Découvrez, Vivez, Partagez!

Monthly Archives: août 2015

0 2230

Voici un petit aperçu de quelques jours sur la côte équatorienne avant d’embarquer à Guayaquil pour les Galápagos.

1er jour :
Après un trajet de nuit j’arrive à Manta depuis Quito. Je découvre la ville au petit matin et profite du calme pour une balade sur la plage et un petit déjeuner bien copieux à base de bolones (boulette de banane plantin frite avec du fromage). Manta est une station balnéaire importante un peu trop fréquentée et bétonnée à mon goût, du coup je ne me suis pas éternisé c’était juste le point d’arrivé de mon bus. C’était aussi à Manta que l’on m’a livré une voiture pour descendre la côte jusqu’à Guayaquil. La voiture arrivée, prochaine étape Montecristi.

Montecristi est une petite ville située à l’intérieur des terres non loin de Manta. Cette localité est réputée mondialement comme capitale de la production des célèbres chapeaux Panama. Ici, on préfère les appeler sombrero de paja toquilla. Ces chapeaux de pailles sont 100% équatoriens et l’appellation Panama vient simplement du fait qu’ils étaient utilisés par les ouvriers lors de la construction du canal de Panama. Ils ont été popularisés comme des couvre-chefs élégants en coiffant la tête de grands hommes du 20ème siècle (Roosevelt, Churchill, Sinatra…). A Montecristi on produit les plus fins et aussi les plus chers : los superfinos de Montecristi.

En rentrant dans une petite boutique qui ne payait pourtant pas de mine, le vendeur me présenta un chapeau à plus de 1000 dollars ! Je dois avouer que la qualité et la finesse était hallucinante mais n’ayant pas de monnaie sur moi je suis ressorti sans le chapeau…

Au delà des chapeaux la ville est connue pour être le lieu de naissance du président libéral et laïc Eloy Alfaro, héros controversé et père du chemin de fer transandin.

Après un almuerzo et cette sympathique halte à Montecristi, je repris la voiture pour me rendre à Puerto López. La route qui passe par Jipijapa et reprend la direction du bord de mer est belle et bien entretenue.

blog-costa-tout-equateur (5 of 9)

Avant de me rendre dans le village de Puerto López, je me suis arrêté au Parque Nacional Machalilla pour profiter une bonne heure de la plage de Los Frailes. C’est un espace protégé et bien conservé où les tortues viennent pondre leurs œufs pendant l’été. L’endroit est génial, le sable blanc et l’eau à température parfaite. Par contre pensez à la crème solaire car il n’y à littéralement pas un centimètre d’ombre. Le paysage dans cette région est très désertique.

blog-costa-tout-equateur (9 of 9)

2ème jour :
Le lendemain je décide de poursuivre mon exploration de la région avec la visite de la très sauvage Isla de la Plata. En m’y rendant (environ 1h en bateau depuis Puerto López) j’ai aussi pu assister au bal des baleines qui viennent se reproduire chaque année au large des côtes.

blog-costa-tout-equateur (6 of 9)
Sur l’île, tout est encadré par les gardes du parc. C’est une terre vierge d’humains mais un véritable paradis pour les oiseaux. On l’appelle justement île d’argent (Isla de la Plata) à cause des couches de guano déposées par les oiseaux sur les rochers et qui lui donnent ce reflet argenté particulier lorsqu’on arrive en bateau. En me promenant sur l’île, j’ai parfois eu l’impression d’être dans une scène du film « les oiseaux » d’Alfred Hitchcock tant ils étaient nombreux.

blog-costa-tout-equateur (1 of 9)blog-costa-tout-equateur (7 of 9)

blog-costa-tout-equateur (2 of 9)

Au retour, nous avons pu voir encore les baleines qui semblaient plus joueuses et sautaient hors de l’eau.

Le soir direction le sud dans les environs de Montañita. Cette ville est réputée comme l’une des plus festive de la côte. Pour m’éviter la musique en continue toute la nuit, je préfère dormir à Olón, à quelques kilomètres de Montañita. La plage d’Olón est calme, belle, grande et on y mange de délicieux ceviche. L’endroit est parfait pour se reposer et profiter des vagues.

blog-costa-tout-equateur (4 of 9)

3ème jour :
Le troisième jour, journée farniente où je profite de cette plage avec ma planche de surf. En fin d’après midi je prends mon bus pour Guayaquil et pour poursuivre l’aventure aux Galápagos.

blog-costa-tout-equateur (8 of 9)

0 3157

Voici l’itinéraire de notre voyage à travers l’Equateur, depuis la frontière colombienne jusqu’à la frontière péruvienne.

