne faut pas compter sur les habitants de Puyo pour vous indiquer le chemin, ou alors il y a toutes les chances que ce ne soit pas le bon.

Retour à Baños par la ROUTE des CASCADES. Nouvelle traversée de la vallée en tarabita pour voir la cascade du voile de la mariée. Attention il y a deux tarabitas à 30 m environ l’une de l’autre. Prendre celle qui s’appelle « Voile de la mariée », vue sur la cascade plus sympa.

Photo 19

Nous continuons notre trajet vers la posada de TIGUA, notre prochain hébergement. Les paysages sont superbes. Un endroit très beau, très reposant. C’est en fait une ferme avec des vaches, des lamas, des alpagas, une très jolie bâtisse….On y est très bien reçus et la cuisine y est divine.

Photo 20

Non loin de là, visite de la LAGUNE du QUILOTOA » à surtout ne pas manquer ! Un site superbe, une eau d’un bleu turquoise étonnant, même par temps couvert. Jugez en par vous-même.

Photo 21

Le lendemain départ pour QUITO. Et nous voilà à nouveau dans l’enfer de la circulation de la capitale. Pas de problème pour trouver sa route avec le GPS Maps Me (fonctionne hors connexion après téléchargement des cartes du pays et donc gratuitement). Mais Quito est en travaux et déviation sur déviation, on a peine à trouver le parking où on a rendez-vous pour la restitution du véhicule. Nous arrivons enfin à destination.

Demain grand jour nous partons vers l’archipel des Galapagos.

La Croisière aux GALAPAGOS

Départ de l’aéroport de Quito pour atterrir à BALTRA. A l’arrivée passage sur un bac de désinfection pour éviter de véhiculer des « microbes » présents sur nos chaussures. Puis inspection canine des bagages (très rigolo) pour empêcher l’introduction de nourriture, graines, plantes, animaux dans l’archipel afin de préserver les biotopes naturels des îles.

Huit jours de croisière aux Galapagos. Huit jours très intenses : lever presque tous les jours à 6h pour être sur place dès les premiers rayons. Une nature merveilleuse,  généreuse et aussi très étonnante car les animaux n’ayant pas de prédateurs se laissent approcher de façon incroyable. On y prend vite goût et on ne s’en lasse pas. Notre guide, super intéressant, nous a fait découvrir ce monde quasiment irréel!

Photo 22

Fou à pieds bleus

Photo 23

Fou à pieds rouges

Photo 24

Albatros pendant la parade nuptiale

Photo 25

Frégate mâle sac jugulaire gonflé pendant la parade nuptiale

Photo 26

Otaries des Galapagos

Photo 27

Manchots

Photo 28

Iguane terrestre

Photo 29

Iguanes marins agglutinés se chauffant au soleil.

Seul bémol le bateau, le « GOLONDRINA », un petit bateau accueillant 16 passagers maximum ce qui est très bien. Rien à dire sur la restauration très correcte, mais une cabine très exiguë, où il est quasiment impossible de rester debout à deux. Une salle d’eau minuscule au point de ne pouvoir suspendre les serviettes de toilettes sans qu’elle risquent de tomber dans le WC…..Heureusement le guide était très sympathique, très intéressant et les sorties très bien organisées.

Une constatation : On nous avait dit en France, qu’il était indispensable de réserver la croisière plusieurs mois à l’avance, ce que nous avons fait. Sur place nous nous sommes aperçus qu’il n’en était rien, du moins pour le mois de juin en 2017. Les autres passagers avaient quasiment tous réservé au dernier moment à prix réduit. En fait nous étions les seuls à avoir payé le prix fort. A vérifier si c’est exceptionnel ou si ça vaut le coup de prendre le risque.

Tout à une fin. Retour à Quito où nous restons encore quelques jours et prendrons les transports en commun pour visiter la capitale et ses abords.

Aujourd’hui direction le téléphérique qui part de Quito pour nous amener 1000 mètres plus haut à 4050 m d’altitude en 18 minutes. A l’arrivée, difficile de respirer là haut, mais une impressionnante vue d’ensemble de la chaîne Andine et sur la ville de Quito. (A faire par temps dégagé)

De retour à Quito, visite du palais du gouvernement équatorien…très étonnant également du point de vue de la sécurité…palais en pleine ville ou en-dessous se trouvent de nombreuses boutiques artisanales. Le lendemain visite du quartier historique, couvent San Francisco (une pure merveille), bâtiments d’architecture coloniale, ….

Photo 30

Le couvent San Francisco

Photo 31

Rue du centre historique de Quito

Demain, lundi, nous embarquerons pour la France pour arriver après demain (et oui, 7 h de décalage). Mais tous les lundis matin au palais présidentiel il y a la relève de la garde à partir de 11h. Notre taxi pour l’aéroport vient nous chercher à 12h. Nous avons donc 45 minutes pour profiter de ce spectacle, à ne pas manquer !

Photo 32

Relève de la garde

Photo 33

Lors de la préparation du voyage, on avait prévu de faire une incursion sur la côte, séjourner dans une autre communauté indigène… Nous y avons renoncé car les temps de trajet étaient bien plus longs que ce que nous avions prévu. Nous voulions le prendre « cool ». Notre objectif était aussi d’aller au contact des gens, de partager des moments de complicité avec eux et pour cela il ne faut pas courir partout….ce fut notre choix.

Nous n’avions réservé que la première et la dernière nuit d’hôtel, les autres réservations on été faites au coup par coup la veille ou parfois le matin même. Ce mode de fonctionnement a été possible car il n’y avait pas beaucoup de touristes à cette période. Cela nous a permis d’avoir une liberté d’action totale.

Le voyage prend fin. Heureux de rentrer tout de même chez nous riches de plein d’expériences, de belles rencontres et d’images merveilleuses.

Nous avions préparé ce voyage avec l’aide précieuse de l’équipe « Tout Equateur ». Ils ont été présents également sur place pour nous guider et nous conseiller. Nous les remercions vivement pour tout cela.

Violette et Daniel 

2 836

L’Équateur est un pays volcanique et certains viendront le visiter pour se lancer à l’assaut des sommets impressionnants et majestueux des Andes. D’autres pourraient pourtant vouloir en profiter de manière plus reposante en se plongeant dans une bonne piscine d’eau chaude. Les deux étant bien évidemment conciliables et même très recommandés !

Rien que pour vous, je vous partage mes sites préférés pour aller faire trempette, retrouver sa peau de bébé et même peut-être une seconde jeunesse ! Et oui, toutes ces eaux thermales ont des propriétés secrètes des plus surprenantes.

Commençons par les plus célèbres :

^9E5286260E1FF0E64B3DD4612DC0B0AA7E9A450AC47A1F2AC2^pimgpsh_fullsize_distr

  • Papallacta

Ce site thermal à l’Est de Quito est un des plus beaux d’Équateur et sûrement le plus connu. En plus des nombreuses piscines, il offre également spa et chambres. Idéalement situé dans un paysage de carte postale, vous pourrez y rester facilement quelques jours pour profiter des environs dans la journée (Antisana, Cayambe, etc.) et vous plonger dans l’eau au soir venu.

Petite information toujours utile, c’est très prisé le week-end par les Quiteñas et Quiteños. Si vous y allez en semaine, vous serez plus tranquille !

source-eau-chaude-papallacta-tout-equateur

Il est vrai que l’hôtel ne correspond pas non plus à toutes les bourses (même si vous avez une réduction avec la Carte Premium), vous pouvez aussi y aller à la journée si vous préférez.  Sinon pensez à jeter un œil à Pampallacta ! Situé à deux pas, ce site bénéficie des mêmes sources et est moins fréquenté (installations plus restreintes), vous retrouverez dans vos chambres des baignoires privées d’eau thermale et vous endormirez au coin de la cheminée.

  • Cuenca : Baños de Cuenca

De passage à Cuenca, pourquoi ne pas faire un petit détour dans le complexe thermal de « Baños de Cuenca » ? Situé au-dessus d’une faille géologique de 400 mètres de long à environ 15 minutes de cette charmante ville coloniale, il y arrive une eau à 78°C !!! Ne vous inquiétez pas, pour que vous puissiez rentrer dans l’eau sans ressembler à des écrevisses, ils la refroidissent.