Jour 1 (Tulcán et El Angel)

Après avoir pris possession de notre véhicule livré à la frontière sous les conseils de Léon nous partons visiter le cimetière de Tulcán et ses fameux cyprès sculptés. Nous prenons ensuite la direction de la réserve écologique d’El Angel pour découvrir les paysages typiques du páramo.

blog-traversée-tout-equateur (4 of 24)

Jour 2 (El Angel à Otavalo)
Aujourd’hui, visite de Cotacachi, village réputé pour le travail du cuir. Sur la route d’Otavalo arrêt à Peguche pour découvrir la cascade sacrée et le travail des tisserands locaux.

blog-traversée-tout-equateur (18 of 24)

Jour 3 (Otavalo et la réserve de Cotacachi – Cayapas)
Balade au marché d’Otavalo et du marché au bétail présent tous les samedis matin. C’est un marché très typique et coloré sur lequel s’affaire beaucoup de monde. On a pu admirer les costumes traditionnels des paysans venant des alentours et sur la place de Los Ponchos se tient tous les jours un marché d’artisanat.

blog-traversée-tout-equateur (17 of 24)blog-traversée-tout-equateur (9 of 24)

blog-traversée-tout-equateur (13 of 24)

Après le marché, nous sommes parti faire une superbe randonnée autour du cratère de l’ancien volcan Cotacachi.

blog-traversée-tout-equateur (21 of 24)

Jour 4 (Otavalo à Mindo)
Découverte de la vallée de l’Intag. Des paysages exceptionnels dans une zone où, des cultures ancestrales ont été réintroduites.

blog-traversée-tout-equateur (14 of 24)

Jour 5 (Mindo à Quito)
Nous sommes partis de l’hôtel à 5h du matin pour avoir la chance d’observer le coq de roche : un très bel oiseau mais difficile à voir. Sur le chemin de Quito, arrêt à la Mitad del Mundo pour pouvoir poser un pied dans l’hémisphère nord et l’autre dans le sud.

blog-traversée-tout-equateur (15 of 24)

blog-traversée-tout-equateur (16 of 24)

Jour 6 (Quito et le centre historique)
Promenade depuis notre hôtel jusqu’au centre historique de la ville pour y visiter la cathédrale et les musées.

blog-traversée-tout-equateur (19 of 24)

Jour 7 (Encore Quito !)
Visite très intéressante de la Casa de la Cultura et du Musée Nationale. A midi, nous déjeunons avec la très sympathique équipe de Tout Equateur. Cela nous permît de faire le plein de bonnes informations pour la suite du voyage.
L’après midi nous avons fait un tour de 3h avec le City bus tour.

blog-traversée-tout-equateur (20 of 24)

Jour 8 (De Quito au Quilotoa)
Nous avons suivi l’excellent tronçon de la Panaméricaine au sud de Quito et admiré de très jolis paysages.
C’était le jour du marché de Saquisili avec ses 8 places différentes (poissons, fruits et légumes, artisanat, bétail).

blog-traversée-tout-equateur (11 of 24)

Les petites communautés de Tigua, un peu plus loin, sont réputées pour leurs peintres et leurs toiles très colorées sur la vie andine.

blog-traversée-tout-equateur (10 of 24)
Plus loin, visite de la lagune du Quilotoa sur un ancien cratère.

Jour 9 (Le Cotopaxi)
Un journée remplie de magnifiques paysages : des grands canyons profonds, des plantations de pin, un patchwork de cultures sur les pentes raides des montagnes et un vue impressionnante sur les volcans Illinizas et Cotopaxi.
Dans le parc naturel du Cotopaxi, retour à un paysage de páramo puis plus nous approchions du volcan, plus le paysage devenait minéral. Les roches rouges et blanches se mélangent. Lors de notre passage, il y avait un peu de brume mais cela ne nous empêcha de monter jusqu’au refuge puis jusqu’au glacier à 5000m. Au retour nous nous sommes arreté près d’une petite lagune pour observer canards et gaviotes des Andes.

blog-traversée-tout-equateur (8 of 24)
Après cette journée nous avons pris la route pour Baños, petite ville thermale située au fond d’une vallée.

Jour 10 (Baños)
La randonnée pédestre au dessus de la ville nous donna une vue imprenable sur Baños. Même si le temps n’était pas au beau fixe nous sommes allés jusqu’à la Casa del Arbol.
Au menu ce soir le cui (cochon d’inde), il fallait bien y gouter… La viande ressemble à celle du lapin.

Jour 11 (Baños et Puyo)
Il pleut encore à Baños mais nous prenons la route pour la jungle. Direction Puyo aux portes de l’Amazonie. Là bas, nous nous baladons sur le malecon, le long de la rivière avant de remonter à Baños par la route des cascades.