Là encore, la vue est superbe ! On prête à l’eau de ces thermes en particulier des propriétés contre les rhumatismes, les problèmes respiratoires, les maladies de peau… Oui rien que ça ! Mais attention, pour bénéficier de tous ces avantages, il est recommandé d’alterner entre bains chauds (40°C) et bains froids (8°C). Ah je sens que vous hésitez tout de suite.

  • Baños de las Aguas Santas

Le nom de la ville de Baños est assez évocateur et on y trouve de nombreuses piscines thermales publiques dans la ville : Piscinas de la Virgen, Piscinas de Santa Clara, Piscinas El Salado ou encore Piscinas Santa Ana. Vous pouvez aussi trouver de nombreux hôtels avec spa (pensez à me demander plus d’adresses) ou avec des « baños de cajon », une spécialité de la ville. Kesako ? Vous entrez dans une « caisse » fermée en bois avec seulement la tête qui dépasse pour prendre un bain de vapeur. Oui, c’est une expérience insolite et vous allez l’adorer !!!

IMG_7270

Vous cherchez à être plus tranquille, vous faire un petit plaisir ou vous retrouver en amoureux ? J’ai aussi bien sûr ce qu’il vous faut. Sur le chemin de la « Casa del Arbol », vous passerez par Runtún. Dans ce hameau, l’hôtel de luxe Luna Runtún propose des thermes privés haut de gamme avec une vue exceptionnelle sur la ville. Voir le soleil se coucher depuis ce point de vue unique vous séduira ! Et pour seulement 20 US$ par personne…

 

Dans chaque région du pays, même sur le Pacifique et aux portes de l’Amazonie, il y a bien d’autres lieux pour profiter des eaux thermales dans le pays. Parmi ceux-là, je vous partage mes petites pépites :

  • Lloa

Le village de Lloa est surtout connu pour être le départ de la randonnée de l’intégral du Pichincha (j’en parlerai peut-être dans une prochaine chronique). C’est aussi une vallée très verte magnifique et avec des sources thermales. Mon conseil donc, si vous partez gravir les sommets du Pichincha, commencez par Quito et finissez en maillot pour vous délasser dans de l’eau chaude à l’arrivée à Lloa !

Qu’est-ce que vous en pensez ? Vous allez réfléchir à prolonger votre séjour Chez Léon ?

IMG_8405

  • Piscines de Güitig

Les équatoriens sont très fiers et friands de cette eau gazeuse naturelle qui provient du fameux volcan Cotopaxi. Située à environ 5km du centre de Machachi, les piscines Tesalia vous offrent la possibilité rare de vous baigner dans une piscine pétillante et rafraîchissante. Et oui, elle est al clima (12-13° !

  • Ruta de las termas

Vous avez envie d’une expérience authentique ? Le nord du pays regorge d’eaux thermales essentiellement fréquentées par des locaux.  Je peux par exemple vous citer Santagua Termas de Chachimbiro ou Aguasavia à Urcuqui et bien sûr les thermes de Nangulvi dans la superbe vallée d’Intag. Tentez l’expérience, ça fait de beaux souvenirs !

  • Oyacachi

Si vous êtes en route pour la cascade de San Rafael ou de retour après l’ascension du volcan Reventador, une petite pause dans cette communauté fait toujours plaisir. Et oui, elle compte 6 belles piscines pour se détendre !

  • Agua Blanca 

lagune-volcanique-communauté-agua-blanca-tout-equateur

Vous êtes de passage sur la côte, sur la plage de « los Frailes » et votre peau commence à être usée par le sel et le soleil ? Pas de problème, faites un arrêt à la communauté d’Agua Blanca. En plus de découvrir les trésors de culture qu’elle renferme, vous pourrez terminer la visite par un bain de boue dans cette piscine soufrée et sacrée. Le résultat est impressionnant !

Tant que j’y pense, n’oubliez pas de me demander mon petit secret sur le Pacifique. Et oui, avec mon ami Rosendo, vous pourrez découvrir de magnifiques forêts du parc Machalilla à pied ou à dos de cheval selon vos envies.

  • Balao Chico

Vous descendez de Cuenca vers le Pacifique ? Vous comptez vous arrêter à la finca de cacao de Jairo ? J’ai une autre petite adresse dans la région : les eaux thermales d’une communauté Shuar ! Et oui, en plein cœur de la région Guayas, vous retrouverez un charme amazonien et pourrez découvrir les traditions et coutumes de ce peuple amérindien, dont des massages à l’argile.

Entre les différentes piscines, les 7 cascades, la mangrove de Churute et le chocolat maison de Cacao y Mango, voilà encore une étape qui ravira toute la famille.

 

Avec toutes ces eaux thermales à travers chaque région du pays, vous savez maintenant comment vous détendre après de belles journées de découverte. Et oui, en Équateur, il y en a pour tous les goûts et tous les plaisirs. Vous avez déniché une autre petite adresse insolite ? Pensez à la partager avec tous les voyageurs du Réseau Solidaire dans un carnet de voyage !

Allez, je vous laisse méditer aux thermes que vous visiterez et je reviens très vite pour une nouvelle chronique.

À très bientôt,

Léon de Quito

Un road-trip dans les Andes ? Un séjour en Amazonie ? Une croisière aux Galapagos ? Je vous aide avec plaisir à profiter des trésors de l’Équateur aux meilleures conditions grâce aux partenaires du Réseau Solidaire ! Dès maintenant, vous pouvez aussi me poser toutes vos questions sur le Forum en commençant une nouvelle discussion. Allez, je vous attends !!!

0 2299

C’est officiel ! Selon le ministère de l’environnement équatorien, depuis le 4 août 2016, le parc national du Cotopaxi a ré-ouvert ses portes jusqu’au refuge. Et depuis le 4 octobre 2017, il est de nouveau possible de grimper jusqu’à son sommet. Amis voyageurs et aventuriers, profitez-en tant que le volcan est accessible !

Cotopaxi

Situé à 5897 mètres d’altitude, le Cotopaxi est l’un des volcans les plus actifs du monde. Le 14 août 2015, le volcan s’est réveillé 138 ans après sa dernière grande éruption, il avait été alors fermé au public dû à l’activité volcanique et à l’émission de cendres.

Cotopaxi

En décembre 2015, après une baisse de son activité, le parc national Cotopaxi avait été ouvert jusqu’à la lagune du Limpiopungo (3800m).

Cotopaxi

En août 2016, le parc national a finalement ré-ouvert à 90%, en effet il est maintenant de nouveau possible de rejoindre le refuge José Rivas situé à 4864m. Cependant, l’ascension jusqu’à son sommet est seulement autorisée depuis octobre 2017 après de nombreuses études scientifiques.

Cotopaxi

Le volcan Cotopaxi, situé à 60km au sud de Quito, est le parc national le plus visité d’Équateur. Ouvert 7j/7j, les horaires d’ouverture du parc sont de 8h30 à 17h. Il est conseillé d’arriver avant 14h si vous visitez à pied le parc national. Pour plus d’informations, n’hésitez pas à consulter ma chronique sur le parc national Cotopaxi.

Cotopaxi

 

Vous avez encore des questions ? Vous avez envie de connaître mon petit secret ? L’équipe vous donnera tous nos bons plans et petites adresses lors du briefing à Quito. Nous vous attendons !

À très bientôt,

Léon de Quito

Un road-trip dans les Andes ? Un séjour en Amazonie ? Une croisière aux Galapagos ? Je vous aide avec plaisir à profiter des trésors de l’Équateur aux meilleures conditions grâce aux partenaires du Réseau Solidaire ! Dès maintenant, vous pouvez aussi me poser toutes vos questions sur le Forum en commençant une nouvelle discussion. Allez, je vous attends !!!