Jour 12 (De Baños à Riobamba)
Les paysages sont splendides et les cultures variées. Il y a des élevages de vaches, moutons et lamas. Nous rencontrons de nombreuses communautés le long de cette route.

blog-traversée-tout-equateur (3 of 24)
A l’approche du Chimborazo, la végétation se fait plus rare : c’est le plus haut volcans équatoriens, culminant à 6310m. Nous croisons beaucoup de vigognes… Qu’elles sont belles ! Nous marchons jusqu’au retour Whymper à 5100m puis nous continuons un peu, jusqu’à rencontrer une petite lagune. Après, interdiction d’aller plus haut.
Nous descendons en voiture jusqu’à Riobamba pour y découvrir une belle architecture coloniale.

Jour 13 (La région de Chimborazo)
Aujourd’hui, nous rendons visite à une communauté indienne, les Puruha, à Pulingui San Pablo. Depuis la Casa del Condor, on nous indique des sentiers de randonnée pédestre. Nous nous promenons dans un « bosque de polylepis ». A 4350m, la vue sur le Chimborazo est imprenable.

blog-traversée-tout-equateur (5 of 24)

Nous visitons ensuite une autre communauté indigène. L’accueil des habitants est super ! Nous visitons une choza puis ils nous invitent à partager le déjeuner avec eux. Au menu c’est soupe de pomme de terre et viande et de la poule au riz. Les choses simples ont parfois une saveur exceptionnelle. Nous somme mutuellement contents de partager ces quelques moments, ils sont heureux que l’on s’intéresse à eux et cela nous apporta une rencontre inoubliable.

Jour 14 (Riobamba à Alausi)
Nous suivons une route de moyenne montagne où tout est cultivé. Cela donne magnifique camaïeu de verts. Sur cette terre fertile on cultive beaucoup le blé et l’orge.
A Alausi, nous prenons le train transandin jusqu’à Sibambe : La Nariz del Diablo. Cette voie ferrée arpente en zigzaguant les falaise escarpées. A Sibambe, nous sommes accueillis par des danses folkloriques.

blog-traversée-tout-equateur (6 of 24)

Au final ce fut une balade de 2h30 en train très agréable. De retour à Alausi nous pouvons profiter des jolies maisons construites en adobe près de la gare.

blog-traversée-tout-equateur (1 of 24)

Jour 15 (De Alausi à Cuenca)
Sur le chemin vers Cuenca, nous faisons un petit détour aux ruines d’Ingapirca. Ce site archéologique fut occupé par les Cañaris il y a plus de 1000 ans. Ce peuple vénérait la lune. Au 15ème siècle la cité tombe aux mains des Incas… Une visite intéressante.
Cuenca est une jolie ville qui nous a tout de suite séduite avec son centre historique son patrimoine classé à l’UNESCO et ses maisons coloniales. Nous avons fait le tour de la ville en bus open top.

Jour 16 (Cuenca)
Aujourd’hui nous approfondissons la visite de la ville : centre historique, cathédrale, marché aux fleurs, musées suivi du promenade le long du rio Tomebamba sans oublier les fabriques du célèbre chapeau Panama.

blog-voyage-equateur-tout-équateur-2

Jour 17 (Parc National Cajas)
Pour nous aventurer dans le parc nous laissons la voiture au poste forestier de la laguna Toreadora à 4198m. Il pleut mais nous nous engageons dans une marche de 4h à la découverte des nombreux lacs, des paysages fleuris et des forêts de polylepis.

Jour 18 (De Cuenca à Sigsig)
Chordeleg, sur la route est un petit village réputé pour l’artisanat de bijoux en filigranes d’argent. Les bijouteries sont très nombreuses et le travail de qualité. Sur la place se trouvait un grand nombre d’hommes et de femmes en habits traditionnels.
A Sigsig, le produit phare est plutôt le chapeau Panama et nous avons visité 2 fabriques dont celle de l’association Tesya.

blog-traversée-tout-equateur (12 of 24)

Jour 19 (De Cuenca à Loja)
Sur la route qui nous mène à Loja, nous nous arrêtons dans le village de Saraguro où les femmes portent de longues jupes noires, des chapeaux haut de forme à larges bords noirs ou blancs, des châles attachés par des fibules ouvragées. Les pantalons noirs des hommes s’arrêtent au genoux.
Loja est la cité de la musique et on y trouve quelques jolies maisons coloniales.