0 719

Amoureux d’aventures, vous avez lu le guide du Routard ? Lonely Planet ? Et même le Livre de Léon ? Je suis sûr alors que vous avez décidé d’emmener votre tente et votre sac de couchage. Non ?! Pourquoi ? Et oui, je le sais bien, c’est dur de trouver des informations sur le camping en Équateur. C’est pourquoi j’ai décidé de vous aider à réaliser votre rêve.

En Équateur, sur le continent, tous les parcs nationaux sont gratuits et la majorité propose des airs de camping.  Les plus connus sont bien sûr le volcan Cotopaxi et la lagune de Quilotoa. Mais avez-vous pensé par exemple à camper au parc Cajas ?

Cajas - Antoine Dhaynaut

Si vous aimez la randonnée, vous serez au paradis en Équateur. Le champ des possibles est infini ici ! Vous trouverez de nombreuses idées d’itinéraire aux centres d’accueil, dans les refuges ou encore sur MAPS.ME. Et avec le Réseau Solidaire bien sûr. Au fait, si vous voulez des cartes précises pour vous aider à vous repérer, vous pouvez en trouver à Quito à l’IGM (à côté du parc Itchimbia).

Et oui, le camping, c’est l’opportunité de vivre pleinement ces parcs nationaux et de profiter autrement de tous leurs trésors. Un petit café de bon matin face à ce paysage, c’est magique, vous êtes d’accord ?

Quilotoa 4

Bien sûr, l’aventure, c’est aussi partir découvrir des trésors méconnus du grand public. Allez, c’est là que je vais vraiment vous aider. Voici une liste non-exhaustive des meilleurs spots dans les Andes :

  • Réserve Écologique Cotacachi Cayapas : C’est l’une des aires protégées avec la plus grande biodiversité. En plus de nombreuses espèces d’animaux (tigrillo, tapir, fourmilier, etc.), toujours compliqués à observer, vous avez de belles lagunes (Donoso, Yanacocha ou encore Cuicocha).
  • Lagunas de Mojanda : Avant de partir à l’ascension du volcan Fuya Fuya, quoi de mieux que de dormir au bord de ces magnifiques lagunes ?
  • Parc National Cayambe : Le parc national du volcan Cayambe est énorme, il s’étend jusqu’à Papallacta au sud et le volcan Reventador à l’est.  De nombreuses rivières y naissent d’ailleurs ! Parmi les attractions que je n’ai pas encore cité, vous avez par exemple la lagune de San Marcos. Vous avez de nombreuses possibilités de randonnée à la journée et de treks de plusieurs jours.
  • Volcans Guagua et Rucu Pichincha : Si vous avez quelques jours à Quito, vous pouvez partir dormir au cœur des volcans environnants. Le chemin le plus connu est bien sûr via le téléphérique, vous avez aussi une route alternative via Lloa. N’hésitez pas à me demander sur le Forum pour plus d’informations !
  • Volcan Pasochoa : Vous avez déjà entendu parlé du Trek del Condor ? Ou des cascades du Rio Pita ? Oui, c’est dans la même région. Il y a plein de randonnées magnifiques dont certaines jusqu’au cratère. Si vous avez de la chance, vous pourrez observer le colibri le plus grand du monde. Oui, rien que ça !
  • Aire El Boliche : Autour du volcan Rumiñahui, à proximité du Cotopaxi, cette région offre une grande diversité de faune et de flore. Avec ses installations, elle est parfaite pour un camping en famille.
  • Laguna Amarilla : En direction du volcan El Altar, considéré comme l’un des plus beaux du pays et riche de nombreuses croyances indigènes, vous avez une magnifique lagune située à une petite journée de marche à partir de l’hacienda Releche.  C’est un trek de 2 jours/1 nuit qui vous offrira des émotions inoubliables.
  • Parc National Sangay : La région compte de nombreux volcans et lagunes (environ 327 !). Les possibilités de randonnées à pied, à cheval et à VTT sont infinies. C’est l’un des rares parcs où vous avez une chance d’observer le condor, symbole de l’Équateur et espèce en voie d’extinction. Vous pouvez par exemple contacter le partenaire du Réseau Solidaire Sangay Lodge pour plus d’information.
  • Parc National Yacuri : À proximité de lu Pérou, tout au sud de l’Équateur, ce parc offre lui-aussi de nombreuses et magnifiques lagunes, paysages typiques du Paramo.
  • Parc National Podocarpus : Si vous êtes à Vilcabamba, la « ville des centenaires », vous ne pouvez pas rater ce parc hébergeant plus de 4 000 espèces de plantes. Avec ses différentes forêts, cascades et rivières, c’est un paradis pour les amoureux de nature et d’aventure.
  • Réserve Mangahurco : Le spectacle de la floraison des guayacanes, c’est exceptionnel ! Si vous êtes dans cette région frontalière avec le Pérou en janvier et février, faîtes-y un tour, vous serez subjugués.

Bien sûr, il est aussi possible de camper en Amazonie :

  • Réserve Yasuni : J’ai un petit secret pour s’immerger dans la jungle, un guide local passionné et passionnant. Oui, c’est Fernando, j’en parle de temps en temps sur le Forum. Et avec lui, vous campez et vivez en immersion totale avec la nature. Plus qu’un séjour, c’est une expérience unique et magique !
  • Volcan Wawa Sumaco : Oui, c’est le seul volcan situé aux Portes de l’Amazonie. C’est idéal pour les amoureux de forêt. Et aussi de sports extrêmes dans cette région célèbre pour ses spots de rafting et kayak.

Et la côte Pacifique ? Sur les différentes plages d’Ayampe, Montañita ou encore de Mompiche, vous pouvez généralement trouver des endroits pour poser votre tente. C’est cependant moins organisé que dans les Andes et il est préférable de se renseigner auprès des locaux. D’ailleurs, pour protéger le parc Machalilla, il n’est pas possible de camper sur les plages de Los Frailes. Par contre, à partir de Puerto Lopez, j’ai un petit secret pour dormir dans une forêt humide et se faire réveiller par des singes hurleurs. Ca vous tente ?

Ayampe Plage

Pour les Galapagos, c’est très compliqué comme il faut demander des autorisations au préalable et que le parc national est très long à répondre. Vous pouvez toujours demander, vous aurez peut-être de la chance !

D’ailleurs, qu’en est-il du camping sauvage ? Personnellement, comme dormir en tente n’est pas encore dans les habitudes des Équatoriens, je ne vous le conseille pas. Il est toujours préférable de demander aux responsables des parcs nationaux et de s’enregistrer. Si vous êtes dans une région non-protégée, vous pouvez négocier aux locaux d’utiliser un bout de leur terrain, c’est quand même plus sûr.

Concernant le matériel, prévoyez-moi de quoi endurer des températures très fraîches ! Il n’est pas rare que la température descende en dessous de 5°C dans les Andes. Le risque de pluie, que ce soit dans les Andes ou en Amazonie, est aussi important. Pensez-y au moment de choisir toutes vos affaires. Sur place, vous pourrez trouver des petites bouteilles de gaz à Quito, Cuenca et Guayaquil. Le reste de l’équipement – tente, sac de couchage, chaussures, etc. – est plus rare et souvent très cher. Bon, vous pourrez quand même trouver des chaussettes, gants ou bonnets en laine de lama ou vigogne pour compléter votre panoplie et faire marcher le commerce local.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à m’écrire sur le Forum ou par email. Je vous aide à plaisir en vous partageant les bons plans des voyageurs du Réseau Solidaire. Et des petits jeunes de l’équipe qui continuent eux-aussi d’explorer le pays !

Amis randonneurs et campeurs, je vous attends en Équateur.

À très bientôt,

Léon de Quito

Un road-trip dans les Andes ? Un séjour en Amazonie ? Une croisière aux Galapagos ? Je vous aide avec plaisir à profiter des trésors de l’Équateur aux meilleures conditions grâce aux partenaires du Réseau Solidaire ! Dès maintenant, vous pouvez aussi me poser toutes vos questions sur le Forum en commençant une nouvelle discussion. Allez, je vous attends !!!