Jour 20 (Loja – Vilcabamba)
Dans le coin, nous avons visité le parc national Podocarpus et marché sur le « sendero de los miradores ». La montée sur un chemin pierreux et glissant, la brume et la boue ont rendu l’expédition un peu difficile.
Vilcabamba est entourée de montagne et est connue pour être le village des centenaires avec ces 4200 habitants dont 2000 étrangers ! Très agréable.

blog-voyage-equateur-tout-équateur-3

Jour 21 (Vallée de Quinora)
Depuis Vilcabamba, nous avons rejoint la vallée de Quinora, ses belles montagnes, ses cheminées de fées. On y cultive la canne à sucre et nous avons visité une fabrique de panela.

blog-traversée-tout-equateur (7 of 24)Jour 22 (Dernier jour à Vilcabamba)

Ce dernier jour est l’occasion du randonnée dans la réserve de Rumi Wilco et d’un après midi relax à la piscine.

Notre en séjour en Equateur se termine à Macara qui fait frontière avec le Pérou. Nous avons été enchantés par notre passage en Equateur, par les paysages de paramo, les randonnées aux Cotopaxi, l’accueil des communautés, la gentillesse de Equatoriens, les marchés et les costumes, par Cuenca et son quartier historique et par les conseils de Tout Equateur. Merci à vous.

Roselyne et Patrice

0 1768

Un petit retour d’une super expérience au Cotopaxi, avec une montée à plus de 5000m et une descente en vélo.

Arrivé depuis 3 jours à Quito, le Cotopaxi faisait partie des choses à découvrir que je ne voulais manquer sous aucun prétexte.

Au début, je me suis tâté pour le sommet à 5900m mais pour être honnête, mes années sportives sont loin derrière moi et Alex (mon compagnon de voyage) m’a fait redescendre sur terre. Et pour ma défense, le sommet était fermé à cause de l’activité du volcan au niveau du cratère ! Du coup on s’est motivé pour monter jusqu’au glacier (déjà un bon 5000m) en passant par le refuge pour redescendre en vélo au cœur du parc. Un bon programme et pas cher ! Pour le coup merci à l’équipe Tout Equateur pour le tuyau ;-)

blog-voyage-cotopaxi-tout-équateur-4

Départ de Quito prévu vers 7h30. C’est un petit bus qui est venu nous chercher… Cool de ne pas partir dans ce genre d’excursions avec 50 personnes je préfère les petits comités. Sur la route notre guide nous raconte plein de choses sur les volcans, l’histoire, les équatoriens en glissant deux trois petites blagues. Il parlait anglais donc un gros plus pour moi et mon espagnol approximatif.

blog-voyage-cotopaxi-tout-équateur-1

La météo a été vraiment clémente avec nous hormis une petite frayeur à l’entrée du parc ou l’on a été accueilli avec un joli brouillard mais plus on s’approchait du volcan plus le ciel s’éclaircissait.

blog-voyage-cotopaxi-tout-équateur-5

Le bus s’est arrêté au parking un peu en contrebas du refuge (4600m). De là, on voit le refuge 200m plus haut… La montée jusqu’au refuge est courte mais raide et un peu douloureuse. Au refuge, petite pause pour recharger les batteries avant d’attaquer le chemin du glacier. La ballade n’est pas trop difficile ni raide mais le souffle est court. On marche sur un mélange de sable rouge et de roche volcanique parfait pour les glissades. Le paysage est splendide !

blog-voyage-cotopaxi-tout-équateur-7

Devant nous le dôme enneigé du Cotopaxi et derrière c’est le parc national qui s’étend avec l’imposant Rumiñahui (un volcan inactif voisin du Cotopaxi). Arrivé au glacier, on était fier de voir que nos amis hollandais, qui montaient avec nous, ne tenaient pas la distance. Eh ouais c’est le risque d’habiter dans un pays tout plat.

blog-voyage-cotopaxi-tout-équateur-6

Après une petite séance photo, et deux trois boules de neige, retour au parking pour enfourcher les vélos. De là, rendez-vous à la lagune Limpiopungo à 3800 mètres, presque 1000m de dénivelé.

blog-voyage-cotopaxi-tout-équateur-2

La descente se fait sur la route qu’empruntent les voitures. Même si il n’y a quasiment pas de circulation, c’est dommage de ne pas avoir un sentier dédié plus petit. La route en gravier est large et sans trop d’intérêt. Les hollandais nous ont clairement mangés sur la descente… un partout les mecs ! Du coup nous avons pris notre temps et fait quelques arrêts pour des jolis photos.

blog-voyage-cotopaxi-tout-équateur-8
Une fois à la lagune, nous sommes remontée dans le bus direction Quito. Sur la route nous nous sommes arrêtés pour manger un almuerzo bien mérité.

Au final je suis ravi d’avoir pu approché ce géant et la journée était vraiment sympa. Tout ca m’a juste donné encore plus envie de tenter l’ascension jusqu’au bout. Je m’entraine et je reviens !

Laurent